Une amitié de génie

il y a
3 min
186
lectures
169
Qualifié

Coucou à tous, Je me lance afin de récolter de sincères avis sur mes textes ! En parallèle, j'aime également prendre des cours de salsa, de bachata et je pratique le yoga. Et aussi  [+]

Le château de Chambord était l’un des plus vastes châteaux de France. Le plus bel édifice qu’on est jamais vu. Son architecture était exceptionnelle. Mais ce qui était le plus marquant était son escalier à double révolution, qui permettait à 2 personnes de ne jamais se rencontrer...
Malgré ce qu’on disait sur ce château, personne n’avait jamais croisé le roi, personne ne s’y était jamais aventuré... Derrière ses murs d’une blancheur d’ivoire, la rumeur disait qu’un homme y vivait... Un homme ou plutôt un monstre. Tous les occupants de cette demeure avaient surement été dévorés. Voilà ce qu’on disait.
Un beau jour, cette rumeur parvint aux oreilles d’un jeune homme nommé François. C’était un simple paysan mais un génie à la fois. Il s’intéressait de très près à l’architecture du château de Chambord mais aussi, il voulait comprendre pourquoi derrière ses murs personne n’y résidait à part ce fameux monstre dont tout le monde parlait.
Rapidement, il entreprit de faire un voyage afin de rencontrer le seul occupant de ce château et peut-être d’y apporter un peu de vie.
Doucement, il frappa à la lourde porte. Personne. Il réitéra son geste et la porte s’ouvrit mais personne derrière. Le monstre était peut-être invisible se dit-il... Il grimpa les escaliers et entendit quelqu’un en descendre... Mais à sa grande surprise personne. Il redescendit précipitamment et vit une porte claquer au bout d’un long couloir. Il s’y rendit aussitôt, frappa et entra sans qu’on le lui autorise. Là, il se retrouva nez à nez avec un vieillard d’une laideur incroyable : une longue barbe sale qui touchait le sol, le visage couvert de pustules, un œil démesurément plus grand que l’autre et deux incisives qui sortaient de sa bouche et qui dépassaient de son menton. Malgré sa laideur, il semblait sympathique se dit François...
Les jours passèrent et François s’était lié d’amitié pour ce « monstre » qui s’appelait en réalité Léonard. Ils s’entendaient merveilleusement bien. Léonard lui avait confié que François était le seul jusqu’à présent à ne pas s’être enfuit en le voyant. Voilà pourquoi le château ne comptait aucun résident se dit François. Mais, même s’il était d’une énorme gentillesse, Léonard manquait énormément d’intelligence...
François qui était à la fois inventeur, musicien, peintre et talentueux dans bien d’autres domaines encore, décida d’instruire Léonard de ses connaissances mais pour cela, il décida de mettre au point une invention qui changerait totalement sa vie. Il alla se promener en forêt en quête d’idées. Pour commencer, il trouva un bon nombre de plantes dont il connaissait les effets : ortie, trèfle rouge, mélisse, pissenlit, cannabis...
Il rassembla tous ses ingrédients et en fit une potion. François ne voulait pas que Léonard se rende compte de tout cela. Il mit donc quelques gouttes de sa potion dans son potage. Et chaque jour, il répéta cette action. La transformation ne se fit pas attendre, aussi bien physiquement qu’intellectuellement. En effet, les incisives de Léonard avaient rétréci pour en arriver à une taille normale, les pustules avaient disparu, son œil gauche qui était beaucoup plus gros que l’autre avait finalement pris la même forme que le droit. Mais ce qui était plus flagrant, était son intérêt pour les inventions de François. Il comprit très rapidement l’utilité de ses créations : de l’homme de Vitruve aux machines volantes en passant par le char d’assaut mais également la catapulte. Léonard n’avait jamais rien compris avant, et maintenant c’était tout l’inverse. Mais, il ne comprenait pas comment il avait pu changer autant et si rapidement. Il en parla à François mais celui-ci, même s’il était tenté de tout dire à son ami, préféra se taire et garder son secret pour lui. Il était très heureux et fière de voir Léonard si ingénieux.
Le temps passa et le château de Chambord s’était métamorphosé. Petit à petit, les gens du peuple vinrent s’installer à la cours du roi. Mais Léonard qui était beaucoup trop occupé à comprendre les inventions de son ami n’avait pas le temps de régner en tant que roi. Il désigna donc François afin que celui-ci règne à sa place. Le bonheur régnait à Chambord, Léonard brillait par ses conceptions et François en tant que roi de France.
Malheureusement, le bonheur ne dura pas. Un jour que François se rendit aux cuisines et versa, comme à son habitude, quelques gouttes de sa potion dans le potage de son ami, ce dernier ouvrit la porte et tomba nez à nez sur François penché au-dessus de son assiette, une fiole à la main. Sans réfléchir, Léonard pensa que François cherchait à l’empoisonner, il saisit une épée qui se trouvait sur le côté à l’entrée de la salle et poignarda son meilleur ami en pleine poitrine. François eu juste le temps de prononcer ses quelques mots : « Qu’as-tu fait ? La potion... Les inventions... Ton visage... C’est moi... ». Puis, il s’éteignit à tout jamais. Léonard compris bien trop tard ce que son ami avait fait pour lui... Les yeux emplis de larmes, le cœur lourd, il s’effondra. Il mourut sous le coup et le choc d’avoir perdu son seul et véritable ami.
Personne ne saura vraiment le lien qu’il y avait entre ces deux personnes, si ce n’est qu’une très forte amitié. Plusieurs siècles plus tard, Léonard de Vinci restera aux yeux de tous le plus grand génie de tous les temps et le roi qui un jour avait régné une bonne partie de sa vie au sein du château de Chambord, restera à jamais connu sous le nom de François 1er.
169

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,