Sur le chemin de demain

il y a
5 min
42
lectures
24
Qualifié

Je tente l'aventure de vous écrire quelques lignes, alors je vous laisse l'envie de me lire! Avec les mots et le cœur partageons ensemble de jolies histoires  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Au lendemain de tout, dans un monde ivre de tristesse, mélancolique à en devenir fou, rythmé par des manifestations violentes pour divers sujets de société, par des agressions en tout genre, Diane, elle, elle vit aujourd’hui. Son présent devient son avenir. Elle s’était coupé de ce monde devenu imbuvable à ses yeux et de ces êtres qui peuplent la Terre ces six dernières années, ou presque. Elle ne supportait plus les conseils et les jugements, ni l’empathie d’ailleurs. Elle l’âge où l’on sort et fait la fête, elle, elle a mis sa vie sociale sur pause. Comprendra qui veut, se disait-elle.
Les vagues qui se jettent à ses pieds bercent son rythme cardiaque. Aujourd’hui, Diane respire. Aujourd’hui plus qu’hier en tout cas. Car hier fût une longue épreuve qu’elle souhaite désormais oublier. Elle veut laisser la maladie derrière elle. Elle a donné deux fois, en si peu de temps et y a laissé deux parties de son corps qui lui offraient sa féminité. Et c’est bien assez pour une seule personne. Alors oui, un bout d’elle-même a disparu avec les opérations. Mais cette nouvelle Diane renoue petit à petit avec sa joie de vivre. Même si finalement, elle aura toujours cette épée de Damoclès sur la tête.
C’est les pieds dans l’eau qu’elle avance. Un sourire sur ses lèvres s’est figé avec délicatesse et élégance et ne veut plus la quitter. Les questions qui lui tourmentent l’esprit cherchent encore quelques réponses. Et que vont dire les autres ? Dois-je en parler ? Et ce corps, comment se l’approprier ? Peut-on encore m’aimer ? Suis-je encore une femme ? Suis-je encore belle ? Et bien d’autres points d’interrogations qui eux restons en suspend car Diane fait le vide. Le long de la plage, elle s’évade. Le soleil est chaud comme en plein été mais le vent lui annonce l’automne.
Septembre c’est une nouvelle vie à lui tout seul. La rentrée des classes ordonne la rigueur aux parents. On se découvre de nouvelles passions. Et on prend un nouveau rythme de vie que les vacances d’été ont mis en attente. Pour la première fois, Diane ne retournera pas au travail. Elle a tout lâché. Son patron a été compréhensif mais pas vraiment patient. Ses collègues l’ont jugé morte avant l’heure. Les mots, c’est une chose mais les regards, c’est peut-être le pire pour elle. Diane a tranché après un long débat avec son compagnon, non, il n’y a rien de bon à retourner là-bas. Et puis Diane ne veut plus perdre de temps. Son boulot de comptable l’ennui, elle veut du fun, comme elle dit. Elle se voit déjà comédienne, en tête d’affiche pour un grand spectacle. Rêver c’est beau, mais ce n’est pas assez pour cette jeune trentenaire.
Posée à même le sol, alors que ses mollets sont recouverts de sable, Diane griffonne sur un papier quelques phrases. Elle veut se lancer dans un one-woman-show. Un seul en scène comique où elle y racontera sa vie. Puisque cette épreuve lui a été douloureuse autant qu’elle lui soit utile, dit Diane à Yann qui vient juste de la rejoindre sur la plage. C’est avec humour qu’elle veut décrire sa perte de cheveux, sa maigreur, ça, et tant autres choses. Yann est fasciné par la faculté qu’a sa douce à raconter avec bonheur ce malheur. Il en faudra des pages et des heures à faire tout ça. Des mois, des années peut-être. Diane décide de mettre toute son énergie à ce nouveau projet, elle sait que Yann sera là près d’elle. Comme il l’est depuis des années.
