Sur les chemins de l'inconscience

il y a
2 min
134
lectures
106
Qualifié

Née à La Rochelle, fille de la mer par excellence, je me plais aussi à la montagne, adepte de la randonnée, du canoë, mais également du bricolage, création artistique, tout un mélange qui se  [+]

Image de 4ème édition
Image de Très très courts
Minuit quinze, tout est calme. Paul inspire très lentement, emplit ses poumons d’air et relâche paisiblement son oxygène. Il lève les yeux vers son assistante et en un clignement indique qu’il va démarrer son opération. D’un geste sûr il commence l’incision délicate. Ses mains ne tremblent pas. Sans ciller ses yeux suivent le tracé qu’il pratique sans guide puis se lèvent en direction de mon assistante. Celle-ci éponge le mince filet rougeâtre qui jaillit. Il ne pense pas à sa patiente, il ne peut pas se le permettre. Il pense à sa mission, à son devoir, la délivrer de son mal qui la ronge. Plus de trente ans maintenant qu’il pratique des interventions sur le commun des mortels. Cette nuit, alors qu’aucune opération n’est légalement programmée, Paul agit en toute illégalité avec pour complice son fidèle assistante Louise. Il a chaud derrière son masque, il transpire, Louise l’éponge sans qu’il ne lui dise rien, elle sait. La patiente, Claire, promène ses rêves anesthésiés dans des zones inconnues de sa conscience tout comme le jour elle promène en toute inconscience ses délires et divagations. La machine qui la relie à la vie terrestre bipe régulièrement. Les courbes rouges et vertes montent et descendent, les chiffres de sa tension se modifient mais restent relativement stables. Paul peut vraiment démarrer son exploration. Au bout de quelques minutes, incision et découpage, il aperçoit enfin la matière blanche, molle, cette partie du corps qui reste le mystère absolu. Quel être peut dire qu’il sait absolument tout de ce kilo quatre cent grammes qui inspire toute une vie, toute une réalité, qui fait des êtres bons ou des monstres. Des études, essais et divers expériences valident des thèses périlleuses. Des imageries de plus en plus prodigieuses montrent cet intérieur le plus intime. Combien de patients sacrifiés pour la cause ? Pourquoi en cet instant si délicat la propre matière grise de Paul l’envoie sur les chemins de la réflexion alors qu’il devrait avoir une concentration ultime, Il ne saurait le dire. Peut-être la peur d’envoyer cette patiente qui lui est si chère au très fond de l’au-delà. Un regard envers sa fidèle infirmière lui démontre, derrière son masque, qu’il ne s’est absenté qu’une fraction de seconde. Concentre-toi se dit-il. L’hémisphère gauche sur lequel il doit intervenir, la zone sensible, le cortex, se décline maintenant en trois dimensions, colorisé sur l’écran de contrôle. Paul perle de mille gouttes de sueur, se liquéfie de peur et d’angoisse, pourtant il poursuit son intervention, sa recherche du mal sur sa patiente. Sa patiente...l’amour de sa vie, sa femme, celle qui, jusqu’à cinq ans, partageait toute son existence, ses joies, ses rires, ses peines, son amour... Aujourd’hui elle se noie dans des zones de songes les plus curieuses, elle erre depuis plusieurs années dans le dédale de la conscience relative. Elle aussi explore des réalités insolites. Quelque fois Paul son mari devient son fils ou bien le plus illustre des inconnus. Elle fait partie de ceux qui partent ou qui partiront sans s’en rendre compte. Quelquefois elle n’est déjà plus là. Alors il a décidé l’impensable, lui redonner peut-être un semblant de vie, une lueur d’être, d’exister à nouveau dans son amour le plus infini. Lui le grand chirurgien neurologique a décidé en cet instant de lui redonner tout simplement vie alors que la science ne sait toujours pas soigner cette pathologie, il sait aussi qu’il peut y mettre un terme d’un simple coup de bistouri. Il repousse cette idée, inspecte axones, neurotransmetteurs, relie auto-récepteur, cautérise vésicules. Son temps est compté, celui de Claire aussi. Ses mains s’activent, ses doigts s’empressent, son cerveau pense à son travail. Il pousse l’obligation de réussite jusqu’à l’extrême, jusqu’à la limite suprême.
Le jour se lève enfin, Paul sommeille dans un fauteuil auprès du lit d’hôpital de son épouse Claire. Il ouvre les yeux dans un soupir de fatigue légitime. Elle le regarde et lui sourit.
106

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Etrange expérience. Exploration de la conscience des 2 côtés du bistouri... +1 mais trop tard
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci weesos, il n'est jamais trop tard...je vous invite à découvrir "j'aimerai vous connaitre mieux..." prix saint valentin
Image de Bertrand Pigeon
Bertrand Pigeon · il y a
un texte troublant
sur une expérience intime
pour ce chirurgien^^+1
dans la tête de sa femme

hélas je passe un peu tard^^

Image de Billie L
Billie L · il y a
merci bertrand pour votre commentaire, et pour le vote peu importe que mon texte ne soit pas qualifié pour la finale, c'est toujours un plaisir que d'écrire et de faire partager aux autres, c'est ce qui compte
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Comme un film d'épouvante dans un cauchemar, une expérience interdite dans un lieu interdit ....
(Pour ma part, je t'invite paisiblement à écouter les nuages ... http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecouter-les-nuages)

Image de Billie L
Billie L · il y a
merci miraje, je vais m'envoler vers "les nuages"
Image de Soledad
Soledad · il y a
Votre texte m'a emporté très très loin... L'exploration de l'inconscient nous a visiblement bien inspiré pour cette matinale. Je trouve que votre proposition est d'une grande richesse. Bravo
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci beaucoup Soledad
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
C'est un texte poignant.
C'est amusant, mon chirurgien également, mène une exploration clinique sur son épouse. Il a également une expérience de trente ans...
Bravo Billie pour cette exploration du cerveau de Claire ! J'ai beaucoup aimé !

Image de Billie L
Billie L · il y a
merci Geny et oui suite à votre commentaire je viens de "courir" lire votre texte, effectivement idée semblable, amusant
Image de Coraline Hausenblas
Coraline Hausenblas · il y a
Votre texte est captivant, on suit les gestes délicats de ce chirurgien ! :-) Mon vote et bonne continuation :-)
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci Coral, bonne continuation à vous aussi !
Image de Vodko
Vodko · il y a
On suit ses pensées et ses gestes avec le cœur tambour battant, merci pour ce texte touchant d'autant qu'il m'est familier, mes votes
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci vodko !
Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
Hou... cette exploration-là est particulièrement difficile !
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Un texte qui met en haleine , bravo ! +5 Je vous invite à lire mes poèmes en lice < Feuille d'automne > et < Dans les songes >
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci Lammari, je vais decouvrir votre "feuille d'automne" et vos "songes"
Image de Maud G.
Maud G. · il y a
On retient son souffle du début à la fin. Très bon texte ! :-)
Image de Billie L
Billie L · il y a
merci Maud !