Souvenir de lecture

il y a
1 min
47
lectures
10

Passionné d'histoire(s), de lecture et donc d'écriture. Écrivain d'occasions. J'écris depuis des années sans jamais avoir publié. Alors, pourquoi pas?  [+]

Je me souviens de ce livre. Un auteur bien connu que je n’avais jamais lu. Un cadeau d’anniversaire ou de Noël.

— Il faut absolument que tu le lises. C’est un écrivain extraordinaire. Il était chez Pivot la semaine dernière. C’est le libraire qui me l’a conseillé.

Belle édition. Couverture jaune. Le titre en grand. Le nom de l’auteur encore plus. Je l’ai mis de côté pour plus tard. Sur une pile de livres en attente. Je l’ai entrepris une fin de semaine, curieux de découvrir cet auteur dont tout le monde parlait.

Dans les premières pages, l’histoire autant que l’écriture m’ont paru d’une grande simplicité.

Il faut dire que j’ai un contrat tacite avec les écrivains. Quand je commence un livre, je le finis. Toujours. Il n’y en a que deux ou trois dans ma vie de lecteur dont je n’ai pas atteint la dernière page. C’est pour moi un constat d’échec. Un sentiment de trahir l’auteur. Son âme. Tout ce qu’il a mis de lui dans son texte. Tout travail mérite respect. Je ne pose donc pas un livre avant le point final.

C’est avec cet esprit que j’ai attaqué celui-là. L’impression initiale de simplicité qui m’avait marqué dès le début s’est transformée au fil de la lecture en un sentiment de grande banalité. Je me souviens d’une impression de vie à Paris en noir et blanc. De pluie. De nuages. D’une vague histoire entre une femme et un homme rencontrés au hasard d’une soirée... Je tournais les pages machinalement, me laissant porter par ce récit sans originalité. Je m’en ouvris autour de moi.

— C’est justement la marque de l’écrivain. Il décrit la vie telle qu’elle est. Sans fioriture.

La platitude élevée au rang d’art !

Fidèle à mon habitude, je suis allé jusqu’au bout. J’ai refermé le livre.

— Bon...

Fut mon seul commentaire.

Je l’ai rangé dans ma bibliothèque au rayon qui lui correspondait. Lorsque j’ai écarté deux volumes pour lui faire une place, je me suis aperçu qu’il y était déjà. Je l’avais lu deux ans plus tôt.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 13 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Hé oui, il en faut pour tous les goûts... C'est bientôt Noël, pensez à l'offrir ! Et au pire, il calera un meuble ♫
Image de Pierre-Yves Poindron
Pierre-Yves Poindron · il y a
Savoureux. Mais je suis assez d'accord avec le commentaire précédant : Je ne persiste pas au delà d'une cinquantaine de pages. En revanche, il m'arrive de "redécouvrir" le livre deux ans plus tard... et de le trouver bien. Comme quoi !
Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Le monde des lecteurs et celui des écrivains se ressemblent. Ils sont peuplés d'habitudes, de sentiments, de surprises. D'émotions. La lecture, comme vous l'écrivez, est sensuelle. La succession des mots, leur sonorité, j'ajouterai leur musique, berce le lecteur. N'en est-il pas de même pour celui qui les compose? C'est notre privilège d'appartenir aux deux mondes.
Image de François B.
François B. · il y a
De mémoire Georges Pérec préconise, à l'opposé de votre narrateur, de ne pas hésiter à abandonner la lecture d'une œuvre qui ne nous intéresse pas...
Finalement vous mettez en évidence une des caractéristiques de la littérature (partagée avec la musique et le cinéma) qui est le temps nécessaire pour juste appréhender l'œuvre. A l'opposé, une sculpture ou une peinture se découvre presqu'en un coup d'œil (ce qui n'empêche pas de prendre un peu de temps pour tourner autour de l'œuvre et en analyser les détails...) alors que l'artiste y a travaillé parfois autant qu'un romancier à son texte...
Bref j'ai beaucoup aimé votre texte

Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Merci pour cette belle analyse du texte. Je ne connaissait pas cette préconisation de Georges Perec mais j'apprécie d'être en désaccord avec cet écrivain que je fréquente pourtant. Le désaccord est le principal moteur du débat.
Image de Freddy Potec
Freddy Potec · il y a
un beau texte pour parler de votre amour des livres que je partage entièrement
Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Merci d'être venu visiter mon site et d'avoir su apprécier ce très très court. A bientôt entre deux textes.
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
On a tous vécu ce type de rencontre décevante avec un auteur. Heureusement, votre chute nous sauve de la platitude décrite dans votre texte :-)
Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Merci pour votre commentaire qui me soulage. J'espère échapper à cette effrayante banalité...
Image de Lasana Diakhate
Lasana Diakhate · il y a
Un texte très riche..bravo..J’aime
Je vous invite à lire mon œuvre et n’hesitez pas à apprécier l’oeuvre par vote après la lecture. Merci d’avance
Cliquez sur le lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/elle-sen-va

Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
J'ai beaucoup apprécié votre texte. Vous-avez ma modeste voix.
Suis d'accord avec vous, "tout travail mérite respect "
Je vous prie donc de me soutenir en allant voter pour mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11 J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Il y a parfois des livres qui ne laissent aucune trace !
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Triste histoire :-)
Votre politesse vous a trahi.
A moi ça n'arrive jamais: je jette le livre de la troisième page s'il es mauvais et de sa moitié s'il est sans intérêt. Et aussi je ne garde chez moi JAMAIS les livres que je ne relis infiniment , pendant des années.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Soupière

Chris B

Je rentre.
Je lui ai dit que je rentrais à sept heures et demie comme chaque jour.
Elle sait qu’il faut une demi-heure, depuis le quai aux fleurs.
Elle sait que ce n’est pas toujours que... [+]