Vire tu, elle?

il y a
1 min
58
lectures
8

Petit, je suis tombé dans un encrier, comme Obélix dans la potion magique. Alors, je me suis mis a écrire  [+]

Je cherchais un job, un boulot, un taf, enfin, disons un truc pour gagner ma vie. J'ai chercher, partout. Et puis un soir d'ennui, proche du désespoir, je me suis mis à surfer sur le web, comme on dit quand on est dans le mouve. La, j'ai eu la révélation. Le virtuel, c'était la mine d'or du 21ème siècle. Amis virtuels de Face Book, vies virtuelles sur des jeux virtuels, virtualité de la virtualité et même sommet indépassable de l’oxymore  : la réalité virtuelle. Je ne sais pas cuisiner, mais j'ai trouvé une idée pour flatter les blasés branchés des beaux quartiers. J'ai ouvert un restaurant virtuel. Le concept est simple  : sur chaque table un ordinateur avec plein de petits boutons colorés  : les boutons menus. On commande, et voilà que vos plats arrivent sous forme d'hologrammes. Hologrammes de choucroutes, hologrammes de cassoulets, de sushis, de fruits de mers, de desserts, de plats de tous les pays, pimentés, sucrés, salés, chauds, froids, n'importe quoi, tout ce qu'on veux et même plus. Pas de temps à perdre  : vous commandez et le plat arrive deux nanosecondes, en hologramme, sur votre table. Après avoir avalé la pilule goût correspondant au plat, la pilule et chaleur ou froid, vous mangez virtuellement avec des fourchettes en 3D tout en tapotant sur votre giga e-phone. Plus besoin de faire l'effort de discuter avec les gens assis a la même table que vous, on joue à des jeux branchés, on se branche sur d'autres gens qui s'ennuie avec d'autres gens dans d'autres restaurants ou autre-part ou ailleurs. A la fin, le serveur vous apporte des pilules de satiété pour sortir sans avoir faim, et voilà. Pas de plat à cuisiner, pas de plonge, pas de cuisiniers, juste l'addition en fin de repas, pour tout dire c'est tout bénef. Un jour, un client a protesté. Il disait que payer pour être seul parmi tous les gens du restaurant sans manger pour de vrai, autant rester chez soi.
- Vous avez raison, la prochaine fois, restez chez vous, je lui ai dit, j'ai plus de clients qu'il m'en faut.
Ce soir la, j'avais parlé avec ma bouche pour la dernière fois dans mon établissement florissant. La parole, est devenu un mode de communication devenu archaïque. Heureusement, maintenant, avec les outils modernes, je peu me contenter d’échanger par SMS avec mes clients. Il faut que j'en profite, bientôt les imprimantes 3D pourront produire des pizzas, plus personne ne sortira de chez soi.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Léonard

James Wouaal

Il tombe depuis douze jours une pluie tiède qui semble en passe de dissoudre le paysage comme un morceau de sucre sous un filet d’absinthe. Le bruit que font les singes est si assourdissant ... [+]