2
min

Son sourire.

Image de Zelcheur

Zelcheur

1 lecture

0

Cours. Encore. Avance. Plus vite. Tu es trop lente. Mon cœur battait si fort que je l'entendais raisonner dans l'intégrité de mon corps, mes jambes avançaient encore malgré cette angoisse qui me parcourait par la seule force de ma volonté. L'espoir, oui j'espérais, j'espérais qu'il n'était pas trop tard. Alors, je courais contre la pluie fouettant mon visage sentant le souffle glacial du vent me chuchoter à l'oreille. Enfin je fini par l'apercevoir, oui elle était là, toujours vivante, devant moi. Elle était face au vide s'approchant dangereusement de celui-ci, usant de mes dernières force je crie à m'en déchirer les poumons "Julie ! Non !". La jeune fille se retourna, puis me regarda fixement dans les yeux. Son regard était dénué de tout espoir, de toute vie, comme déjà morte de l'intérieur, ses larmes qui coulaient abondamment étaient cachée par la pluie battante, ses longs cheveux blond humide étaient repliés derrière elle, eux qui habituellement semblait si lumineux leurs couleurs derrière ce temps paraissaient éteinte. Pourtant malgré cela, elle était magnifique comme à sa délicieuse habitude. Lorsqu'elle s'est retournée pour me voir, mon cœur qui battait si fort s'était soudainement arrêté, avec un seul regard elle m'avait ensorcelée, une fois de plus... Mais contrairement aux autres fois la lumière qui parcourait ses doux yeux bleu avaient disparu, je l'ai vu, je l'ai compris, il était déjà trop tard. Pourtant désespérée je couru m'approchant d'elle, je ne voulais pas la perdre, même si cela pouvait paraître égoïste de ma part, je ne voulais pas qu'elle disparaisse, je souhaitais qu'elle reste à mes côtés pour toujours.
Je vis alors son corps partir en arrière s'écroulant en direction du vide ses yeux toujours rivés sur moi, désespérée j'essaie d'attraper sa main mais je senti seulement mes doigts frôler les siens. Je la vis chuter, débuter sa descente en enfer, restant émerveiller face à son dernier sourire voulant dire "je t'aime"... Jamais je pourrais revoir un si beau sourire... Jamais... Aucun son ne pouvait sortir de ma bouche rien, quelque choses s'était brisé en moi, une chose précieuse, quelque chose que je chérissait par dessus tout au monde, c'est ce qu'on nomme "l'amour". Je senti mon cœur se serrer créant un horrible pincement, mon corps se vidant de toute énergie s'écroulant au sol. Je l'avais perdu. "Oh ma douce jolie, tu me manque déjà... Ma vie risque d'être bien longue sans toi, dit-moi pourquoi es-tu partie ? Pourquoi es-tu partie sans même me dire adieu ? Pourquoi sommes-nous pas partie ensemble ? On aurais pu vivre dans un monde idéal, dans notre idéal, celui-ci que nous avons fondées toute les deux durant de longues années. La source même de notre amour, j'ai perdu toi et cette univers qui m'était si précieux... Julie je t'en supplie, reviens... Reviens... " Les genoux à terre et la tête en direction du ciel, je pris mon souffle puis je me mis à crier, comme pour repousser toute la tristesse qui me rongeait de l'intérieur, essayant de réparer l'irréparable...
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

J’allais souvent jouer, solitaire, sous le grand arbre près du fleuve. La pluie emportait chaque jour, inlassablement, les échafaudages de feuilles et de brindilles que je construisais, cabanes ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Quand je vivais en Guyane, j’aimais passer des week-ends en forêt. Je me retrouvais à camper dans des abris, avec des personnes improbables que je n’aurais jamais rencontrées autrement. Le ...