Alors que certains ne comprennent pas pourquoi il reste avec une femme condamnée, lui il se tait. Ils n’auront jamais d’enfants et tous savent visiblement mieux que Yann, qu’il en voudra un jour. Yann ne leur répond pas. Il a encaissé, parfois avec souffrance, la violence de la maladie de Diane mais il se tait. Encore une fois. Il est resté un bon moment près d’elle à l’hôpital dans un silence majestueux avec un sourire sublime. Diane n’avait à ce moment-là pas d’autre envie que de vivre pour lui. Il a été patient et compréhensif. Il a choisi de ralentir un peu son travail d’avocat pour passer du temps avec Diane. Il a essayé au maximum de se rendre présent à ses rendez-vous médicaux et Diane s’est sentie soutenue. Mais bien plus que pendant sa maladie, Yann a maintenant peur pour Diane. Il se demande ce qu’elle va faire de sa vie. Être artiste c’est bien beau. Mais il faut continuer à payer les factures. Ils ont aussi des projets de couples, des projets d’adoptions et de voyages qui méritent maintenant d’être vécus. Yann ne veut plus rester dans le silence. Car tant de silence depuis tant d’années ce n’est plus possible. Diane est sans doute devenue une autre. Mais lui avec tout ça, il s’est un peu perdu.
Diane a toujours les pieds dans le sable et la tête à ses écrits lorsque Yann veut lui faire entendre raison. La raison ressemble à quelque chose qui a pour définition la vérité. La raison c’est être raisonnable et ne pas faire d’erreur. Puisque Diane recherche ce qu’il y a dans son cœur. Elle se fou de la raison. Son cerveau se coupe un instant avec toutes les pensées qui l’accompagnent habituellement. Le débat est lancé entre les deux. Diane tente d’expliquer à ce rationaliste de Yann que le cœur est beaucoup plus vrai que le reste. Que la raison n’est que la part objective du mental mais que toutes émotions sont étouffées. Et contrairement à ce qu’on pense, être raisonnable c’est aussi se laisser guider par ses peurs en les acceptant et en les combattant. Diane n’a plus peur de rien. Elle a vaincu la maladie alors la raison n’a plus de place dans sa vie. Elle n’a plus le temps pour ça.
Les vagues deviennent un décor, et le bruit de l’eau, un semblant de souvenir du bonheur. Diane et Yann entame un combat de mots animés. Et tout s’écroule. En une seule dispute le monde de Diane s’effondre. Elle a tout combattu mais pas ça. Personne ne s’attend à ça ce jour-là. Alors que Yann est devenu sa bouffé d’oxygène, voilà maintenant que ses mots sont toxiques. Il accable Diane de tout. Des choses qui se sont passés il y a tellement de temps qu’elle ne s’en souvient plus. Mais Yann a gardé cette rancœur au fond de lui. Et le sujet des enfants revient sur le tapis. Pourtant Yann sait que l’adoption est la seule option mais d’un coup il la rejette avec une vive émotion. Lui qui a tant espéré un futur à deux, il voit sa vie s’éloigner de celle de sa douce. Les mots qui sortent de leurs bouches s’harmonisent avec les larmes coulent le long de leurs joues. Puis un silence s’installe.
Voilà, le vent se lève sur les vagues alors que les tensions se calment entre Diane et Yann. Les choses ont été dites une dernière fois. Sonne 17h00 à l’Eglise voisine, et ce bruit qui retentit, résonne pour Diane comme le mot de la fin. Pour tout un tas de chose, ce soir Diane tourne la page vers une nouvelle vie. Et même si le deuil de la maladie ne s’est pas encore fait, elle sait que le deuil de la séparation sera plus dur. Mais aucun combat ne lui fait plus peur. Reste encore la solitude à apprivoiser. Le temps lui dira son avenir.
La vie est une porte ouverte sur le monde. Ouvrir les yeux le matin pour vivre ce que nos rêves nous ont fait voir. Puis refermer les yeux le soir avec la satisfaction d’avoir été curieux. Et entre temps, vivre.
S’écrit aujourd’hui une vie nouvelle vie pour une nouvelle Diane. Rien n’est facile, non rien. Repartir de zéro c’est peut-être parfois plus dur que de composer avec le train-train quotidien. Mais si Diane n’a pas l’audace de le faire, personne ne le fera pour elle. Et puis le cancer c’est une épreuve, oui c’est vrai. Mais ça fait maintenant partie de l’histoire de Diane. Même si elle voulait oublier ce triste souvenir, c’est finalement grâce à cette épreuve que Diane a désormais le courage de devenir elle-même. Une artiste à part entière. Une femme forte et pleine de projet. Le temps n’est plus une simple aiguille sur une pendule. Le temps, aujourd’hui, demain, hier, c’est l’ensemble de tout sa vie.
24

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,