Sur les chapeaux de roues

il y a
4 min
268
lectures
57
Qualifié
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Savoir rebondir, à tout âge, pour s’offrir la vie dont on rêve… c’est la belle leçon de vie que nous offre Mireille, ce personnage si

Lire la suite

Comme mes ancêtres prenaient la plume, je fricote avec le clavier, et comme il est parfois difficile de trouver sa voie, j´ai décidé de faire entendre la mienne ! Pour me connaître davantage  [+]

Image de 2021
Image de Très très courts
« Foutu moteur ! ». Mireille essaya à plusieurs reprises mais sa tondeuse ne voulait plus démarrer. C'était bien sa veine, elle avait prévu ça aujourd'hui et elle ne voulait pas remettre à plus tard. Une immense lassitude la plomba, les larmes montèrent et elle se laissa tomber sur le muret. Elle vérifia toutefois qu'aucun voisin ne la surprendrait. Ceci dit, ils étaient toujours cloîtrés chez eux. Elle ne comprenait pas. Parfois en pleine journée, les stores étaient baissés. Pourtant, ils avaient des jardins, certains avec des balançoires et des terrasses, jamais elle ne voyait le bout de leurs nez. Elle avait bien essayé de les amadouer en cuisinant son fameux far breton. Elle ouvrait grand les fenêtres espérant que l'odeur les attirerait. Ils prétexteraient venir lui emprunter du sel et elle se ferait une joie de leur offrir le goûter. Ça ne s'était jamais produit, peut-être que ça ne marchait que dans les films. Son petit-fils lui avait conseillé de demander « cash », c'est-à-dire directement, mais elle avait toujours hésité. Et s'ils refusaient ? Elle aurait l'air fin. Non, elle préférait traîner dehors et les croiser « par hasard ». Au moins, quand elle travaillait, elle en fréquentait des gens. De toutes sortes, c'est vrai, des emmerdeurs et des sympas aussi. La retraite, c'était mortel pour elle. Elle avait bossé comme une dingue pendant 44 ans, à nettoyer, à dégraisser, à faire briller toutes sortes de surfaces. Elle avait astiqué quasiment toute la superficie de la Bretagne ! Grâce à elle, des gens respiraient mieux, pouvaient admirer l'horizon. Certains ne remarquaient même pas.
Elle regarda ses mains toute abîmées par les produits ménagers. Elle qui rêvait d'être pianiste quand elle était enfant, c'était loupé. Elle tapota sur ses cuisses alors que les larmes continuaient à couler. Qu'est-ce qu'elle avait fait de sa vie ? Elles étaient parties où ses envies ? Même ses enfants avaient fui. Alors qu'elle s'était préparée à être une « Mamie gâteau », elles connaissaient à peine sers petits-enfants. Elle accumulait les cadeaux dans un placard pour leur visite annuelle. Elle avait tellement envie de profiter de leur présence exceptionnelle qu'elle ne trouvait pas le sommeil les jours d'avant. Elle rangeait la maison, remplissait le frigo de yaourts acidulés, elle achetait même leur pâte à tartiner préférée alors qu'elle trouvait qu'une tartine de beurre et quatre carrés de chocolat, c'était bien meilleur. Ce qu'elle aimait, c'était cacher des bonbons sous leurs oreillers. Et quand enfin ils arrivaient...c'était un pur bonheur de les serrer dans ses bras, d'entendre leurs rires résonner. Il restait 121 jours avant les prochaines vacances d'été, comment elle tiendrait ? Elle s'en voulait de cette avalanches de pensées, d'habitude elle tenait le coup : la télé, le ménage, la sieste, le jardin, tout ça l'occupait. Pourquoi cette maudite panne était venue modifier son train-train ?
Elle se décida à rentrer, personne ne semblait venir pour la consoler. Elle fournit un effort surhumain pour se relever, traversa le garage et se laissa retomber sur une chaise dans la cuisine. « Mireille, ma vieille, tu vas pas te laisser aller, ça te ressemble pas ! ». Voilà qu'elle se parlait toute seule, c'était mal barré. Elle ouvrit le courrier qu'elle avait jeté sur la table le matin même. Parmi les pubs, il y avait son relevé bancaire. D'ordinaire, elle le rangeait directement dans le classeur sans même le regarder. Cette fois, elle prit le temps de décortiquer. Elle avait 27 000€ d'économies. Malgré tous les « prêts » qu'elle avait fait à ses enfants, c'était une belle somme. La maison était payée depuis belle lurette, elle était franchement pas à plaindre. Une idée lui traversa l'esprit, un éclair fulgurant qu'elle aurait pu laisser filer. Pourtant, elle le retint. Elle se dirigea vers son bureau, alluma l'ordinateur et tapa « trouve-tout » sur le clavier. Elle fit défiler les images, il y en avait de toutes les tailles et à tous les prix, comment choisir ? Toutes ces options, elle n'y connaissait rien. Après trois heures de « surf », comme disaient les jeunes, elle se décida pour le C55 de chez Laika. Comme si elle avait mûri son plan depuis des mois, tout était limpide dans sa caboche. Satisfaite, elle alla se coucher sans dîner, elle se sentait nourrie par sa formidable idée.
