1
min

Vol au-dessus d'un nid de lumières...

Image de Ophelie F.

Ophelie F.

89 lectures

2

FINALISTE
Sélection Jury

Le cri de l’ambulance réveille la nuit d’un ton sec. Le véhicule aménagé transporte à pleine vitesse un malade du cerveau. De l’intérieur du palais qui décide de tout à votre place après suffrage universel, on a jugé qu’il était nécessaire de l’extraire du grouillement de la cité.
Que voulez-vous, un vote sans discernement a un prix...
Arrivé aux portes de sa nouvelle maison, le patient commence à sortir des limbes d’une pensée éteinte par l’absorption d’une drogue pas très douce. Le réveil est bancal. Tout dans son crâne gite comme le voilier qui colle au vent debout. Du sol au plafond la consistance pâteuse d’un moelleux au chocolat. Il découvre très vite que le psychotrope avalé de force quelques heures plus tôt n’y est pour rien. Ce qui l’enceint est vraiment mou jusque la poignée de la porte fermée à double tour. Sa colonne vertébrale reconnectée à sa tête, il s’empresse de poser toutes les équations possibles. Le résultat reste désespérément le même. Aucun résultat probant et les 170 de QI qui bouillonnent dans sa tronche n’y changeront rien.
Le temps passe avant que la porte capitonnée ne finisse par se rouvrir. Au milieu d’un rectangle baigné de lumière artificielle, un homme en blouse plus tout à fait blanche lui demande d’arrêter de tourner sur lui-même comme une toupie géante et de sortir. Le prisonnier se fige puis sort. Vite, déguerpir de ce rubik’s cube géant. Il se retrouve dans un couloir poussé vers un ailleurs toujours inconnu.
Au bout du corridor une grande salle aux formes féminines ouverte sur le dehors par d’immenses baies vitrées. Derrière la triple épaisseur de verre, une forêt abondante. C’est beau mais ça reste étouffant malgré la profusion de chlorophylle. On l’invite à s’asseoir pour attendre. Pas d’autre choix possible ; il s’exécute.
Posé sur un bout de canapé déformé par des centaines d’assises, il enclenche sa vision grand-angle. L’œil mitraille à 180°. Les formes entraperçues en rentrant se précisent. Dans cet espace sans fond il reconnait tous ces visages au regard perdu. Autour de lui la farandole des plus puissants esprits de la planète en mode absent. Sans faire de bruit l’un d’entre eux s’approche et s’enfonce à sa gauche. D’une voix détachée il lui annonce qu’il était attendu. Les méninges du nouvel arrivant font des nœuds de marin inextricables en même temps que sa gorge se serre. Il vient de comprendre. Ses recherches, un monde meilleur pour demain...
À cet instant il n’a jamais autant voulu avoir la tête vide.

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de Les savants fous
2

Vous aimerez aussi !

Du même auteur