Trois Mots#1 "Le fruit de son travail"

il y a
1 min
42
lectures
2
Règle du jeu : écrire une histoire avec les mots "framboise", "ange", et "tatouage"


Trois mots donnés à Crustybat par Lea Prinnseth.

--
Quand un prêtre refuse de te baptiser, tu sais que tu as touché le fond.

C’était clair. Les choses ne pouvaient pas être pire pour moi. J’avais toute la bonne intention du monde de changer ma vie débauchée, de commencer à suivre une voie éclairée, de remplir mes journées d’actes de bonté. Mais à cause d’une abeille méchante, tout était perdu.

Mais peut-être pas. Si je pouvais prouver ma dévotion avec un acte fort, même audacieux, le prêtre reconsidérerait peut-être mon cas. Mais quoi ? Laissez-moi penser... un tatouage ! Mais un tatouage de quoi ? Voyons... d’un ange !

On y va ! J’ai cherché le tatoueur le plus proche sur mon smartphone. Là : « Tatouages Pour Tous : Les tatouages que même votre mère approuverait ! » Parfait.

Je m’y suis précipité. Il y avait un ado à l’accueil, et j’ai pensé qu’il était le réceptionniste. Mais j’ai été surpris quand il m’a emmené à la salle de tatouage.

« Tu veux quoi ? » « Un ange s’il vous plaît, sur mon torse. » Il m’a montré quelques exemples, et j’en ai choisi un. « Quelle couleur ? » J’ai décidé d’y aller fort : « Rouge foncé. »

Il a démarré, et j’ai eu très mal. « Tu es très expérimenté, je présume ? » « En fait, tu es mon premier client. »

Après cinq heures de torture, je suis parti et j’ai couru à l’église. J’ai trouvé le prêtre. « Père, je suis ici pour prouver ma dévotion. » J’ai enlevé ma chemise. « Quoi, vous prouvez votre dévotion avec un tatouage de framboise ? » Sur quoi, il a tourné les talons.

J’ai trouvé un miroir et j’ai regardé le chef-d’œuvre du jeune tatoueur. Le prêtre avait raison. Ça ressemblait à un fruit.

Ensuite, j’ai cherché l’épicerie la plus proche sur mon portable. Peut-être que je pourrais convaincre le patron que je voue un culte à l’alimentaire.

2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Réanimation

Lucile Lu

Elle ne comprend pas pourquoi ils ont tant tenu à la réanimer. C’était pourtant une mort parfaite, on ne pouvait rêver mieux. Elle ne se rappelle pas avoir eu mal.
Elle avait fait sa toilette... [+]

Très très courts

Les matins (6)

Edouard Bonnet

Tu te réveilles mais elle est déjà partie. Seuls vestiges tangibles de cette visite nocturne, des cheveux blonds abandonnés sur l'oreiller. Tu espères qu'elle a laissé un mot, un numéro quelque... [+]