2
min

Winter is comming

Image de Alice

Alice

18 lectures

4

Le vent me fouettait le visage, faisant pleurer mes yeux par l’occasion. M’emmitouflant une nouvelle fois dans ma cape d’un brun sombre, je peinais à avancer parmi le froid et la neige d’un blanc immaculé m’empêchait de faire le moindre pas. Je jetais un rapide coup d’œil à l’imposante et rude montagne qui se présentait devant moi avec toute la grandeur et la difficulté qu’elle représentait comme obstacle. Un long frisson glacé ne mit pas longtemps à parcourir tranquillement mon dos presque avec un certain plaisir à me renforger dans ma cape, pour tenter de me réchauffer.
Bravant la tempête qui m’entourait, je ne pus m’empêcher de pousser un long gémissement de douleur quand ma jambe se remit à faire des siennes. Soulevant en vitesse mon pantalon déchiré qui ne ressemblais plus qu’à un vieux bout de tissu qui couvrait mes membres. Je découvris avec effroi une longue entaille qui parcourait ma jambe, à partir de mon genou et qui s’étendait jusqu’à mon mollet – dont on voyait presque l’os sous un épaisse couche de chair. J’étais salement amoché, et un flot de dégoût commençait à s’emparer de moi. Évitant de regarder plus longtemps ce spectacle qui manqua de peu de me faire vomir le maigre déjeuner que j’avais réussi à avaler, je lâchais un juron avant de continuer ma route sous le souffle rieur du vent.
Un mouvement vif attira mon attention du coin de l’œil. Plissant les yeux pour tenter de voir à travers l’épais voile de brume meurtrière que formait le fabuleux duo de la neige et du vent glacial, je tentais désespérément de voir. La masse sombre se déplaçait d’une manière horriblement nonchalante, surement un renard ou un autre animal qui affrontait lui aussi la tempête. Avançant vers l’animal, je parvins enfin à voir jusqu’aux blanc de ses yeux.


Un loup...Ses yeux d’un ocre magnifique luisait à travers cette mer blanche. Son pelage d’une multitude de teinte de gris différente était violemment taché d’un sang écarlate. Scrutant l’animal d’un regard effrayé mais en même tant si admiratif, je remarquais qu’une large entaille semblable à la mienne parcourait son flanc. Il me fixait, avec un calme déconcertant et ne montrait aucun signe de peur à mon égard. La peur qui m’avait envahi quelques minutes plus tôt en apercevant un de ses crocs, avait totalement disparue, remplacé très vite par une fascination qui ne cessait de grandir au fur et à mesure que la bête me fixait d’un œil observateur.
La douleur me transperça littéralement tout le corps quand je basculai en avant dans la poudreuse glacé qui ressemblait furieusement à un troupeau de nuage. M’attendant à retomber sur le sol, ma chute ne finit pas et le sol se fissura avant de se briser dans un craquement sinistre. Mes yeux pleuraient à cause de la vitesse et un puissant courant d’air chaud s’engouffrait dans la grotte. Redoutant l’ultime choc, je serrai les dents et les poings à m’en blanchir les phalanges. Ma cape me fouettait violemment et j’atterri finalement au sol dans un choc sourd qui fut suivit d’un hurlement de douleur à m’en déchirer les tympans. Je criai, je criai tant la sensation était insoutenable, tant elle était extrême, tant indescriptible. Je laissais mes yeux parcourir mon corps brisé de partout, jusqu’à atteindre mon ventre ou l’horreur des yeux était présente. Un rocher pointu m‘avait transpercé le dos, s’infiltrant entre mes côtes et déchirant mon armure comme si c’était un vulgaire morceau de tissu. Détournant le regard du sang chaud et écarlate qui me tâchait, je ne pus que lever les yeux vers le haut ou l’étendue blanche continuait son chemin, aussi paisible que son silence.
Une ombre s’immisça devant mes yeux et se jeta dans la grotte comme une vulgaire chaussette. Et avec la même violence, la masse atterrie dans un gémissement plaintif, à mes côtés. Reconnaissant de suite l’animal, mes yeux s’écarquillèrent pendant que je regardais le loup...ou plutôt la louve se relever difficilement pour parvenir jusqu’à mon cadavre. Me scrutant de ses yeux merveilleux la bête se posa à mes côtés, me ramenant le peu de chaleur qu’elle pouvait contenir. Admirant la beauté de son geste, je compris que cette grotte était le berceau de notre nouvelle vie et que la mort viendrait nous prendre, tout les deux.

4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pierre Priet
Pierre Priet · il y a
Bravo! bien écrit! Mon vote évidement ! Je vous invite, si vous trouvez le temps a lire ma nouvelle " blizzard" en finale :)
Image de Pabauf
Pabauf · il y a
Et ben ça promet... car je ne crois pas que ton héros puisse mourir (malgré les références à GOT !). Il y a dans ton style des formules que je trouve "magiques" : "le souffle rieur du vent... le fabuleux duo de la neige et du vent glacial,.. horriblement nonchalante" par exemple et assez peu de fautes d'orthographe. Par contre j'y ai trouvé des répétitions et quelques maladresses d'expression qui devraient t'apparaître si tu prends la peine de le relire attentivement. Je t'en cite juste quelques unes pour que tu voies ce que je veux dire : "à me reforger dans ma cape,..à partais de mon genou...à l’allure de sucre glace...tant indescriptible....l’horreur des yeux était présente....l’étendue blanche continuait son chemin," (pour le sucre glace, même si l'époque de ton Héroic Fantasy n'est pas déterminée, je ne pense pas que le produit soit alors connu des marchands et des marcheurs, blancs ou d'une autre couleur !)
Ta rentrée s'est-elle bien passé ? Es-tu toujours avec Clemy ? Si tu as un peu d'influence sur elle, dis-lui de venir visiter ma page, car malgré mes appels, elle n'est pas venue depuis longtemps. Or j'ai besoin de tous mes lecteurs puisque mon TTC "Culotté" est en finale du prix automne et qu'il faut donc voter à nouveau. Je compte sur toi aussi, bien sûr, pour que tu confirmes ton soutien à ce texte : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/culotte-1
Merci et à bientôt.

Image de Alice
Alice · il y a
Voilà, un petit texte pour fêter mon retour, mais en ce moment j'étais plutôt sur Wattpad et en train de profiter pleinement de mes vacances!
vos commentaires, vos votes et vos avis seront les bienvenus!

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Le bras tendu, les épaules détendues, il se concentre sur sa cible. Pas de précipitation. Le tir à l’arc est un art délicat. Il se rappelle les paroles de son entraîneur : « Il faut que ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il faisait chaud, beaucoup trop chaud. Je sentais la sueur couler le long de mes épines dorsales et les gouttes tomber dans mon sous-vêtement, alors que mes muscles se tendaient, s’étiraient sous...