3
min

Territoire(s)

Image de Steph

Steph

137 lectures

149

Il a quitté les contreforts des dolomites voilà plusieurs mois. Il a longé les crêtes des cimes enneigées, contourné les lacs d’altitude. Sur plusieurs centaines de kilomètres, il a traversé les Alpes. Seul.

Je suis né tout près d’un fleuve qui prend sa source au cœur d’un glacier sous une grande aiguille rousse. J’ai grandi entre les montagnes. Moi aussi, je suis un mammifère, mais plus sédentaire.

Il est jeune. A peine trois ans. Quand est venue la saison des amours, le mâle alpha lui a clairement fait comprendre que les femelles en chaleur étaient sa chasse-gardée. Il n’avait pas d’autre choix que de quitter la meute et de partir à la recherche d’un nouveau clan.

J’ai vu le jour dans une clinique qui porte le nom d’une majestueuse chaîne de montagnes. Plus tard, j’ai fait mes études à côté d’un anneau où les particules s’entrechoquent à la vitesse de la lumière. Aujourd’hui, je travaille dans un laboratoire qui fabrique des robots plus petits que des atomes. Une start-up à la hiérarchie toute pyramidale, dirigée par une femme. Au sein de mon espèce, les mâles dominants n’ont plus la cote. Ils ont même tendance à faire profil bas ces derniers temps.

Il a erré jour et nuit dans les forêts de conifères et les grandes plaines, sans cesse en quête de nourriture. Parfois, il s’est approché un peu trop près des troupeaux. D’immenses garde-manger élevés par de drôles de bipèdes et surveillés par des canidés qui lui ressemblent étrangement. Des traitres sur quatre pattes qui sont passés de l’autre côté de la barrière, préférant la sécurité de l’emploi à une vie libre et sauvage.

Souvent, j’ai montré les dents, pour faire carrière ou écarter d’autres prétendants. Chez les humains, la lutte pour le pouvoir est permanente et la saison des amours dure toute l’année.

Partout où il est passé, il a laissé des traces odorantes sur le tronc des arbres pour marquer son territoire. Il a fini par s’établir sur un vaste plateau de calcaire, balayé l’hiver par des vents glacials et baigné de lumière dès que le soleil réapparait. Il a rencontré une femelle qui a bien voulu lui accorder ses faveurs et qui a mis bas une portée de cinq louveteaux soixante jours plus tard.

J’ai longtemps vécu dans un immeuble gris, au milieu des particules fines. J’avais beau planter des tomates sur mon balcon et circuler à vélo électrique pour limiter mes émissions de dioxyde, mon habitat avait perdu de son naturel. L’appel de la forêt était plus fort que moi. Le souvenir de mes lectures d’enfance aussi. J’avais besoin de grands espaces, besoin de changer de tanière. J’ai fini par aller m’établir sur un vaste plateau de calcaire, balayé l’hiver par des vents glacials et baigné de lumière dès que le soleil réapparait.

Le soir, lorsque les proies se font plus rares en altitude, il prend le risque de descendre jusqu’à la périphérie de la grande métropole.

Le soir, lorsque les réunions de l’après-midi se sont éternisées, je prends la route alors que la nuit est déjà tombée.

A force de migrations quotidiennes, nos chemins ont fini par se croiser. A la sortie d’une épingle, il a traversé la départementale devant le faisceau de mes pleins phares. J’ai donné un coup de volant pour l’éviter, et me suis retrouvé sur le bas-côté. Sous le choc, j’ai hésité un instant avant de sortir de ma voiture pour aller constater les dégâts.

Il est resté figé sur la route, ses deux yeux perçants dans les miens, sans doute aussi apeuré que moi. J’ai repensé aux images de Kevin Costner dansant avec Chaussettes, le loup des grandes plaines de l’Ouest américain, et cela m’a donné un peu de courage. J’ai ouvert ma portière. Il était là, à quelques mètres de moi seulement. L’animal mythique par excellence, aussi rare dans nos contrées que présent dans notre imaginaire.

Il n’a manifesté aucun signe d’agressivité à mon égard. Pourtant, avec ma parka rouge et ma capuche par-dessus la tête, j’étais une proie toute désignée. Il est même resté beaucoup plus calme que moi, conducteur énervé à l’idée de devoir changer une roue en pleine nuit. J’ai fait le tour de la voiture. Un enjoliveur rayé et un peu de tôle froissée, rien qui ne m’empêche de reprendre la route. Le temps que je remonte à bord, il s’est volatilisé. J’ai juste eu le temps d’apercevoir sa silhouette disparaître dans la forêt, puis j’ai entendu un hurlement, un dernier cri dans l’obscurité, comme pour me remercier de ne pas l’avoir écrasé.

