3
min

Un chat dans la gorge.

Image de Lili

Lili

146 lectures

109

Ils ont d’abord été saisis par le silence. Tranchant. Un coup de pied dans la porte, et l’atmosphère humide, chargée de passion, a relargué comme une odeur de sang.
La chair semblait délicieusement tendre, savoureuse même. Fumante jusqu’à ses narines frétillantes. L’un d’entre eux remarqua ce rictus jouissif, à peine contenu, qui frisait l'ourlet de ses lèvres. Chaque bouchée le délectait et plusieurs tics nerveux ont parcouru son corps, frissonnant de délice.
Il ne les a pas entendu entrer, car à ce moment précis, il est possédé, les yeux roulant sur eux-mêmes, la nuque légèrement basculée en arrière, lové dans sa terrifiante extase culinaire.
Aucun d’entre eux n’osa parler. Les gendarmes, épouvantés par le spectacle horrifiant qu’ils venaient de découvrir, tentaient de momifier leurs émotions sous l’uniforme illusoire.

***

— Je serais incapable d'expliquer comment il a réussi à rentrer dans notre vie, dans notre intimité surtout. La seule chose dont je suis sûr aujourd’hui, c’est que j’aime Candice, passionnément, et que pour la première fois de ma vie, j’ai cette certitude, ancrée au fond de mes tripes, cette évidence de la rencontre, de notre histoire. Sept ans ensemble dans une osmose absolue, jusqu’à ce qu’il vienne foutre, tout en l’air...
Il s’est raclé la gorge après avoir avalé une gorgée de café encore trop chaud. Il a demandé une cigarette qu’ils n’ont pas osé lui refuser.
— Continuez Monsieur, ça ne sert plus à rien d'essayer de gagner du temps maintenant.
— Je sais ce que vous êtes en train de vous dire, tous...Vous croyez que je suis fou...Mais je vous assure, qu’à ma place...
— On n’est pas à votre place, Monsieur.
— Je sais, mais ça pourrait vous arriver, à vous aussi.
— Continuez où je vais perdre patience.
— Oh non, ça vaut pas le coup, mon vieux, t'inquiète pas, je vais t'expliquer, tu vas comprendre...Ça remonte seulement à quelques semaines...Candice traversait une période difficile. Elle dormait plus, avait perdu l’appétit et s’angoissait pour rien. Depuis quelques mois, son entreprise, en liquidation judiciaire, clôturait chaque fin de mois par des licenciements hasardeux. La roulette russe, quoi. Alors, avec ses collègues, ils ont monté comme un petit groupe de résistants, comme une famille, vous voyez ? Je mettrais ma main à couper que c’est à ces putains de réunions clandestines qu’elle l’a rencontré. Le genre, pas tout à fait un collègue mais pas non plus un pote, le type sournois quoi !
— Vous êtes en train de nous dire que c’est lui, qui selon vous, est venu vers votre femme en premier ?
— Oh ça oui, c’est certain ! C’était pas le genre de Candice. D’ailleurs au début, elle m’en parlait comme quelqu'un d'insignifiant, un figurant dans ses anecdotes de bureaux, puis à la longue, il a pris davantage d'importance... Oscar ! Voilà le prénom de cet enfoiré !
— Ah, parce que vous connaissiez son prénom !
— Bien sûr que oui ! Il n’y avait que lui, à ce moment-là qui lui redonnait le sourire ! Et puis Candice semblait retrouver gout à la vie, c’était le plus important pour moi, même s’il fallait supporter les éloges qu’elle faisait à son sujet et les petits surnoms ridicules qu’elle lui donnait...Sans parler des qualités que je n’avais pas.
— Vous expliquez donc votre geste comme de la jalousie ?
— Non, pas seulement. J’avais la haine ! Une putain de haine, ça vous ai jamais arrivé Monsieur l'agent? Alors, lorsque le fameux jour fatidique arriva, où comme les autres, Candice fut licenciée à son tour, elle rentra ce soir-là, chargée de cartons de souvenirs, la mine enjouée et le verbe euphorique.
—Chéri... Faut que je te dise... J'aurais aimé te prévenir avant mais...euh...voilà... Oscar attend dans la voiture et...il n'a aucun endroit où aller, tu comprends ?
— Elle m'avait regardé droit dans les yeux, avec ses pupilles cendrées comme un soir qui tombe, suppliante. Et J'ai cédé comme un con. Elle a dévalé l’escalier, poussant de petits cris stridents, excitée comme une adolescente. Je me souviens parfaitement de ce moment-là parce que j'ai dû étouffer intempestivement un gros rire moqueur. Moi qui l'avait imaginé beau comme un dieu, voilà que j'avais en face de moi, un petit roux à moustache et de surcroît avec un embonpoint surdimensionné !
— Vous avez donc accepté sa présence à votre domicile ?
— Oui, je l’ai fait pour elle...Mais j’ai vite regretté. Surtout quand je l’ai surpris en train d’espionner ma femme sous la douche...Le genre vicelard en plus. Puis, il la suivait partout, comme un clébard et Candice ne voyait plus que par lui. J'avais l'impression que la folie me gagnait aussi vite que son indifférence envers moi ! Ce parasite prenait peu à peu ma place, ma femme, mes économies, ma vie, nom de Dieu !...Et Candice qui refusait de le foutre dehors ! Non mais vous imaginez ?
— Alors quel a été le déclencheur de votre passage à l’acte selon vous ?
— Un soir, je rentrais du boulot et je les ai trouvés tous les deux, dans notre propre lit, lui dormant à ma place ! A ma PUTAIN de place !
— D'accord, Monsieur, je vous entends, mais je vous repose une dernière fois la question :
Avez-vous conscience qu'Oscar n'était seulement qu'un chat que votre femme avait recueilli?

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
109

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
LOL. Pauvre Candice. Et l’assassin a un chat dans la gorge, mais en travers pour être précis. Très bon humour noir.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Encore une affaire de triangle amoureux, ce qui compte c'est de caresser dans le bon sens du poil avant qu'il ne soit trop tard!
·
Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
La jalousie envers un animal... prenant ! Mes votes ;)
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un excellent Court, animé par une belle écriture, et la fin est brillante !
Après comme noté par Sophie, le titre aide pas mal à deviner la fin ^^
Merci pour ce texte, Lili !
Si tu le souhaites, n'hésite pas à lire "Gu'Air de Sang", également en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Sophie H.
Sophie H. · il y a
Wow, j'adore, et cette fin était juste parfaite, même si le titre me l'avait un peu spoilée...
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Bravo pour la chute . Rien ne permettait de croire à une chute pareille !
·
Image de Gilma64
Gilma64 · il y a
Étonnant et sympa bravo
·
Image de Marie
Marie · il y a
Un bon texte ! Bravo !
·
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Super chute, bon boulot Lili...!!!
·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
excellent texte et je ne m'attendais pas à la chute!
·