3
min

Vengeance par procuration

Image de Suzy-lou

Suzy-lou

199 lectures

145

Qualifié

Philippe de Hautecœur, jeune homme de bonne famille, lisse ses favoris du plat de la main. Il ajuste son gilet et tire sa montre de son gousset.
Cinq heures trente du matin. Il finit d’attacher ses guêtres sur ses bottines à lacets que Ninon, sa gouvernante a patiemment lustrées. Il endosse sa redingote.
Un regard dans le miroir à parcloses le rassure sur sa belle prestance. Il rajuste sa lavallière et se couvre de son haut-de-forme.
Il hume le parfum du chocolat chaud que la fidèle et prévenante Ninon a préparé à son attention, alertée par le lever matinal du maître des lieux.
— Las ! Le temps presse, se dit-il en lorgnant une nouvelle fois le cadran de son oignon, je ne peux m’attarder plus longtemps !
Renonçant à savourer la délicieuse boisson, il se saisit de sa canne et de ses gants. Il s’avance vers les écuries où l’attend son cabriolet auquel Gontran son régisseur, a attelé son cheval alezan, le fidèle Champion.
— Le temps presse, se répète-t-il. Je suis attendu.
En effet, Philippe vient de recevoir un billet de son voisin, le duc Valérian de la Charrière, apporté par son domestique aux premières lueurs de l’aube et libellé en ces termes :
« Cher ami, pardonnez cette liberté de vous réveiller à une heure aussi matutinale, mais je dois vous demander un service de la plus haute importance sans que cela n’éveille la curiosité de nos gens. Je vous attends donc dès potron-minet. »
A la lecture de la missive, Philippe, connaissant l’inclinaison primesautière de Valérian pour le beau sexe, s’est demandé un instant, si le duc n’allait pas le faire jouer l’entremetteur, une fois de plus !
Le message continuait par ses mots : « J’ai la prétention de vous annoncer qu’il s’agit d’une affaire d’État. »
Ah ! L’affaire était donc plus sérieuse !

Et c’est pourquoi le jeune homme n’hésite pas une seule seconde pour parcourir les quelques lieues qui le séparent du domaine de son voisin.
Bientôt, les sabots de Champion martèlent le pavé de la cour devant la demeure du duc.
Philippe tire sur les rênes, arrête son cheval, tourne le frein et laisse le soin de remiser la voiture au garçon d’écurie de son hôte.
Valérian attend son jeune voisin sur le perron, au sommet des marches.
— Venez, dit-il, ne restons pas ici ! On pourrait nous entendre, allons dans le fumoir !
Mais le duc, en jetant un regard par dessus son épaule, se ravise aussitôt.
— Non ! Allons plutôt dans l’orangeraie, personne ne songera à nous y espionner.
Philippe est de plus en plus intrigué par ce mystérieux service qu’il est censé devoir rendre.
Les deux hommes traversent le parc en mouillant leurs bottines de la rosée matinale, dépassent le grand chêne et atteignent enfin leur repaire.
Le duc cadenasse derrière eux la porte de la serre. Dans la pénombre, il invite Philippe à s’asseoir sur un tabouret, allume une lampe à huile dont il atténue la lumière à l’aide de son mouchoir.
Il reprend la conversation.
— Mon cher Philippe, vous n’êtes pas sans savoir que le gouvernement vient d’être renversé. Le Président investi de notre toute nouvelle IIIème République, me fait l’honneur de me désigner en qualité de ministre de l’Intérieur et je dois pour lors, lui proposer les noms de nos amis aspirant à différents ministères. Ma liste est déjà bien avancée...
Philippe n’en croit pas ses oreilles. Son nom ferait-il partie de cet inventaire ?
Quelle joie et quel honneur pour lui d’assurer une charge qu’il brigue depuis si longtemps !
Mais Valérian ne laisse pas le temps à Philippe d’exprimer une quelconque reconnaissance.
Et il fait bien ! Car le jeune aristocrate va voir ses prétentions se réduire comme peau de chagrin.
— Je vous sollicite, cher ami, déclare le duc, pour que vous intercédiez auprès de notre voisin, Henri de la Mare. Vous vous présenterez comme l’ambassadeur de notre Président, plutôt que de moi-même, en lui proposant le maroquin de l’Instruction Publique.
C’était donc ça le mystérieux service !
Philippe en reste coi, affligé par sa désillusion. Il ne fait pas partie de la liste de prétendants aux charges régaliennes.
Le duc précise son propos :
— Comprenez, cher Philippe, que je ne peux m’en occuper moi-même. Je suis persona non grata, depuis quelques temps, chez les de la Mare car voyez vous, je sens qu’Henri, qui est d’un tempérament plutôt jaloux, a quelque méfiance à mon égard... Vous vous doutez bien pourquoi ? rajoute le duc, soudain égrillard.
— Il faut convenir qu’il est difficile d’être insensible aux charmes de son épouse Églantine ! soupire-t-il dans un sourire.
Reprenant son ton péremptoire, le duc assène à Philippe, en lui tapotant l’épaule :
— Mon jeune ami, je ne vous retiens pas et je compte sur votre talent de persuasion pour mener à bien cette mission.
Puis, grandiloquent, il déclame « Ceci pour la grandeur de la France ! »
Le malheureux Philippe, destitué, avant même d’avoir eu l’honneur de servir sous les ors de la République, s’en revient dans son cabriolet, morose et rongeant son frein.
Il échafaude son plan.
Sa décision est prise.
Il rendra bien le service. Il approchera Henri de la Mare. Il l’informera de son accréditation.
Mais dès que ce nouveau ministre sera en place, il sera destinataire d’une lettre anonyme, Philippe s’en fait le serment...

Quelques jours plus tard, en plein Paris, les petits crieurs de journaux claironnent :
« Scandale dans le nouveau gouvernement ! Le ministre de l’Intérieur abattu de sang-froid dans son bureau par le ministre de l’Instruction Publique !
Scandale dans le nouveau gouvernement ! Le ministre de l’Intérieur abattu... »

L’ambition tue, surtout si elle est contrariée
... et parfois, par procuration.

PRIX

Image de Automne 2017
145

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de MarieP
MarieP · il y a
Rancoeur quand tu nous tiens !
Une histoire agréable à lire. Bravo.

·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Une lecture prenante , bravo ! Pour sourire mes < Baskets porte-chance > et bonne soirée
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
la saison des délices échangées entre les ministres est ouverte.. Tout est une question de délice!
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un texte dans le ton.
..." Car chez ses gens là, Monsieur ..." ☺☺☺

·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Merci beucoup pour votre vote.
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Un bon moment de lecture, un récit prenant !
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Merci !
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
beau récit, mon vote
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Belle chute ! Histoire enlevée, très bon style. Mes votes.
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Merci beaucoup
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Mais de rien ! Si cela vous dit, je vous invite à découvrir "Madame Mounicaud". Bonne journée.
·
Image de Lario
Lario · il y a
Très belle histoire. Mes votes et une invitation à lire mon poème "Les bagnards".
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème