744 lectures

119

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Elle est plutôt jolie. Des traits fins, les cheveux légèrement en bataille et le teint encore un peu rosé des nouveaux. Elle a l'air d'avoir froid et je l'envie. J'ai tout oublié des sensations déjà, moi qui suis là depuis des mois. Une légère angoisse flotte au fond de ses yeux noirs. Des milliards de questions doivent se bousculer à ses lèvres en cet instant, et personne pour y répondre. Bien sûr, il y a moi, sur mon banc, qui l'observe en silence. Dans mon ancien lycée, un lointain souvenir maintenant, je serais sûrement allé l'accueillir, je lui aurais fait visiter tous les recoins de l'établissement, je l'aurais peut-être même draguée, qui sait... Mais ici... À quoi bon ? Ce lycée, si on peut vraiment le qualifier ainsi, n'est qu'un lieu de passage, le vague reflet d'une vie passée, une transition. On peut y rester longtemps, noyé dans son chagrin, ou dépasser son appréhension et partir, passer à la suite, à l'inconnu. Pas de choix possible, pas de dossier pour des écoles supérieures, simplement une autre porte qui s'ouvre. La nouvelle ne bouge pas, elle semble peu à peu comprendre la raison de sa présence ici, comprendre qu'il n'y a plus de retour possible. Les autres élèves la frôlent, leurs regards vides passant sur elle sans la voir. Tant d'âmes perdues errant dans ces longs couloirs de pierres en attendant le prochain cours, la prochaine étape de leur apprentissage, de leur formation pour une nouvelle... Une nouvelle quoi au juste ? Vie ? Est-ce que ce mot a encore un sens ? Plongé dans mes sombres pensées, je n'ai même pas remarqué que la nouvelle s'est assise à côté de moi.
— Suzanne.
— Pardon ?
— Je m'appelle Suzanne. Et toi ?
— Damien.
On ne dit rien pendant un long moment. Le temps. Encore quelque chose qui nous échappe dans ce lycée. Cet étrange lycée dont personne ne soupçonne l'existence. Suzanne frissonne à côté de moi. Peu à peu, des souvenirs de mon propre premier jour me reviennent. La façade imposante du bâtiment, écrasante. Mes pieds nus sur les dalles, seul dans les couloirs. L'absence de professeurs ou de tout autre adulte. La pâleur des élèves, le poids de la fatalité. Les jours qui avaient suivi mon arrivée, recroquevillé sur mon lit dans ma petite chambre, ma petite cellule. Et puis les premiers cours qu'on ne veut surtout pas entendre. Ces cours infernaux qui nous remodèlent, nous déforment, nous réforment. Comme un lavage de cerveau. Finalement, Suzanne plonge ses yeux dans les miens. Sa voix est remplie de sanglots.
— Je ne sais pas ce qui s'est passé. J'étais bien dans mon lycée. J'étais plutôt bonne élève, entourée d'amis, j'avais même un amoureux. J'étais heureuse. Pourquoi m'ont-ils envoyée ici ? Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai mal fait ?
Je ne sais pas quoi répondre. Les premiers jours... Ce sont toujours les plus durs. Il faut apprendre à lâcher prise, à se défaire du passé, à oublier notre colère. Il faut comprendre que ce n'est la faute de personne, qu'on y est pour rien. Il faut accepter qu'il y a des choses qu'on ne comprend pas, qui nous dépassent. Il faut continuer à être entre ces quatre murs, prisonniers de notre condition pour un temps incertain, peut-être infini... La première chose à faire c'est revivre. Revivre le plus douloureux des souvenirs qu'un cœur d'adolescent puisse porter. Ce petit bout de passé qui a donné cette forme cruelle à notre présent. Il faut revivre la raison de notre présence dans ce lycée sans nom. Je me retourne vers elle, las.
— J'étais à une soirée avec des amis. Il y avait de la musique à fond, des tonnes de gâteaux apéritifs, des bonbons et surtout, de l'alcool à volonté. Ma copine venait de me larguer et déjà elle en bécotait un autre sous mon nez, au milieu de la piste de danse. J'ai bu une bière, puis une deuxième, puis un verre de vodka, puis un autre, et j'ai arrêté de compter. Les couleurs se confondaient, le décor tanguait... Je suis devenu agressif et j'ai explosé le nez de l'autre imbécile qui tripotait ma copine. Il me l'a bien rendu... J'ai perdu connaissance... Après ça on m'a envoyé ici.
Suzanne me regarde avec appréhension comme s'il elle devinait la question que je vais lui poser, la question que tous les nouveaux redoutent.
— Et toi ? Comment es-tu morte ?



