1
min

Son poing de vue (version féminine de "Sois pas belle comme ça", de Faylila)

Image de Hhl

Hhl

39 lectures

7

Tu étais beau. Dieu que tu étais beau. Je me souviens la première fois que je t’ai vu, sur ta belle moto. Je t’ai aimé tout de suite. Ta prestance, ton aura m’ont frappée. Comme un poing dans la figure.

Tu étais intelligent. Dieu que tu étais intelligent. Tu as tout de suite su comment me prendre, comment me parler, parler à mes parents, et me faire comprendre tant de choses. Sur le foot, mes amis (tous des cons après tout), la religion, la politique. Tu parlais. J'écoutais. En silence. Tu ne supportais pas quand je "l'ouvrais". C'est vrai qu'une femme, TA femme, ça se tait quand son homme parle .oui mais je t'aimais.

Tu étais dur. Dieu que tu étais dur. Dans tes mots. Tes paroles toujours blessantes : « tu as pris du poids, Vanessa », « tu as mis trop de sel, Vanessa », « tu te laisses aller, Vanessa ». Tes mots faisaient mal. Comme un uppercut dans le nez. Oui mais je t’aimais.

Tu étais violent. Dieu que tu étais violent. Pas tout de suite. Non. Tu as d'abord simplement attendu que j'abandonne mes études pour toi. Mon indépendance pour toi. Mes amis pour toi. Mon moi pour toi. D'ailleurs j'étais inexistante sans ton regard. Sans ta présence. C'est toi qui me le disais, avec ta prestance et ton intelligence. Et cette inexistence me cognait. Comme un coup de pied dans le ventre. Oui mais je t'aimais.

Tu étais terrible. Dieu que tu étais terrible. Dans les scènes que tu me faisais, pour rien. Dans tes exclamations, tes grandes exclamations. Pratiquement jamais de phrases, juste de grands bruits pour rien, sans rien. Juste des grognements qui me rappelaient que l’homme avait jadis été préhistorique. Ça obstrue le cerveau, quand votre mari ne vous parle qu'en cris. Ça faisait un fond obscur autour de mon visage. Tiens, comme un œil au beurre noir. Comme mes yeux au beurre noir. Oui mais je t'aimais.

Tu étais tout ça. Tu n’es plus. Ce soir c’est fini. Non je ne t'aime plus. Je te vois qui vocifères. Me répètes une dernière fois à quel point je suis mauvaise. Mais je reste immobile. Tu n'as pas l'habitude, depuis 15 ans. Et ça t’énerve. Ça te met hors de toi. Ça te consume. Tiens, comme les cigarettes que tu brûlais sur mes épaules, mais je suis conne, ça n'était pas grave, parce que « ça se voyait pas ». Vas-y, tu peux crier. Je suis hors de ta portée. Je suis libre. Parce qu’enfin, j'ai beau être conne, toi, tu n’es pas fêlé, tu as toute ta tête. Frapper sa femme, d’accord, mais un cadavre, à quoi bon...
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Cruellement réaliste et très bien dépeint avec beaucoup de pudeur. A afficher dans les centres sociaux &médicaux" ! A bientôt..
·
Image de Fabregas Agblemagnon
Fabregas Agblemagnon · il y a
beau texte. vous pouvez me lire si possible me soutenir (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-impossible-12)
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
... ben, oui, c'est vrai : à quoi bon...
Grâce à vous, je viens de découvrir le texte de Faylila et j'ai envie de vous faire exactement le même commentaire tellement mes émotions sont remuées de la même manière.
Cette écriture en écho me bouleverse, c'est superbe.
De cela je vous remercie
sylvie

·
Image de Faylila
Faylila · il y a
Merci d'avoir donné une voix à mon cadavre monsieur le nécromancien ; j'ai trouvé ce discours post-mortem très touchant !
·
Image de Hhl
Hhl · il y a
Avec plaisir. Le texte est sorti tout seul, comme une évidence, tellement ton personnage masculin était bien dépeint. C'est ça le côté "brillant" de ton texte. Ton personnage est "vivant", on y croit, on le voit, on l'imagine sans mal. C'est très difficile à créer un personnage. Terriblement difficile. Et tu l'as écrit, ce macho ultra violent, sans stéréotypes, avec tes yeux, ta patte.
Je vais te dire, la chute également est fabuleuse. C'est d'ailleurs ce qui manque un peu dans d'autres de tes textes. Mais on on échanger dessus si tu veux.
Tu as une belle plume. Et c'est très rare (tu dois le savoir) que j'écrive par rapport à un texte.

Question purement égotique, qui n'a rien à voir. Comment m'as tu découvert sur Short ? Ça m'intéresse.

·
Image de Faylila
Faylila · il y a
Ahah, c'est super flatteur ! J'en suis presque gênée ahahah
Avec plaisir pour échanger dessus, j'accueille tous les conseils avec grand plaisir !
J'ai un peu de mal pour les chutes parce que pour tout avouer je ne travaille pas vraiment mes textes. J'ai une idée de première phrase et j'écris au fil de la plume jusqu'à sentir que c'est la fin, des fois y a une chute qui arrive d'autres fois pas, c'est assez aléatoire. Je me relis juste une fois pour virer les fautes de frappe et vérifier si je n'aurais pas par mégarde violenté notre belle langue française ahah

Je t'ai découvert en farfouillant dans les TTC catégorie humour et recommandé et je suis tombée sur Serial Lover qui m'a beaucoup faite rire. J'ai aussi adoré la version féminine d'ailleurs !

·
Image de Hhl
Hhl · il y a
Version féminine (comme dit dans le titre) d'un TTC particulièrement brillant (je trouve) d'une jeune auteure, Faylila.

Allez-y pour comparer les deux "points de vue". C'est par ici :

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sois-pas-belle-comme-ca

·