transfert des cendres de Zola , au Panthéo, en 1906

il y a
1 min
4
lectures
0
Lors d'une discussion avec un client -curiste de passage,chez le libraire de Lautermale, » à propos du transfert des cendres d'E. Zola au Panthéon , en 1908,il a fallut faire une recherche en vérification sur des données historiques officielles informatisées ,disponibles en ligne sur la Toile ,car il manquait des exactitudes sur ce sujet .

Ce ne sont pas sur les circonstances de la mort de l'écrivain , en 1902
accident domestique ou assassinat politique par asphyxie fomentés par des opposants ultras ,mais sur un débat passionné à la Chambre des députés pour savoir s'il fallait transférer ses cendres au Panthéon ,à Paris tout d'abord et ensuite ,quel aurait été le budget définitif pour cette cérémonie officielle,prévue en 1908

La vérité est la suivante : Le vote sur l'autorisation du transfert ainsi que le montant de la dépense supplémentaire a été adopté à une courte majorité favorable .
Bien qu'un député hostile à ce transfert aurait affirmé, à la tribune, que ***c'était l'occasion rêvée de faire faire des économies à la collectivité !! **

la dotation a été d'un montant de 35 mille francs de l'époque pour la cérémonie elle même ,et les frais annexes .
E. Zola demeure donc ,au Panthéon , dans un «  carré « réservé aux grands écrivains ,depuis 1908
Et c'est un des abonnés fidèles de la Médiathéque qui s'est attelé à ce travail de recherches et a donc remis la vérité d'aplomb à cet «  intello du dimanche «  qui sait tout sur rien et qui surtout ne sait rien !!


Comme disait un de mes voisins,lors des séances de l'atelier d'écritures , il y a 2 ans déjà , « aujourd'hui , j'ai appris quelque chose « !!!!

******************************
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le loup gris

C. Zago

J’aime l’argent. Ça a toujours été mon moteur. Plus jeune, c’était pire. Il me fallait toujours du cash, pour flamber, devant les potes, bien sûr, mais surtout devant les femmes…... [+]