PRIX

Image de 2015

Thèmes

Image de Très très courts
119

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kendra Ladel
Kendra Ladel · il y a
Une fin poignante, une chute vertigineuse.
·
Image de Matthieu Kondryszyn
Matthieu Kondryszyn · il y a
On devine la fin au fil de la lecture mais c'est bien écrit. J'avais écrit un truc il y a plusieurs années sur la condition d'un fantôme ; faudra que je la retrouve. Bravo en tout cas pour votre écriture fluide.
·
Image de Pirate
Pirate · il y a
Juste génial ! Bravo !
·
Image de Hime-Chan
Hime-Chan · il y a
Meh.
Je veux dire, c'était très bon, évidemment. Toujours aussi bien écrit.
Mais... Je l'ai trouvé moins marquant que tes autres textes. Beaucoup plus prévisible et... Moins poétique.
Bref, j'ai aimé, mais après le chef d'oeuvre qu'est ''Quand la neige fond'', c'est un peu pâle...

·
Image de Chatsometimes
Chatsometimes · il y a
Je découvre ce texte aujourd'hui, je n'ai pas pu voter avant dsl. Très joli texte, même si la fin se laisse deviner :-)
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
J'avais lu votre texte, j'avais aimé, j'avais voté.
Vous avez voté une première fois pour mon chemin détourné :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/chemin-detourne-1
Ce texte est en finale. Si vous aimez encore, vous pouvez remettre un bulletin dans l'urne.

·
Image de Elise Frank
Elise Frank · il y a
C'est après avoir reçu mon Phosphore dans ma boîte aux lettres ce matin, que j'ai pu lire avec énormément de plaisir ton texte. La chute est excellente. Cette lecture m'a d'ailleurs également donné envie de poster à mon tour mes écrits.
Alors, je te remercie d'abord pour cette belle lecture, mais aussi pour m'avoir permis de trouver le site de Short Edition ! ♥

·
Image de Rouge-coeur
Rouge-coeur · il y a
Merci beaucoup ! Cela me fait plaisir que des lecteurs de phosphore découvre Short édition en partie grâce à mon texte !! :)
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Félicitations ! :D Ton texte est vraiment génial, tu méritais de gagner ;)
·
Image de Rouge-coeur
Rouge-coeur · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Hhl
Hhl · il y a
Bonsoir à toi. Suite à ton invitation, je suis passé sur ton fan art d'Harry Potter. Honnêtement, j'ai jamais lu ni vu quoi que ce soit relatif à ce personnage. Alors j'ai lu les cinq premières lignes et j'ai arrêté. Je crois que je suis trop vieux (lol). Ceci étant, j'ai parcouru ton profil et j'ai relu (avec plaisir) ton "que la magie..." lauréat de la dernière matinale en cavale. Purée je ne me souvenais plus que c'était toi. Il y a tellement d'auteurs ici.
Puis j'ai lu celui-ci. Lauréat "La matinale des lycéens" ? Si jeune et déjà une plume magnifique. J'ai adoré ton histoire. Tu as vraiment du talent, jeune fille.
N'hésite pas à venir me tirer par la manche pour que j'aille lire tes prochains, je t'ai à l’œil, toi et quelques autres jeunes pousses de Short (Léa, Tom, entre autres).
Mon vote.

·
Image de Rouge-coeur
Rouge-coeur · il y a
Hhl ton commentaire me touche énormément... Je ne sais pas trop quoi dire... Merci du fond du coeur ! Je n'hésiterai pas à venir te tirer par la manche ;)
·
Image de Hhl
Hhl · il y a
De rien. Je ne complimente jamais pour rien. Et puis c'est on ne peut plus normal d'encourager le talent. Comme j'ai l'habitude de dire, quand j'avais ton âge, j'aurais donné cher pour que Short existe. Profite. Et continue d'écrire.
Bien à toi. Signé un vieil écrivaillon ;-)

·
Image de Maud
Maud · il y a
Je ne découvre que maintenant ce texte, une belle lecture !... :-)
·
Image de Rouge-coeur
Rouge-coeur · il y a
Merci Maud ! :)
·