2
min

Une enfance de rêve

Image de Lydia Le Fur

Lydia Le Fur

568 lectures

162

Qualifié

Les pétales bleus céruléens de sa robe corolle tournoyaient entre les mains gantées de la brise agile et mutine du jardin. Elle tournait et virevoltait, courait après le bonheur et le plaisir de vivre. J’entendais son rire espiègle, sa voix légère et enfantine. Ses cheveux à la couleur de la promesse d’un bon pain sentaient le shampoing pour bébé. Ses joues charnues et lisses recevaient mes baisers satinés et insatiables et ses mains, petites et confiantes, se glissaient entre mes doigts chauds et protecteurs pour accompagner ses premières aventures.

Je ne pouvais que l’aimer.

Parfois, dans la nuit de mes angoisses, je me réveillais en pleurs et mon rêve se transformait en cauchemar. Je l’entendais m’appeler alors qu’une ombre néfaste l’emportait dans les profondeurs terreuses. L’imaginer seule, terrorisée, perdue dans l’obscurité me glaçait. Je descendais les marches et j’entrais dans sa chambre noire. Je laissais la lumière du couloir filtrer par la porte laissée entrouverte. Je m’asseyais en tailleur sur le tapis à peine foulé et je séchais mes larmes. Je m’efforçais de la rassurer, imaginant sans cesse des mots doux et apaisants, créant des baumes pour ses plaies irréelles, chassant les fantômes tapis dans son armoire et débusquant les monstres cachés sous son lit en bois et à fleurs.

Elle était celle dont j’avais toujours rêvé.

Je la voyais vivre, jouer et chanter. Je la coiffais, elle choisissait ses robes et ses barrettes assorties. Je lui faisais la lecture d’histoires peuplées de dragons, de chevaliers et de fées et je la bordais, en l’embrassant une dernière fois avant le sommeil.

Je l’imaginais grandir. Je la rêvais pianiste, fleuriste, médecin, bergère ou boulangère. Elle devenait biologiste marin et partait au bout du monde à la recherche de l’espèce rare. Elle se transformait en femme d’affaires, en danseuse étoile ou en joueuse de tennis. Peu m’importait sa profession, peu m’importait sa passion, pourvu que le bonheur l’épouse.

Elle était ma princesse et j’étais sa reine.
Elle était ma promesse et j’étais sa gardienne.
Elle était mon secret et j’étais son silence.
Elle était ma dette et j’étais la débitrice de son existence.
Elle était ma croyance et j’étais sa fidèle.
Elle était ma faiblesse et j’étais son esclave.
Elle était tout et je n’étais rien.

Elle me faisait pleurer, rire, crier, danser et hurler.
Elle était mes envies, mon idéal manqué, ma vie ratée.
Elle régissait chacune des minutes de mon quotidien rempli d’absence.

Je vivotais, je survivais et supposais cette existence que j’aurais pu avoir. Je me raccrochais à des morceaux de bois flottant après mon naufrage contre les récifs de mon infortune. Chaque jour, la côte s’approchait et s’éloignait au rythme des marées de mon âme calme ou tempétueuse. Je me noyais dans des tourbillons de pensées absurdes aux teintes froides et dépressives. Dans la salle obscure de ma vie, je projetais en boucle les images d’un film que j’étais seule à voir, spectatrice et adoratrice d’une tragédie au dénouement noir et inéluctable.

De Charybde en Scylla, je tombais. Avais-je donc mérité mon existence de Sisyphe, poussant inlassablement le fardeau cyclique d’une maternité mort-née ?! Ma vie avait été broyée dans un enchevêtrement de tôles automobiles. J’étais ligotée par ma destinée de mortelle et mon ventre vide n’enfanterait jamais de déesse de la fertilité.

Elle était ce rêve éveillé, ce simulacre de bonheur, elle était ma drogue calmante et létale.

Elle me faisait vivre et mourir.

Cette petite fille que j’avais perdue.
Cette petite fille que je n’aurais jamais.

PRIX

Image de Hiver 2019
162

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Coco Delecture
Coco Delecture · il y a
Émotionnelle, touchant...
·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Merci Coco. Un avis précieux. Merci !
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
D’une écriture riche en sensations et émotions et peuplée de métaphores tragiques, vous peignez avec finesse le destin cruel d’une mère condamnée à la solitude. Mes 5 voix Lydia pour cette tranche de vie saisissante.
·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Bonsoir Fred. Merci de m’avoir lue. Le compliment me touche. Lydia
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
des émotions qui nous étreignent ! mes voix
en lice avec ' Au cœur de l'hiver ' si vous aimez

·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Bonjour Zouzou, merci d’être passée me voir. Je vais vous lire dans quelques instants... ;-) Bonne chance ! Lydia
·
Image de ML75
ML75 · il y a
Bravo Lydia
Du style de la recherche de l’analyse
Beau « poème » exutoire
Cri du cœur et des entrailles
Émouvant et interrogateur
ML75

·
Image de Yvette
Yvette · il y a
beau...poignant....et super bien écrit....
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
chaque imparfait, une larme
·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Merci beaucoup Moniroje !
·
Image de Plumette
Plumette · il y a
Une histoire triste et émouvante mais tellement bien écrite... En lisant, j'avais l'impression d'entendre la voix de cette mère en détresse ! Mes voix.
Je vous invite, si le cœur vous en dit, à lire mon texte "dans la peau d'une autre", actuellement en concours :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/dans-la-peau-dune-autre

·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Merci de m'avoir lue Plumette. Beau compliment. J'irai vous rendre visite. Bonne chance pour le concours... Lydia
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Dur à avaler mais si bien écrit, émotion à fleur de ligne, je vote !
Et vous invite sur ma page, merci !

·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Merci Chantal, jolie expression que "l"émotion à fleur de ligne". Merci, c'est touchant. J'irai vous lire... Au plaisir. Lydia
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Sans voix.
·
Image de Lydia Le Fur
Lydia Le Fur · il y a
Merci Raymond. Votre "sans voix" me laisse sans voix ! ;-) Merci. Au plaisir... Lydia
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Sans voix.
·