Une demi- journée à Paris

il y a
2 min
7
lectures
0

...j'ai toujours cru à l'écriture comme un art précieux et une manière de s'extérioriser et de partager..et pourtant je la néglige par moments de détresse et de faiblesse  [+]

C'était une escale lors de mon retour de Prague à l'Algérie.Deux jeunes frères étaient avec moi,ils n'étaient jamais sortis hors pays au par avant,donc je leur tenais compagnie et leur donnait de ma petite expérience ,un voyage en Hongrie,deux ans plutôt.
Après un séjour de trois semaines en Hongrie et Tchécoslovaquie ,nous rentrames au pays et on avait effectué cette escale pour reprendre le voyage Paris-Tlemcen(Algérie).Mes deux compagnons devaient rester à Paris chez leur oncle et je devais téléphoner à un cousin pour aller passer
la nuit chez lui ou trouver où attendre le lendemain pour quitter la France mais mes poches étaient vides, j'ai tout dépensé car j'imaginais que le voyage allait se dérouler en quelques heures et hop! Je serais chez moi.
De tels imprévus peuvent se passer au plus malin mais le choc qui m'a bouleversé etait quand j'avais demandé à ces deux gosses de me prêter quelques sous que je rendrais en rentrant,ils ont refusé.
Quelle déception! et quelle horreur,je n'avais rien compris à ce refus,cette audace et cette non reconnaissance du service que je leur ai rendu. En tant qu'arabe ,Algérien et musulman,je n'arrivais pas à croire ce que j'avais entendu,une telle chose se passe assez rarement chez nous.
Finalement,ils m'ont abandonné livré à moi même et ils sont partis chez leur oncle.
Perdu et étonné, j'ai marqué une petite pause et commença a réfléchir comment m'en sortir de cette problématique.
Un peu influencé par mon jeune âge et quelques histoires d'amour et de romance,une belle fille attira mon attention,elle paraissait stressée mais j'avais une grande confiance en moi et prévoyais une réaction positive de sa part,je m'etais dirigé vers elle:
"Bonjour! Mademoiselle"
"Oui!"
"Vous avez une minute,j'ai un problème ,je n'ai pas...."
" mais fous moi la paix"
Elle m'a crié si fort que je me suis caché derrière une voiture pour échapper aux regards des autres.
Si choqué et furieux,je marqua une pause encore et réfléchit longuement et soudain j'aperçus un autocar plein de voyageurs qui s'apprêtaient à aller en ville de Paris,j'ai sauté dedans et d'une haute voix ,j'avais demandé de l'aide aux passagers en leur expliquant ma situation.
En ramassant une poignée de sous ,j'étais très soulagé.
Je m'étais hâté vers le premier téléphone publique pour rejoindre mon cousin et lui demander de venir me chercher ,j'étais à bout de force car je manquais de sommeil, on n'avait pas dormi toute une nuit à Prague ,assis sur des chaises en acier,c'était en 1988.
Mon cousin m'informa qu'il ne pouvait pas venir car il devait aller travailler mais son frère et un ami à lui d'Algerie qui lui rendaient visite viendraient avec un émigré me chercher.
J'ai senti un soulagement et beaucoup d'assurance,je m'etais assis sur un banc et les attendais.
Quelques deux heures après ,ils m'avaient rejoint,l'émigré paraissait anormal,il sentait de l'alcool et c'est là que commença la vraie galère, ce bonhomme avait oublié sa mission et nous entraina dans une balade inattendue entre bars et cafés ,bus et taxis en prenant des boissons alcoolisées jusqu'à tard dans la nuit.
Il était soûl et me regardait d'un air de mépris et de haine,il insultait et murmurait des mots que je ne comprenais pas.
Très épuisé, on rentra tard chez mon cousin qui nous a accueilli à sa porte.
Paris m'a émerveillé et j'ai eu le temps d'observer son architecture,ses magasins et un jardin qui m'a beaucoup plu et qui s'appelait Luxembourg mais la mauvaise expérience que j'ai vécue dans cette ville me poussait impatiemment à renter chez moi.
Je dormis et le matin j'avais rejoint l'aéroport pour m'en voler vers l'Algérie.jusqu'à ce jour ,je regrette pour ne pas être resté quelques jour de plus pour visiter cette ville malgré l'invitation de mon cousin et je lis toujours le regret dans les yeux de mes compagnons qui ont demandé pardon plusieurs fois.
Quelle aventure! Je la garde comme souvenir inoubliable parmis d'autres.

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,