1
min

UNE SOURIS VERTE

Image de Nectoux Marc

Nectoux Marc

12 lectures

4

Cette histoire est vraie


Nous nous promenions dans la ville, empruntant ici et là des rues plus ou moins fréquentées. Nous avancions d’un pas léger et touristique en admirant la beauté des sites rencontrés. Nous plaisantions à cœur vaillant tout en nous félicitant de la chance que nous avions d’être ensemble.
Bref, nous étions ce jour-là, les Maîtres du Monde.
Invincibles, inaccessibles, invulnérables.
C’est aux détours d’une petite rue déserte et étroite, que cette belle assurance s’effrita quelque peu.
On entendit tout d’abord sa voix aigrelette chantonner cette petite comptine familière qui a bercé nos tendres années : Une souris verte...
Puis ses formes généreuses apparurent à l’autre bout de la rue, dans une démarche claudicante et laborieuse.

Une souris verte...

Cette apparition nous interpella de loin et sans même nous consulter, nous changeâmes de trottoir, pour ne pas la croiser. Nous perdîmes de notre superbe, lorsque nous la vîmes faire la même chose.
Une souris verte...
Et puis, au fil des pas qui nous menaient vers elle, la nature de cette apparition se précisa. C’était une courte femme rondelette et sans cou, revêtue d’une longue tunique tachée et ample, d’où émergeaient quelques doigts de pieds grossiers et sales. Elle tenait sous ses bras pendus à de puissantes épaules, quelques magazines et journaux écornés qui semblaient avoir connu de meilleurs jours.
Une souris verte...
Sur le point de la croiser et fâchés par l’intrigante qui allait très certainement faire appel à notre poche, nous évitions son regard, le souffle conditionné par un inexplicable sentiment de culpabilité.

Une souris verte...

En arrivant à notre hauteur, elle stoppa sa marche et nous interpella joyeusement.
– J’ai des journaux m’sieurs dames, si vous voulez, je vous les donne !
Nous échangeâmes d’un même regard un étonnement qui n’échappa nullement à la bougresse.
– Prenez, braves gens, c’est de bon cœur, je ne veux rien en échange.
Nous refusâmes bien entendu les quelques reliques offertes dans un balbutiement inaudible et gêné.
Lorsque, poursuivant notre chemin nous nous retournions sur elle, nous fûmes submergés par un sentiment de petitesse. Cette courte femme aux larges épaules, dénuée de cou et pauvre de tout, venait de nous destituer de notre statut de Maître du Monde. Nous n’avions rien à offrir d’autres que cette suffisance puante et stérile qui nous colle bien souvent à la peau.
Nous n’étions plus que de pauvres pantins embourgeoisés gesticulant dans un esprit étroit où résonnaient encore ces quelques notes de musique fredonnée.

Une souris verte...
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Deuhm
Fred Deuhm · il y a
Caustique et bien construit, j'aime!
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Une réflexion qui laisse amer et nous rabat le caquet quand on se sent tellement supérieurs!
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Une belle leçon d'humanité et une belle introspection ! J'aime et je vous invite à découvrir mon texte en finale !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/apparition-disparition

·
Image de RAC
RAC · il y a
Particulier...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème