2
min

Un nounours sur la chaussée

Image de Jean Dallier

Jean Dallier

36 lectures

8

⎼ Allons donc ! Monsieur demande qu'on lui serve une baguette fraîchement cuite, mais m’annonce tout de go qu’il n’a pas de quoi payer ! Non mais, pour qui monsieur se prend-il ? S'imagine-t-il que le pain se fabrique avec de l'air et de l'eau ? Que la farine est gratuite ? Que la pâte se pétrit toute seule ? Que des petits nains jaunes s'introduisent ici la nuit dans le plus grand secret pour la cuire pendant que je me prélasse dans mon pieu ? C'est que je me lève tôt, moi, monsieur, pour gagner ma croûte ! Je travaille dur et je m'échine au boulot !... Et puis, merde, à quoi bon user sa salive pour une cloche ? Gérard, fous-moi ce type dehors, et que ça saute !
L'homme bat en retraite sans attendre son reste. Une fois dans la rue, il tourne sur lui-même, indécis, puis remonte lentement l'unique rue du village. Après une centaine de mètres, il s'arrête. Il n'en peut plus. Il se sent las, vidé, au bout du rouleau. Trois jours qu'il ne s’est plus rien mis de solide sous la dent, qu’il se contente de quelques prunes et noisettes chapardées sur le bord des routes. Une crampe le fait se plier en deux, il est pris de vertige et s'agrippe à la pierre bleue d'un vieil abreuvoir pour bétail. Un tuyau de plomb y déverse des flots d'une eau limpide. Il se penche et boit de longues gorgées sans souffler. Ce n'est pas qu’il ait la soif, mais ça remplit l'estomac et calme la sensation de faim. Enfin, il reprend sa marche, mais il se sent lourd, ballonné comme une outre trop pleine. Malgré la fraîcheur de l'air, il est trempé de sueur.
Devant la dernière maison du village, il fait une nouvelle halte. C'est une vieille ferme construite autour d'une cour intérieure pavée. Une fillette, assise dans l'entrée, observe l'étranger avec un air méfiant. Il hésite. Il se sent misérable, voudrait échapper à ce regard, disparaître.
Un petit nounours en peluche traîne sur la chaussée. Sans y prendre garde, d'un coup de pied, il l'envoie voler dans le fossé. Un cri le fait sursauter. La fillette s’est levée, court ramasser le jouet, le serre sur sa maigre poitrine et lève vers l'homme des yeux chargés de haine. Il sent une peur irraisonnée dans le ventre et hâte le pas. Un peu plus loin, au milieu d'un pré, se dresse un hangar à bétail. Il franchit la clôture. La fillette le suit des yeux. Le sol de l'abri est fangeux et jonché de bouses de vaches, mais dans un coin s'entassent quelques ballots de paille. Il s'y laisse tomber. Le soleil n'a pas atteint l'horizon qu'il sommeille déjà. Il rêve. Une petite ombre tourne autour de lui, fait craquer une allumette, une seconde, une troisième. Une flamme sautille devant ses yeux, timide, pâlotte, puis elle grossit. L'ombre se fait géante, la chaleur étouffante. Il se réveille en sursaut, se redresse sur les coudes. Tout autour de lui, la paille est en feu ! Une douleur à la jambe ! Il saute sur ses pieds. Ses yeux piquent. Il suffoque. L'ombre se jette sur lui, le bouscule. Il l'évite et se précipite dehors. Il est pris de vertige et ferme les yeux. Mais ce n'est pas le moment de flancher ! Un regard en arrière. Une colonne de fumée blanche et paresseuse sort du hangar, puis, d’un coup, toute la remise s'embrase et une flamme jaillit vers le ciel, longue, rouge, pointue. Un cri ! La fillette ! Elle est entourée par les flammes. Il se précipite dans le hangar, mais se heurte à un mur de chaleur qui le rejette. Sa vue se voile. Il s'écroule, inconscient.
Quand il se réveille, il est couché à plat ventre à terre. A travers les dents d'une fourche, il devine des chaussures. De grosses godasses de fermier. Au-dessus de lui, des voix grondent. La fourche est arrachée du sol. Il veut se redresser, mais un pied lui écrase l'épaule. Une sirène retentit au loin. La fourche monte, hésite, puis se fiche dans le sol à quelques centimètres de son visage.
Des bottes noires, des uniformes.
Des menottes froides se referment sur ses poignets brûlés.

Thèmes

Image de Très très courts
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une histoire à couper les menottes, et tout cela à cause d'une baguette chaude manquée.
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un récit puissant, remarquablement maîtrisé. Le destin de cet homme est poignant.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Un faisceau d'événements mineurs contribuent à créer des apparences trompeuses qui vont conduire au drame de façon inéluctable. Votre récit, tout en sobriété, crée une atmosphère propice à la suspicion, la tension se fait plus palpable à mesure que l'action progresse tandis que s'accroit également la détresse du pauvre homme. La chute est poignante . . .
·
Image de Jean Dallier
Jean Dallier · il y a
Merci pour cette analyse toute en nuances.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Un texte très réussi et d’autant plus habile qu’il suggère beaucoup de choses avec une parfaite économie de mots.
·
Image de Jean Dallier
Jean Dallier · il y a
Merci à toi et à tous ceux qui précèdent d'avoir apprécié.
·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
Avec ce titre on s'attend à une toute autre histoire.
Il faut se méfier des apparences.
Histoire tragique bien racontée.

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Comment, pour moi ..., ne pas voter pour un nounours ☺☺☺
Quitte à le déranger sur la chaussée ...

·
Image de Sebastien Dub
Sebastien Dub · il y a
Au hasard de mes lectures je suis tombé sur votre texte. Je l'ai trouvé superbement maîtrisé et très visuel. Un sentiment d'indignation et d'inquiétude m'a pris à la gorge pendant ma lecture. Merci pour ce partage :-).
Bonne année à vous !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte tragique et poignant sur la misère et la confusion entretenue par les apparences ! Bravo, Jean, pour ce beau TTC qui mériterait plus de lecteurs. Je clique sur j'aime.
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon dernier sonnet : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba
Bonne journée à vous et bon jour de l'an 2018 !

·
Image de Jean Dallier
Jean Dallier · il y a
Merci pour ton appréciation.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Jean ! Tu as soutenu mon sonnet Mumba et je t'en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendras-tu de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à toi !
·