Tu aurais pu exister...

il y a
3 min
142
lectures
93
Qualifié

Aujourd'hui, faisant de l'ordre dans mes papiers, dans mes souvenirs pour mieux dire, je ne sais pas pour quoi ni comment, ta photo s'est retrouvée sous mes yeux, entre mes mains...

C'est une très vieille photo, couleur sépia. Le parchemin est froissé, et les coins rongés . Malgré quoi on te voit, clair et net, dans toute la splendeur de ton enfance. Moi, je te vois...

Elle a été prise suivant la mode de l'époque. Ta pose est la pose typique des bébés de ton temps. Des parents aimants, des familles éprises de ces petits trésors que chaque bébé représentait pour chacune d'entre elles, ils les ont tous ainsi photographiés. Et , pour cela, dans ce sens là, je me plaît à imaginer que tu es universel . Tu es unique et, en même temps, paradoxalement, tu es universel. Cher bébé unique et universel, tu symbolises le passé, le présent et, surtout, l'avenir de l'humanité...

Couché sur le ventre, appuyé sur tes petits bras potelés, ton corps, habillé d'une nudité innocente, épouse confortablement la couverture sur laquelle on t'a déposé. Une ligne oblique part de la pointe de tes pieds jusqu'à ta tête, dessinant ta silhouette avec la symétrie d'un peintre.

Ton visage pur, aux joues rondes et pleines, est rayonnant. Ton front bombé, orné d'une petite mèche brune, couronne tes yeux noirs, encadrés par la courbe douce de tes cils. Ton regard est vif, éveillé. Ton petit nez retroussé semble prêt à sentir tous les parfums du monde. Ta bouche aux lèvres fines, ébauchant un demi sourire, paraît avide de se régaler de toutes les saveurs. Tes oreilles, peut être un peu trop grandes, ne gâchent en rien ta beauté prometteuse. Elles sont attentives, bien ouvertes, disposées à tout écouter... à tout entendre...à tout apprendre...

Tu regardes l’œil de l’appareil photographique d'un air interrogateur. Tu es curieux de savoir ce que tu vas découvrir dans ce monde où tu es arrivé cela fait à peine six ou sept mois. Ce monde où tant de surprises et des merveilles t'attendent.

Curieux et en attente...Toi et des millions d'autres enfants qui te ressemblent, toi, bébé universel...

Puisque tu es un bébé universel, on pourrait imaginer pour toi mille et une biographies. On pourrait t’attribuer des centaines d'espérances...

Tous les arômes, les saveurs, les mélodies et les couleurs du monde auraient pu t'atteindre, te toucher, t'émouvoir.

Ton destin aurait pu prendre une multitude de sentiers différents. Serais-tu devenu un bon médecin, consacrant ta vie à soulager les peines et les douleurs des autres ? Aurais-tu voulu mettre ton intelligence au service de la recherche, pour découvrir des médicaments, ou des traitements, pouvant soigner des maux graves? Ou bien aurais-tu préféré donner libre cours à ton imagination pour devenir poète, romancier, cinéaste, voire comédien ? Aurais-tu voulu plutôt développer ton sens de la créativité, prenant la palette et le tablier du peintre ? Ton intérêt principal aurait-été l'argent, et alors tu aurais suivi la voie d'un bon commerçant, pour essayer d'en gagner beaucoup ? Tes mains, petites, rondes et potelées dans la photo, seraient aujourd'hui celles d'un virtuose du violon, ou d'un génie du piano ? Aurais-tu épousé la femme de tes rêves et eu avec elle de beaux enfants ? Aurait-tu obtenu un prix Nobel ? De la paix, ou de la littérature, ou de la science... ?

Avec toute l 'émotions qui émane de son écriture, déjà Élie Wiesel, il nous le dit... Il l'a dit au moment de recevoir lui même le prix Nobel de la Paix. Lui, qui avait été un enfants comme les autres... Lui, un survivant du camp de Auschwitz... Peut être il y avait deux millions de prix Nobel en herbe qui ont été effacés de la planète... ?

Ce que tu aurais pu devenir, ce que vous auriez pu devenir, nous ne le savons pas, nous ne le saurons jamais.

