Uluru

il y a
1 min
302
lectures
10
Qualifié

Voici mon par-cours : Scieur de long, au long cours ; dans le pays de ma mère les villages ont des noms à rallonge mais se terminant souvent par -cour. Je suis contre la chasse à courre à cor et  [+]

Image de Été 2013
Au cœur de l’Outback.
J’avais planté mon bivouac au pied de l’île-montagne d’Ayers Rock.
Tous deux luisaient faiblement sous la lune réfléchie.
Très loin, un dingo a glapi puis a éternué bruyamment en signe de colère.
Longtemps il n’y a eu que les craquements du grès qui se refroidissait pour lui répondre.
Dans l’air flottait une odeur d’eucalyptus émanant des derniers brûlis.
Je suis resté longtemps à mirer les étoiles jusqu’à ce que la torpeur me gagne.
Un froissement impossible me parvint de la tente. Impossible, car je m’étais tenu là, juste devant, sans bouger, pendant ces trois dernières heures.
Seul un python avait pu s’introduire ainsi chez moi ; jusque dans mon duvet peut-être.
Je passai la tête, armé de ma lampe frontale, par l’entrebâillement de la fermeture éclair pour découvrir, juste au centre, un aborigène assis en tailleur.
Il avait tracé sur le sol trois cercles comme j’avais pu en voir dans les déserts à proximité des points d’eau.
Quelque peu rassuré par cette présence qui me semblait sommes toutes humaine je pénétrai dans la tente et m’assis en tailleur également, comme par un effet miroir, en attendant patiemment qu’il daigne me regarder.
Lorsqu’il ouvrit les yeux , mais sans paraître me voir vraiment, je fis un geste qui voulait signifier « mais comment êtes vous entré ? ».
Alors il s’avisa enfin de mon existence et me dit avec l’accent du Territoire du Nord :
« J’étais là avant  ».

10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !