2
min

Un rendez-vous pressant

49 lectures

41

Je ne tiens plus !
Heureusement, la prochaine station est proche. C’est terrible, quand une envie pressente vous prend, vous ne pensez plus qu’à ça.

Au fait... je ne me suis pas présenté. Je m’appelle Bastian. Les gens disent de moi que je suis plutôt beau, bien musclé, d’une patience et une intelligence à toute épreuve. Voilà ce qu’il convient d’appeler une description certes sommaire mais dont le lecteur, et je m’en excuse par avance, devra se contenter.
Si je suis dans cette rame de métro à cet instant, c’est que j’accompagne Paul.
Paul est un peu tête en l’air. Il a la fâcheuse habitude de s’égarer, il ne voit pas le danger et à tendance à traverser en dehors des clous ou, s’il s’y conforme, se fout éperdument des règles prévalant pour les feux tricolores, ce qui n’est pas sans causer quelques désagréments auprès de quelques automobilistes plus énervés que la moyenne.
Je suis donc une sorte d’ange-gardien et je prends ce rôle très à cœur.

Lorsqu’il y a un peu moins d’une heure, Paul m’a lancé : « tu m’accompagnes, je dois aller à l’autre bout de Paris pour un rendez-vous », je ne me suis pas fait prier.
Ni une, ni deux, fidèle à mon engagement, je me précipitais histoire de faire une petite ballade.
Nous cheminions depuis un quart d’heure quand une envie de me soulager m’a pris. J’ai fait part à Paul de mon intention de faire une pause « pipi » alors que nous allions nous engouffrés dans les entrailles de la station de la Porte Dorée mais il m’a tiré par le coup en rétorquant qu’il était déjà à la bourre et que nous devions hâter le pas pour qu’il ne soit davantage en retard.
J’acquiesçais à contre-cœur.

Cela fait un bout de temps que nous sommes dans la rame de métro. Plus que quelques minutes avant de libérer ma vessie.
Je suis assis face à ce qui semble être un couple de provinciaux en escapade pour la journée. Lui est froid comme une porte de prison, le visage peu avenant. Elle est euphorique. Dans le sac de voyage Longchamps qu'elle porte à l'épaule, je vois dépasser la tête d'un chiwawa noir et blanc affublé d'un noeud rouge. Pathétique.
Nous sommes presque arrivés. Je me tortille dans tous les sens. Penser à autre chose. Détourner mon attention. Tiens, ce pauvre chiwawa tremble de peur en me regardant, pourtant je ne suis pas méchant. Madame euphorique tente de la rassurer mais rien n'y fait. Monsieur peu avenant dit à madame euphorique qu'il trouve son comportement ridicule.
Si on ne sort pas sous peu, je ne vais plus pouvoir me retenir.
Plus que quelques centaines de mettre avant d'arriver à notre station de sortie. Je suis presque soulagé. La rame commence à ralentir. Ça y est, nous y sommes presque. La rame s'immobilise.
Mais c'est quoi ce bordel, nous ne sommes pas arrivés à la station ! Les lumières s'éteignent. C'est le pompon, la rame est en rade ! Les gens commencent à pester. L'obscurité des lieux rend l'atmosphère pesante.
Si ça ne redémarre pas dans la minute, je baptise un coin de la voiture ! Il fait noir, personne ne me verra. Il faut que j'y aille. Je tente de me faufiler mais Paul me retient. Tant pis, pas le choix, je me soulage ici !

Les lumières se rallument, la rame reprend de la vitesse.
Monsieur peu avenant éructe : " Putain, tu vois pas que ton foutu clébard est en train de me pisser sur les chaussures".
Quelques voyageurs regardent la scène d'un air amusé, le chien continuant de se soulager avec générosité.
Madame euphorique tente de calmer son bourru de mari ; "Chéri, monsieur ne peut pas le voir..."
Paul, confus, tira sur la laisse de son chien. "Je suis sincèrement désolé, monsieur !"
Monsieur peu avenant maugrée, madame euphorique étouffe un fou rire.
La rame arrive enfin à la station. Paul se lève, saisit son chien au collier et lui signifie qu'il est temps de sortir.
"En route Bastian, je suis attendu. Pas le temps de traîner ou je vais prendre une pluie de reproches !"

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
41

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Miraje
Miraje · il y a
Venue tardive, mais vote symbolique !
·
Image de Rachel
Rachel · il y a
J'ai aimé le chemin de votre texte.
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Pas mal trouvé... +5 voix pour l'imagination...
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Beaucoup d'humour, une belle chute. Mes votes. Si le cœur vous en dit mon 7h24 vous attendra. Mon univers aussi, comme Tropique et tant d'autres choses.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Votre texte ne manque pas d'humour ni d'inventivité, puis j'aime beaucoup la fluidité de votre écriture, cela glisse comme dans du beurre et c'est très plaisant à lire. mes 5 votes sans hésiter
·
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Une chute surprenante et réussie, et si le coeur vous en dit, je vous invite à venir découvrir mes oeuvres.
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Un très beau détour par votre TTC. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème "j'avais l'soleil au fond des yeux " de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux
·
Image de Stéphane Lebouché
Stéphane Lebouché · il y a
Merci Arlo
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bien écrit et fascinant ! Mes votes ! Une invitation à découvrir “ De l’Autre Côté de Notre Monde”qui est en lice pour la Matinale en Cavale. Merci d’avance et bonne journée!
·
Image de Stéphane Lebouché
Stéphane Lebouché · il y a
Merci Keith
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonsoir, Stéphane ! Grâce à vos votes, “De l’Autre Côté de Notre Monde” est en Finale pour la Matinale en cavale. Une invitation à confirmer votre soutien si vous l’aimez toujours ! Merci d’avance et bonne journée !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/de-l-autre-cote-de-notre-monde

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Stéphane !
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
J'ai accroché dès le départ du récit. Et pour moi grosse surprise en découvrant l'identité de Bastian. Un texte sympa et amusant!
·
Image de Stéphane Lebouché
Stéphane Lebouché · il y a
Merci Albi pour vos encouragements.
·