1
min

Sur la D 979

Image de Murielle Laurent

Murielle Laurent

63 lectures

3

Je suis assis sur le banc devant chez moi, au bord de la D 979. Des véhicules, j’en ai vu passés depuis quatre vingt dix ans, mais je n’oublierais jamais ce que j’ai vu ces vendredis de 1955.
La première fois, je cuvais mon vin en marchant le long de la route, quand elle est passée. J’ai cru que j’avais rêvé, alors je suis revenu au même endroit, le lendemain à la même heure, rien, et ainsi de suite jusqu'au vendredi suivant. A dix sept heure douze, j’étais prêt, les yeux ouverts et l’esprit parfaitement clair. A dix sept heure dix, au loin un bruit assourdissant, un cyclomoteur qui pétarade. Lentement, il se rapproche et passe devant moi. J’ai le temps de la voir, son engin ne va pas très vite et surtout vu le chargement, il était préférable d’y aller doucement. Une sulfureuse brune, en pantalon et chemisier, les cheveux dépassant du casque trop serré volant au vent, aux commandes d’une mobylette bleu clair et derrière elle, un drôle de passager. Il m’a fallu plusieurs vendredis pour comprendre de quoi il s’agissait, tant les première fois j’ai été hypnotisé par la jeune femme. Puis, j’ai pu voir, en guise de passager, sur le porte-bagage, deux objets très atypiques solidement sanglés. Le premier, une cage à oiseau, avec à l’intérieur un serin. Le second, un bocal dans lequel nageait un poisson rouge. De part et d’autre, deux sacoches en cuir marron remplies à ras bord.
J’ai voulu comprendre. Ainsi, de vendredi en vendredi, je me suis déplacé, jusqu’à trouver son point de départ, un hôpital, son lieu de travail et son point d’arrivée une maison sur le seuil de laquelle l’attendait un petit garçon d’une dizaine d’années. Une fois par semaine, elle parcourait les quarante-cinq kilomètres qui séparaient son lieu de travail de son domicile, sur une route cabossée, par tous les temps avec son serin et son poisson rouge. Un voyage hebdomadaire incroyable d’une femme libérée sur une mobylette débridée.
Assis sur mon banc, je continuerai à voir passer des véhicules, mais je suis certain d’une chose, de ma vie, je ne serai jamais plus témoin d’une aussi extraordinaire expédition.

PRIX

Image de 2014

Thèmes

Image de Très très courts
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Barzoï
Barzoï · il y a
C'est drôle, j'ai, depuis un an, adopté un jeune teckel ; nous avons un nom de code quand nous voulons exciter un peu le jeu, je lui murmure chat-oiseaux et il part au quart de tour, dans un épisode d'American Dad il est aussi question de chat oiseaux fortement associés et ici il est question d'oiseaux poisson... la pensée doit être commune.. Je vote, bien sûre.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur