Sourire versatile au fond de mon verre

il y a
1 min
64
lectures
7
Finaliste
Jury
Image de 2015

Thème

Image de Le flacon et l'ivresse
Des éclats argentés accrochaient mes yeux grands ouverts. J'avais déjà bu meilleur vin mais pas d'aussi étincelants. Des rais de lumière traversaient mon verre à moitié vide. La barque de mon sourire tanguait sur la robe écarlate comme une balise en pleine mer. Mes paupières oubliaient de ciller. La pendule s'était figée au temps heureux. J'en perdais mon vocabulaire de fin oenologue. Chaque gorgée, chaque lueur m'emplissaient de fantasmes éveillés. À la lisière de l'exaltation, je retenais mon baratin sur l'ivresse pour éviter de bégayer des inepties sur cette belle infirmière.

J'errai dans ma mémoire aux fenêtres closes. J'entendais à peine les étoiles hébétées murmurer leur douleur astrale infligée par les anges malades. Des ailes sanguinolentes de désir remplissaient mon verre de paradis perdus. Ma perception esthétique du naufrage était aux prises avec le grandiose halluciné. Quelques spectateurs aliénés se taisaient sous hypnose éthylique. Pantins apaisés d'éphémère dans une brume d'abandon.

Une pluie d'or satinait le bord de tes yeux. Trop désinvolte pour essuyer les dégâts de l'insomnie, tu laissais se cristalliser les restes de tes larmes. Je ravalais les miennes pour arroser les fleurs fanées de mon hôpital intérieur. On éclusait les derniers chapitres de notre romance pastichée. Les cendres survivantes de notre détresse hébétée se dispersaient pour déjouer la peur du vide. Les plaies s'estompent quand la mémoire s'use.

Les mauvaises herbes se courbaient sous la rosée timide de l'aube brumeuse et orangée. Splendide mirage du noctambule. Je contemplais la lumière oisive. La symphonie des songes se déclenchait peu à peu pour révéler les non-dits. Murmure crépusculaire dans nos cœurs en suspens.

Enclin à me laisser dériver, je m'apprêtais à zigzaguer sans boussole sur les pavés des quais de Seine. Le soleil amnésique percera son voile pour effacer les ombres de tristesse. J'arpenterai les rues vautrées dans des poèmes de béatitude. Je glisserai sur les feuilles brisées. Mes semelles flirteront avec le macadam en quête d'un ailleurs inexistant.

À chaque matin d'ivresse, son ébauche de rêve éveillé. Des écrits évanescents dans le ciel dessinaient les mutations de mes sens. En apnée dans une agréable nostalgie, je passais l'index sur mes lèvres écarlates. Les effluves naissantes de l'automne attisaient la douceur de ce lourd sommeil à venir. Ton sourire berçait au fond de mon verre, j'embrassai le vin versatile avant que le verre ne m'échappe.

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Quelle belle écriture ! Coup de coeur pour ce texte !...
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un fort belle écriture rendant très agréable la lecture d'un texte qui nous conte une rupture noyée dans l'alcool. Bravo, Alex ! vous avez mon vote.
Une petite récréation s'impose ! J'ai un fauteuil de tout repos ici : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-fauteuil-rimbaldise