TROIS-MOTS#1 : Les rêves dansants

il y a
1 min
162
lectures
39

Absente quelque temps... Petits textes sans prétention. https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/les-petites-cheries-de-madame-faustine-1 Lien des publications libres du site :  [+]

Règle du jeu : écrire une histoire avec les mots « godillot », « panthère » et « investisseur ».
Trois mots donnés par MissFree


Dans la boîte à lettres, une invitation.

« Laissez-vous tenter par une aventure exceptionnelle. Kontakthof, cela vous parle ? Si vous avez soixante ans ou plus, rejoignez-nous le vendredi dix-huit à quinze heures, à la salle polyvalente de votre ville... ».

Saperlotte ! Aujourd'hui en plus. Bien sûr je connais suffisamment pour trouver l'idée lumineuse. Mais vais-je oser ? Bouger du popotin à mon âge pas rien tout de même. Et pourquoi donc ? Pas d'âge pour danser. A la diffusion du feuilleton L'âge heureux, l'envie déjà me titillait. J'essayais même de faire des pointes avec mes godillots. Pas facile, je l'avoue. Et un deux trois, je monte, et un deux trois, redescends aussitôt. Ne vous déplaise, je préfère la java ou le cha-cha-cha, et les autres du temps des yéyés.

Mais je m'égare. Et un deux trois, retour à Kontakthof . Une idée de Pina Bausch, danseuse et chorégraphe allemande. Reprendre sa pièce théâtre dansé avec des amateurs âgés de plus de soixante-cinq ans. Faire « parler » des corps imparfaits encore animés, malgré la décrépitude, par le jeu de la séduction avec ses désirs et ses déchirements. Et tant d'autres choses encore...

Et un deux trois, je me prépare pour cette rencontre. Faudrait pas traîner de la jambe.

Une vingtaine de personnes attendent l'ouverture de la salle. Des femmes et des hommes, apparemment prêts à jouer le jeu. Des gros, des minces, des grands, des petits, des chevelus, des chauves, des barbus, des Blancs, des Noirs, la mixité au complet.

La porte s'entrouvre et apparaît une petite femme, un peu grassouillette, dans un accoutrement assez extravagant, celui de la panthère rose. Des regards amusés et des sourires se profilent et se faufilent. Qu'à cela ne tienne, nous suivons tous notre hôtesse.

Après une rapide présentation, à nous la « cour des contacts ». Nous serons les nouveaux investisseurs du mouvement, du libre échange, à un taux zéro d'échec, aucune banqueroute. Nos corps valent bien une certaine fortune, celle de pouvoir s'exprimer.

Quelques exercices d'échauffement et un deux trois...

Et les deux pieds en canard, c'est la chenille qui se prépare, accroche tes mains à ma taille...

« Oh, si j'aurais su j'aurais pas venue ». Assieds-toi et souris. Tout ira bien et si tu veux prie la chenille et le bon Dieu.



« Cour des contacts » : traduction de Kontakthof.
« Assieds-toi et souris» : Nom de la pièce chorégraphique à l'origine.
Un lien : https://www.youtube.com/watch?v=pn5cknjzjBg

39

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Baskettons la vie

Dolotarasse

« Tout se passe dans la semelle », nous assura la vendeuse. « On ne plaisante pas avec les chaussures », ajouta-t-elle, et elle semblait avoir un clou dans les siennes. Pour la... [+]