Elle ouvrit les yeux au son des oiseaux. 6h31, le soleil était à peine levé. Elle se sentait excitée par cette journée qui s'annonçait. Elle se prépara une tasse de chicorée et beurra quelques biscottes qu'elle engloutit tant elle était impatiente. Elle s'habilla et alla dans le garage pour réveiller sa vieille 2 CV. Une heure plus tard, c'était 120 chevaux qui la tractaient ! Le vendeur lui avait vanté la puissance du moteur malgré l'ancienneté du camping-car. Elle s'en fichait pas mal, tant que ça roulait. Elle se sentait drôlement petite au volant de ce mastodonte, elle aurait pu faire rentrer sa voiture dedans ! Elle décida de la laisser sur place. Elle reviendrait la récupérer...ou pas, l'avenir le déciderait ! A présent, il fallait préparer son départ. Une fois devant chez elle, elle eut des difficultés à manœuvrer, il faudrait être vigilante. Elle fit sa valise en chantonnant, prépara une caisse avec de la vaisselle et des ustensiles de cuisine, et une autre avec des outils, ses mots fléchés et quelques livres. Elle emmena tout ça vers sa nouvelle maison mobile sans oublier des draps propres, sa couette et son oreiller. Elle irait faire des courses sur le trajet. Quel trajet au fait ? Elle n'y avait même pas réfléchi. Elle avait envie de voir la mer. Va pour l'île de Ré, ça lui évoquait le piano ! Elle achèterait un atlas routier pour savoir comment y aller. Elle ferma les volets, eut une pensée pour Maurice qui avait eu la bonne idée de mourir l'an passé. Son échappée aurait été plus compliquée avec un chat aveugle et incontinent !
Sans atermoiement, elle ferma la porte à clé, mit celle-ci sous le pot de fleur sur le rebord de la fenêtre puis elle escalada le marche-pied pour s'installer au volant de son paquebot. Elle avait la sensation d'avoir huit ans et d'être dans le bus magique, comme dans le dessin animé que ses petits-enfants aimaient regarder. Il faudrait lui trouver un nom à son nouveau compagnon de route. Un discret « yihaaaa » s'échappa de sa bouche. Elle jeta un œil du côté de chez les voisins des fois qu'ils soient tous là agitant leurs mouchoirs blancs pour lui souhaiter la « bonne aventure ». Personne à l'horizon. « Tant pis pour eux, ils me regretteront ! » se surprit-elle à dire à voix haute. Elle tourna la clé et le bruit si prometteur la charma. Alors que sa « dodoche » affichait 267 043 km au compteur, celui-ci était à 53 071, elle avait de la marge. Elle passa se ravitailler à Casinouille. Pour le diesel, c'était bon puisque le gars lui avait vendu avec le plein. Y avait plus qu'à... Mettre les voiles, larguer les amarres, appuyer sur le champignon quoi !
En s'engageant sur la bretelle d'autoroute, elle se sentait pousser des ailes. Elle jetait régulièrement des regards dans le rétroviseur intérieur, elle n'en revenait pas de conduire sa nouvelle bicoque. Dire qu'elle pourrait s'arrêter où bon lui semblait pour piquer un somme ! Elle était comme les escargots qu'elle aimait observer quand il pleuvait. Peut-être que tondre son jardin lui manquerait, elle trouverait d'autres occupations. Tiens, elle pourrait cuisiner des bons p'tits plats et les distribuer aux passants. Sûr qu'elle trouverait des gourmands sur le chemin... Elle avait vu des « Food truc » à la télé, elle aussi pouvait régaler et même gratis ! Tartes tatin et crêpes flambées à qui voudrait. Ça s'appellerait « Les merveilles de Mireille » ou « Chez Mimi ». En voilà une bonne idée ! Elle alluma le poste radio, elle ne comprenait pas l'anglais mais elle se mit à fredonner : « Itss e niou dè, itss e niou laïf for mi end aïm filin gouuuuuuudddddd ».
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Savoir rebondir, à tout âge, pour s’offrir la vie dont on rêve… c’est la belle leçon de vie que nous offre Mireille, ce personnage si

