2
min

Tradition

Image de Crystal

Crystal

6 lectures

1

Au plus loin que m’emportent mes souvenirs, je l’ai toujours connu, il a toujours fait partie de ma vie.
Déjà chez ma grand-mère, il faisait partie des invités du dîner hebdomadaire chaque samedi, c’est dire si notre rencontre remonte à loin. Imaginez un peu le nombre d’années alors que j’en compte moi-même une soixantaine et que je suis à mon tour grand-mère !
—Mamyyyyyyy !
Alors que je termine de dresser la table, Eve, ma fille unique, arrive, accompagnée de Rosina et Gabriel, ses deux garnements âgés de 8 et 5 ans. Oh oui, ce sont deux terreurs, mais pour rien au monde je ne voudrais ne plus les voir ainsi chaque semaine. Après tout, il faut bien que jeunesse se passe ! Il faut dire que leur vitalité me fait le plus grand bien, moi qui ne sors presque plus. Lorsque cela arrive qu’ils ne sachent pas venir me rendre visite, leurs rires me manquent terriblement.
—Vous arrivez juste à temps, mes chéris ! Vous avez encore un peu de temps pour vous amuser avant que l’on ne passe à table, alors défoulez-vous.
Après m’avoir sauté au cou et couverte de baisers baveux, ils filent vers le jardin où se trouve la balançoire.
—Bonjour ma p’tite maman, comment tu vas cette semaine ?
Eve et moi nous serrons dans les bras l’une de l’autre, je ne sais pour combien d’années je suis encore sur terre, alors je profite de chaque moment. Depuis que son mari les a quittés, elle et les deux monstres, elle en a vu de toutes les couleurs, mais grâce à sa volonté, elle s’est vite remise. Je suis pourtant certaine qu’elle me cache ses réelles émotions pour me protéger.
—Comme une vieille femme, ma chérie.
—Arrête maman, tu vas vivre centenaire, tu verras !
Je regarde la table afin de vérifier que je n’ai rien oublié.
—Eh bien, il ne manque que la carafe de limonade pour les enfants, je vais la chercher et appeler les garnements.
—Laisse maman, assieds-toi, je m’en occupe.
—Merci ma chérie.
Quelques minutes plus tard, nous sommes tous à table, il ne manque personne, pas même notre invité du samedi. Alors que tout le monde mange avec appétit en discutant de la semaine et en riant, je suis prise de nostalgie, je me revois des années en arrière, lorsque j’avais leur âge et que nous allions, mes parents et moi, chez ma grand-mère. Déjà à cette époque lointaine, il ne manquait aucun rendez-vous. Chaque samedi il était là, il partageait cet instant de bonheur avec nous.
Je me souviens encore de chaque détail, comme son parfum par exemple, doux et tenace à la fois. Je n’imagine pas un samedi sans lui, même après toutes ces années, il a encore sa place à notre table, peu importe le temps ou la saison, il fait immanquablement partie de la famille. Cette tradition hebdomadaire a survécu à ma grand-mère, elle me survivra à moi également, je sais que ma fille poursuivra cette tradition bien après mon départ.
—Tu as l’air bien pensive aujourd’hui, maman !
Alors que je reprends peu à peu mes esprits, je surprends mes petits-enfants en train de m’observer eux aussi.
—Oh ne vous inquiétez pas mes amours, je repensais simplement à mes jeunes années ? Au fait que certaines choses ne changes pas, et ce, peu importe l’époque.
Eve pose sa main sur la mienne, la serre un peu.
—Et certaines choses ne changeront jamais, maman. Dans 20 ans nous ferons encore nos petits repas du samedi, c’est une tradition bien ancrée dans nos vies.
—C’est vrai que c’est une véritable tradition dans cette famille.
Elle se lève et vient plus près de moi, me prend dans ses bras et me dis à l’oreille.
—Sans oublier l’éternel invité de cette tradition !
—Oh oui ma chérie, surtout, ne l’oublions pas. Que seraient nos retrouvailles du samedi sans un bon jambon !
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,