Parce qu'il ne reste rien. Rien. Même pas une tombe pour nous recueillir et honorer votre mémoire. Rien d'autre que des cendres et des larmes, sur ces deux millions d'êtres effacés du monde, avant même qu'ils aient pu exister. Rien, sur ces six millions de personnes sauvagement arrachées à la vie...

Rien, sauf ce mur qui abrite pieusement tous vos noms, gravés sur la pierre froide, mais solide, gravés pour toujours... Vous êtes tous là, vous, sombres souvenirs d'un triste crépuscule. Il y a ce mur... Et il y a nous... Nous, dépositaires fidèles de toute cette remembrance... Nous, mémoire ancestrale où vous habitez toujours. Nous, déchirure vivante, nous sommes là pour vous abriter. Vous, nos chers morts, nos morts qui nous habitent, vous vivez en nous...


....................................................................................................................... ;


Six millions d’êtres humains ont été privés d'un droit élémentaire, inaliénable, le simple droit d'exister. Privés du droit à l’existence à cause de la folle idéologie nazi de Hitler, et de tous ceux qui, pour des raison aussi diverses que inadmissibles, l'ont suivi, l'ont soutenu, l'ont secondé, et des nations entières aussi, qui ont fait semblant de ne rien voir, de ne rien savoir, permettant ainsi que la « solution finale» de ce fou de l'histoire, que le projet machiavélique de cette honte de l'histoire, prenne forme et se réalise...

Parmi ces six millions des personnes exterminées, deux millions d'entre eux étaient des enfants.

Ne les oublions pas. En ce soixante dixième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, rappelons nous d'eux encore plus que tous les autres jours. Et transmettons ce souvenir à nos enfants, à nos petits enfants, à toute notre descendance . Parce que les oublier, ce serait comme s'ils mouraient une deuxième fois.

Puisse l'humanité entière, tous groupes ethniques, tous couleurs de peau, toutes religions, toutes tendances sexuelles confondus, puisse-elle s'en souvenir éternellement,  afin que de telles atrocités ne se reproduisent jamais , plus jamais.

93

Un petit mot pour l'auteur ? 38 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marcella Ser
Marcella Ser · il y a
Très touchant Marta, tu as raison plus jamais.
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Sí, Marcela...nunca más...
Image de Vahine
Vahine · il y a
Une fois de plus, bravo Marta !
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup Vahine!
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
c'est avec grande émotion que je lis votre texte...qui se recoupe avec le mien en lice aussi ! toutes mes voix
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup, je lirai le vôtre aussi!
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Histoire originale et très touchante. Mes voix.
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup!
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Mais de rien Marta. Si cela vous dit d'aller un tour sur ma page et de partir à la découverte de "Chanter, c'est respirer". Bonne soirée.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Beaucoup de sincérité et d'émotion se dégagent de ce texte très fort. Mes voix.
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup!
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
texte très fort, beaucoup d'émotion ....
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup!
Image de Brigitte Lejeune
Brigitte Lejeune · il y a
Très joli texte et très émouvant - Jean-Marie Niquet
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Merci beaucoup!
Image de Quinou Dit
Quinou Dit · il y a
Mes 5 voix pour ton texte vibrant d'émotion Marta ! à bientôt (tu peux aller voir aussi mon texte intitulé Harcèlement….bises - à bientôt jacqueline
Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Bonjour Jacqueline. Merci beaucoup pour tes votes et tes commentaires. Je n'arrive pas à trouver "Harcèlement". Tu veux bien me communiquer le lien http? J'aimerais beaucoup le lire! Bises, Marta
Image de Quinou Dit
Quinou Dit · il y a
Mes cinq voix pour ton texte vibrant d'émotion Marta ! à bientôt (tu peux aller voir aussi mon texte intitulé Harcèlement….bises - à bientôt jacqueline
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
Bravo Marta. J'ai lu cette nouvelle avec beaucoup de plaisir et vous ai donné toutes mes voix.
N'hésitez pas à en faire de même si, seulement, ma nouvelle vous plait :) Un voyage au Japon en 3 minutes chrono : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-main-tendue-4

Image de Marta Starobinsky
Marta Starobinsky · il y a
Très beau, vous avez mes voix!