Lire la suite
57

Un petit mot pour l'auteur ? 27 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Rebondir, une affaire quotidienne :-) Bravo pour votre texte et les recommandations reçues !
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
Merci pour ce bon moment en compagnie de votre texte, j'ai aimé
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Arsène, j'en suis ravie !
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
C est mérité Audrey
Laissez moi vous inviter si vous avez une minute de lire mon texte. Merci
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-destin-funeste-1

Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Wouah, Audrey ! Votre récit est recommandé par Short... Comme je suis contente ! Je ne m'étais donc pas trompée, votre talent est certain. Bravo ! Et c'est une Mireille qui le dit !
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Mireille pour vos encouragements, votre enthousiasme a sûrement influencé le jury ! C'est important pour moi d'être encouragée alors MERCI d'être à mes côtés :-)
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Un texte très original. J'ai adoré.
Je vous prie de lire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-prieres-de-madou

Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci infiniment.
Image de Aane Korne
Aane Korne · il y a
Beau texte. Une mamie gâteau, seule, mais pleine de vie.
Mais je crois qu'il y'a un souci avec la phrase : ''elles connaissaient à peine sers petits-enfants.''

J'encourage votre texte avec mes voix et un abonnement à votre page.
Et je vous invite à découvrir mon texte sur :https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-diable-et-le-tango. Merci d'avance.

Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Sylvère pour votre commentaire !
Image de Fabienne Dulac
Fabienne Dulac · il y a
Merci pour ce portrait de femme forte et attachante. On la voit bien cette Mireille, qui sait reprendre sa vie au milieu de l'indifférence générale. J'aimerais bien goûter ses crêpes ou son far breton.
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Fabienne pour votre lecture et de la faire vivre en voulant goûter ses petits plats !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un portrait de femme très attachant... et Une plume fluide. J'ai vraiment beaucoup aimé.
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci la Môme, je suis d'autant plus touchée que j'apprécie beaucoup votre plume aussi ! Longue vie à l'écriture...
Image de Sven Depp
Sven Depp · il y a
Très belle plume. Vous savez nous entraîner loin dans les vagues.
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Sven !
Image de Mireille Giles
Mireille Giles · il y a
Oui je donne mes voix, comment ne pas trouver délicieux ce regard si bienveillant porté sur une autre Mireille à laquelle il n'est pas bien difficile de s'identifier, en ce qui me concerne! Merci à l'excellente idée de mon homonyme , grâce à qui j'ai découvert votre jolie plume, et votre site qui va faire des heureux!
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
J'en suis ravie ! Merci et vive les Mireille !
Image de Bénédicte Waltisperger
Bénédicte Waltisperger · il y a
Moi je trouve ça surtout attendrissant, une mamie comme ça, avec sa petite 2CV, qui attend l’arrivée de ses petits enfants qui viennent trop peu et qui lui manquent et puis tout le reste...ça pourrait continuer on a envie de savoir la suite. Bravo, je vote !
Image de Audrey Beauvais
Audrey Beauvais · il y a
Merci Bénédicte d'avoir pris le temps de commenter. Je suis ravie que vous ayez aimé !