Super trico

il y a
2 min
3
lectures
0

Écrivant débutant  [+]

La France de 2019 a besoin de héros. Ca tombe bien Super Tricolore est là pour elle. Il est magnifique avec son costume bleu, blanc, rouge. Les gens l’adorent tellement que tous l’appellent par son petit nom de Super Trico.
Un pont menace de s’effondrer, le voilà qui utilise son corps pour faire office de tablier, un accident de ski survient au sommet de la montagne, ses bras musclés vous portent jusqu’à l’hôpital. Vous êtes attaqués par des bandits, Super Trico vous en débarrasse.
Tout cela est vrai. Enfin...à condition d’être français.
Quand on fait appel à lui grâce au Tric signal, la première chose qu’il fait avant d’intervenir est de s’assurer que la personne à sauver est bien française. Et malheur à ceux qui n’ont pas leur passeport sur eux ou qui oublient de le lui présenter lorsqu’il surgit. Dans ces cas-là, il vous laisse tomber comme une vieille chaussette.
Parfois, il hésite, la victime n’a pas de papier mais elle lui assure qu’elle est bien française. Super Trico est troublé. La peau de la victime est de la même couleur que la sienne, les cheveux aussi sont semblables. D’autres fois, la peau de la personne à sauver est marron, les cheveux sont frisés et pourtant, elle présente quand même un passeport français. Alors, Super Trico n’a pas le choix, il doit faire son travail de héros mais à dire vrai il le fait avec moins de plaisir.
Mohamed habite en France. Comme tous les enfants il adore Super Trico. Ses copains se moquent de lui car Mohamed n’est même pas français. S’il lui arrivait quelque chose disent-ils, Super Trico ne viendrait même pas à son secours. Il ne comprend pas pourquoi on lui refuse la qualité de « français » car comme la plupart de ses copains (Ali, Ibrahim, Bastien et Karine), il est né en France. Mais les parents de Mohamed eux n’ont pas de passeport français. Il ne sait pas bien de quoi il s’agit mais ils ont ce qu’ils appellent un « tit de séjour ».
On lui a expliqué que c’était un document qui vous permettait de rester en France sans se faire embêter par la police et de pouvoir travailler autrement que dans le noir.
Un jour, on ordonne aux enfants d’aller jouer dehors car il faut préparer le repas de la fête des voisins qui approche. Tandis que Mohamed et ses amis jouent au pied des immeubles, enveloppé par la délicieuse odeur de cuisine du monde entier qui s’échappe des fenêtres, un incendie se déclare.
Le Tric signal illumine le ciel et aussitôt le héros apparait. Sur le toit d’un bâtiment a demi consommé par les flammes, il a fière allure, sa cape battant aux quatre vents.
Tandis que des gens hurlent depuis les étages pour qu’on leur vienne en aide, Super Trico descend lentement vers eux, le visage impassible et plein de solennité. Comme à l’accoutumé, il leur demande leur passeport. Dans la panique, les habitants jettent leurs papiers -et aussi d’autres objets visant à blesser Super Trico- par la fenêtre. Bientôt, une montagne de passeports recouvre le sol aux pieds des immeubles. Imperturbable Super Trico s’éloigne des victimes en les abandonnant à leur sort et commence à se plonger dans l’étude des documents d’identité.
Derrière lui, les hurlements redoublent. Le feu et la fumée gagnent les étages. Absorbé par sa lecture, il ne remarque pas que les gens commencent à former des groupes de sauveteur. Le premier forme une chaine humaine armée de seaux d’eau qui essaie d’éteindre les flammes, le deuxième s’approche des fenêtres, armé de couverture pour réceptionner les victimes. Quant au troisième, ils s’occupent des blessés. Bientôt, toute la cité est la proie du feu. Les habitants ont tout juste le temps de s’échapper pour ne pas recevoir sur la tête des tonnes de grava. Super Trico ne bouge même pas lorsque le béton tombe sur lui le noyant lui et ses milliers de papiers. D’abord en colère face à son inaction, les gens de la cité se constitue en grand groupe afin d’extraire Super Trico des décombres. Enfin, il apparaît le soi-disant héros. Mais quelque chose a changé. Son costume n’arbore plus les trois couleurs. Il est revêtu d’une tunique et d’une cape arc-en-ciel. La gastronomie du monde qui mijotait et qui s’est déversée sur lui en a fait un autre héros. D’une voix forte, il annonce que désormais il offrirait son aide à tout le monde.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !