2
min

Un sacré flair !

Image de Marie Vincent

Marie Vincent

64 lectures

5

" Il y a quelque chose qui cloche... »
Voilà ce que je m’étais dit en arrivant sur les lieux du crime. Au
sol, la victime, une femme de type Caucasien, de taille moyenne, en
position fœtale, baignant dans une marre de sang. C’était pas beau à voir : vêtements lacérés, visage fracassé, corps piétiné. Le ou les
coupables semblaient s’être acharnés sur cette pauvre fille. Pourtant,ce n’était pas le plus bizarre. Non. En vingt ans de métier, des scènes de crime, j’en avais vu un paquet, croyez-moi, j’étais rodé.
Cette fois-ci, il y avait quelque chose de différent. Je l’avais senti
dès que j’étais entré dans la pièce, comme une impression de déjà vu.
Après avoir envoyé au technicien de laboratoire quelques tubes qui contenaient des échantillons de sang prélevé ça et là sur la victime et dans la pièce, nous avons commencé à chercher d’autres indices avec mon équipe, des preuves qui pourraient être utiles à l’enquête. Il ne fallait rien laisser passer. Récolter le maximum de preuves dès les premières heures qui suivent la découverte d’un crime est la première chose qu'on nous apprend à l’école de police scientifique.
Je commençai donc mon enquête par la pièce principale, un petit salon trés simple avec une table en bois, un ensemble rustique. Sur la table, trois assiettes, de tailles différentes. Une grande, une
moyenne, et une petite. J’en conclus qu’il s’agissait d’une famille :
le père, la mère (sans doute au régime, ce qui expliquerait l’assiette
moyenne) et un enfant. L’assiette la plus petite était encore pleine,
comme si l’enfant n’avait pas eu le temps de finir sa soupe.
Je notai dans mon carnet. Départ précipité ?
Puis je continuai mon inspection, et là, je vis, alignées contre le
mur, trois chaises, une petite, une moyenne, et une grande. Je
trouvais bizarre que chacun ait sa propre chaise dans la famille, mais bon... Mon œil d’expert remarqua qu’un des barreaux de la plus petite chaise était cassé.
Je notai dans mon carnet : Dispute ? Geste violent ? Bagarre ?
Ensuite, je montai à l’étage ; les chambres. La maison où nous étions en train d’enquêter était une maison un peu éloignée de la ville, à l' orée d’un parc naturel où je venais souvent faire mon jogging le dimanche . C’était une sorte de chalet en bois, un peu vieux, le toit était en chaume et il ne semblait pas y avoir toutes les commodités nécessaires, du moins de mon point de vue de citadin. Je savais qu’il existait dans le coin des marginaux, des
gens qui vivaient à l’écart de la société de consommation, ils
refusaient le progrès et se contentaient de peu. Je me suis dit que
cette famille devait faire partie de cette communauté. Petit à petit,
les pièces du puzzle étaient en train de se mettre en place.
Dans mon carnet, je notai : Drame familial en huis clos ?
L’étage du haut avait vraisemblablement était aménagé en chambre, une chambre unique pour toute la famille, mais il n’y avait pas de lit double pour le couple. Simplement trois lits, un grand, un moyen et un petit. Le couple ne devait avoir aucune intimité. Des tensions avaient dû apparaitre. Je remarquai les draps défaits, ce qui corroborait mon hypothèse quant à un départ précipité. Je descendis ensuite au Rez-de-chaussée pour faire part de ma découverte aux membres de mon équipe.
« Dites les gars, j’ai une petite idée sur ce qui s’est passé, drame
familial, après une violente dispute, le gars a tué sa femme et s’est
enfui avec le gamin... Je suis sûr qu’on va retrouver des traces de son ADN sur les vêtements de cette pauvre fille qui ne peut être que la mère . Il faut vite lancer un avis de recherche. »
Mes collègues me félicitèrent pour tant de perspicacité, ce n’était
pas pour rien qu’on m’appelait : « Le nez », j’avais une sorte de
sixième sens qui me permettait de dénouer les liens de n’importe
quelle affaire bizarre.
Au même moment, coup de fil sur mon portable, c’était le gars du labo :
— On a analysé les échantillons que vous nous avez donnés, vous ne devinerez jamais ce que l’on a découvert ?
— Quoi ?
— De l’ADN d’ours brun ! De Grizzli pour être plus précis...
Je notai dans mon carnet : Faire virer le gars du labo.
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oriel
Oriel · il y a
Boucle d'or revisitée, très chouette!!
·
Image de Marie Vincent
Marie Vincent · il y a
merci d'être passé par là et attention aux gros ours bruns!!
·
Image de Oriel
Oriel · il y a
Il y en a de très gentils, j'en suis certaine ;-)
·