VADIS, "LA VENUE" !

il y a
2 min
5
lectures
0
Il est des livres ou des personnes qui vous accompagnent tout au long de votre existence. Posent des jalons sur votre parcours... Des musiques également et bien sur. Celle de VADIS est de celle-là ; elle vous saisit, vous transporte, vous agite et vous bouleverse... Harmonies et structures simples, auréolées de mélodies envoûtantes ; nul ne saurait rester insensible à la beauté de cette alchimie. Charme et classe, calme et claquant. Mélancolie sous-jacente et vaporeuse, énergie hargneuse et conquérante peignent ce tableau musical si coloré, si poignant. Tout y est. Le duo violon/flûte à l'instar de celui du chant (masculin/féminin) est un ravissement pour les oreilles. Le maître mot qui mettra tout le monde d'accord est ici "mélodie(s)".
Le violon oscille entre le yin et le yang, c'est bien peu de le dire. Tantôt langoureux, sobre, lyrique voire "classique", tant dans son exécution que dans sa partition, il prend soudainement des accents Hendrixiens par le truchement génial de la technologie : violon électrique, distorsion, effets divers. L'âme d'un guitariste rock totalement capté et restitué par un violoniste pour le plus grand bonheur des auditeurs ! On ne saurait être plus au service de cet étonnant résultat avec autant de pertinence et de musicalité.
La guitare suit ce train de diversité. On sent rapidement la prédominance blues/rock dans la couleur et le jeu, auquel il convient d'ajouter celui de la guitare sèche. L'influence profonde de la folk Américaine des années 70 est vite dévoilée. En prêtant attention, on saura aussi percevoir un jeu propre à la New-wave des Eigthies : sons cristallins, clairs et chorusés égrenant des riffs simples et efficaces tout comme de beaux arpèges. Un jeu riche, sincère et touchant car ancré dans un brassage de cultures musicales varié et authentique.
Le moteur du groupe à présent : la batterie. Frappe sèche et assurée, musclée et subtile, décisive dans la couleur du groupe. La dynamique apportée se révèle résolument rock, porte le groupe avec force, compense l'étiquette de "calme" que des oreilles limitées ou paresseuses pourraient affubler VADIS.
Finir par le meilleur ?! Le chant ! En Anglais ici. D'une part, la voix barbue(!) du chanteur : éraillée, torturée, grave et rocailleuse nous transporte directement aux pieds des Appalaches lors des chansons blues / folk. Définitivement, nous voilà à chevaucher les grands espaces d'un "Far-ouest" réinventé, bien loin de tout cliché. Pour un peu, VADIS nous réconcilierait presque avec l'Amérique! Sauf que... L'autre voix qui se mêle et s'emmêle à celle-ci semble descendre du paradis. La voix des anges. Dans VADIS ! Fluette, pure, aiguë, subtile et délicate au possible. Dans certaines chansons -enjolivée des interventions du violon ou de la flûte- un adjectif nous vient à l'esprit en plus de l'oreille : "Celtique". On ne sait plus bien si c'est ce résultat musical ou cette voix seule isolée de son contexte qui rappelle ces consonances d'outre-manche. Il va sans dire que ce métissage vocal est plus que pertinent, il en devient l'âme de VADIS. Combinaison résolument complémentaire et harmonieuse. Les chants s'envolent, s'entrelacent, se magnifient.. Il faudra bien remercier la providence pour avoir permis de "marier" ces deux voix là pour parachever ce déjà si splendide résultat musical. Marqué au fer rouge du sceau de la beauté sonore. "VADIS ?! C'est beau à entendre mais surtout à écouter! Prendre le temps de. Ainsi va VADIS...
Quant au bassiste, je n'en parlerai pas, j'ai pris ses fonctions depuis trop récemment alors, on verra !

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Jour de septembre

Marianne Brandy

Ça y est ! C’est le grand jour !
Luc enfile son manteau, prend son cartable, embrasse sa maman et quitte à regret le doux nid familial. Mauvais temps dehors, temps d’un lundi de... [+]