Avant de rentrer, je me suis arrêté au supermarché. J’avais promis des croque-monsieur aux deux louveteaux affamés qui m’attendaient à la maison. Je leur ai raconté ma brève mais étonnante rencontre. Malheureusement, je n’avais eu ni le temps, ni le réflexe de sortir mon téléphone. A l’heure des chaînes YouTube et de leurs cohortes d’abonnés, je n’avais aucune photo ou vidéo à leur montrer. J’étais comme ce jeune berger qui crie au loup sans que les villageois ne réagissent. Mes enfants ont pensé que j’inventais cette histoire pour les inciter à aller se coucher plus tôt que d’habitude.

Je me suis endormi avec l’image envoûtante de ce magnifique loup gris croisé au détour d’un virage. Parce qu’ils avaient en commun de chasser en meute, nos lointains ancêtres avaient fini par s’apprivoiser mutuellement. Cela avait pris des millénaires, et voilà que nous étions à nouveau condamnés à cohabiter. Canis lupus et homo sapiens, deux prédateurs tout en haut de la chaîne alimentaire, ou presque. Deux animaux sauvages, épris de liberté et toujours en quête de nouveaux territoires, à se demander s’il y avait encore de la place pour deux sur ce vaste plateau de calcaire, balayé par les vents et baigné de lumière.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très court
149

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une histoire qui peut arriver à n'importe qui ! L'animal heurté est plus souvent une biche ou un sanglier ! La mise en scène est superbe ! Bravo, Steph ! +5
Je vous invite à lire mon sonnet "Paysage nocturne" si cela vous dit : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous.

·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Une écriture à deux voix, deux points de vue ! bipède et quadrupède. Deux vies parallèles qui finissent par se rencontrer, se télescoper pour ensuite se séparer de nouveau. Je rejoins Aurélien dans son analyse et j'ajouterai que ce texte diffère des autres lus jusqu'à présent pour sa tonalité toute particulière et l'angle d'attaque de l'histoire choisi. C'est très original. Bravo !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci beaucoup Claire !
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Une très belle valse des points de vue pour un très beau texte, un des meilleurs que j'ai pu lire ces derniers jours. Il y a ce sens du détail pertinent, ici, que j'apprécie tant en littérature. L'écriture est fluide et subtile, les personnages émouvants. Franchement un excellent récit, que je serais déçu de ne pas voir en finale. Ce n'est pas la première fois que j'apprécie énormément un de tes textes, tu as une vraie constance dans ta qualité d'écriture pour des sujets très divers. Un grand bravo :)
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci beaucoup Aurélien ! J'apprécie d'autant plus ton commentaires que tes analyses (que ce soit à propos de mes textes ou de ceux des autres) sont toujours très pointues et très pertinentes.
·
Image de Michèle Wanneau
Michèle Wanneau · il y a
L'homme est l'ami des bêtes, c'est bien connu
J'ai bien aimé le parallèle de ces 2 histoires axées sur la nature....bravo

·
Image de Claire
Claire · il y a
toujours aussi bien écrit, bravo!
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Claire !
·
Image de Maryse Smagghe
Maryse Smagghe · il y a
Si bien écrit que j'ai fait un beau voyage. Bravo Stéphane
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Maryse !
·
Image de Coco
Coco · il y a
Magnifique ! ....autobiographique je crois?... Ce beau texte m'a particulièrement émue et je l'ai relu plusieurs fois pour m'en imprégner ! Communion avec la nature même si nous nous en éloignons trop souvent !!!
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Coco. Ton coco... mentaire me touche particulièrement. Bises
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un récit captivant et on ne sait plus au final qui est l'homme qui est le loup , tant les trajectoires sont semblables .
Tous deux épris des grands espaces .
Un frisson de liberté traverse votre texte .

·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Ginette ! Je voulais effectivement entretenir la confusion entre l’homme et l’animal, sans vraiment me prononcer sur le plus sauvage des deux !
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Un hymme que j'ai apprécié.
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Raymond !
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un mélange rêve/réalité très plaisant...mes voix
En lice avec ' De mâle en bien ' si vous aimez

·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Zouzou !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le TGV avait maintenant atteint sa vitesse de croisière. A travers l’épais double vitrage, les collines et vallons du centre de la France défilaient à plus de trois cents kilomètres à ...