Trois fois rien

il y a
1 min
891
lectures
180
Qualifié

Bien élevé à tendance vulgaire, optimiste névrosé, observateur déconcentré, chroniqueur complexé, espiègle en temps de crise, scalpeur au cœur tendre, piquousé à la procrastination  [+]

Image de Été 2018
Il a écrit Pute sur le mur. Avec une tâche de peinture noire en guise de point d’exclamation. Ça dégueule doucement. La pluie offre des motifs de ras le bol aux lampadaires fatigués. Ils clignotent sans choisir, bande de stroboscopes au rabais. Adam récupère l’eau divinement sale au creux de ses mains. Il les déteste ces mains. Il voudrait les arracher. Les balancer à la poubelle comme cette bombe d’acrylique. Elles se souviennent encore de la douceur de sa peau, tremblant à l’idée de ne plus l’effleurer. Elles saignent aux entournures. Si la chair n’a pas d’âme, il perd la sienne à profusion. La douleur demeure libératrice. Sans mains verrait-il encore son sourire, alors peut-être ferait-il mieux de se crever les yeux. Les deux d’un coup. Imploser ses souvenirs, à la source.

« Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots. »

Il a écrit Amour sur le mur. Avec une tâche de peinture rose en guise de point d’interrogation. Ça pétille doucement. La bruine caresse le rêve d’une lumière tamisée. Le spectre orangé réchauffe l’atmosphère humide sans jamais la brusquer. Adam s’abreuve entre ciel et terre, ses mains happant chaque goutte de vie. Il les adore ses mains. Il voudrait les cajoler. Les garder ouvertes et rassurantes comme les fleurs au printemps. Elles se souviennent encore de la douceur de sa peau, tremblant à l’idée d’y goûter à nouveau. Elles luisent d’excitation. Si la chair n’a pas d’âme, il célèbre la sienne à l’unisson. Le bonheur demeure excessif. Avec ses mains caresse-t-il encore son sourire, alors peut-être ferait-il mieux de fermer les yeux. Les deux d’un coup. S’enivrer de souvenirs, à la source.

« On se souvient de rien, et puisque l’on oublie tout, rien c’est bien mieux que tout. »

Il n’a Rien écrit sur le mur. Une simple giclée de peinture rouge en guise de points de suspension. Ça fout le camp doucement. Le crachin s’égosille sans écho ; la lumière n’éclaire plus que ce que l’on sait déjà. Adam détrempe ses songes, les mains plongées au fond de poches aussi vides que lui. Il les trouve inutiles ces mains. Il voudrait en changer. En avoir d’assez grandes pour attraper les rêves qui lui échappent. Elles se souviennent encore de la douceur de sa peau, meurtries de ne pas s’y être attardées plus longtemps. Elles se dérobent parfois. Si la chair n’a pas d’âme, il assomme la sienne à tâtons. L’abandon demeure. Ses mains dessinent une croix sur son sourire, alors peut-être ferait-il mieux d’ouvrir les yeux. Les deux d’un coup. Faire face à ses souvenirs, à la source.

« En toute chose, c’est la fin qui est essentiel. »

180

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !