Solitude

il y a
2 min
47
lectures
0
Quand je me suis réveillé sur cette plage de sable blanc, je ne me souvenais absolument de rien. Le soleil brillait d’une vive lumière sur ce ciel bleu et les oiseaux chantaient en chœur. Je me suis levé avec le peu de force qu’il me resté et je suis resté immobile à contempler la mer mystérieuse et silencieuse. J’ai fait quelques pas vers la foret qui se trouvait en réalité le milieu de l’ile ou j’étais. Je me suis enfoncé petit à petit dans celle-ci et j’y ais rencontré plusieurs espèces d’animaux : des toucans, des perroquets qui n’arrêtaient pas de jacasser, des mygales que je n’appréciais guère et encore plein d’autres... J’ai vite eu terminé de faire le tour de l’ile et d’en observer la faune et la flore qui y étaient luxuriante. Mais malheureusement j’ai aussi remarqué qu’il n’y avait personne, j’étais donc tout seul ! Cette découverte ne m’enchantait guère car je savais pertinemment qu’un navire ne passerait pas avant des mois voir des années. Je suis revenu au point de départ avec un passement au cœur. Me savoir seule sur une ile déserte n’était pas vraiment les vacances que je m’étais imaginé. Je voulais juste me reposer et pour cela j’avais du laisser ma femme et ma petite fille de cinq ans. Est-ce que tout cela était une punition pour le faite de les avoir laissé là-bas ? Je me suis assis devant l’océan bleu turquoise et j’ai regardé le soleil se couchait tout doucement pour laisser place à la nuit sombre et froide. J’ai essayé d’allumer un feu avec deux petites brindilles mais sans résultat. J’aurais tellement aimé retrouver la douce chaleur, joyeuse et crépitant, d’un foyer. Les étoiles ont pris place dans le ciel devenu noir, les oiseaux sont revenus dans leur nid et le silence s’est installé sur l’ile. Je n’ais jamais été tout seul : il y avait mes collègues, mes amis, ma femme et ma fille et mes parents. Mais ce soir seul, personne n’est là pour m’appeler « papa », personne pour me demander « ou est-ce que j’étais ? ».Pourquoi ? Qu’ai-je fait pour mériter ceci ? La nuit était froide et j’étais fatigué pourtant je n’arrivais pas à fermer l’œil. Une larme roula sur ma joue puis une autre et ainsi de suite... Je ne pouvais plus les arrêter, je ne pouvais pas penser que je ne pourrais plus la voir plus la toucher ni même entendre sa voie. Je n’avais jamais vu la solitude sous cet angle, à chaque foi on trouve ce mot dans des textes philosophiques que l’on ne comprend jamais ou d’en d’autres textes... Elle fait plus mal que l’on ne l’imagine. Lentement j’ai fermé les yeux, je me suis imaginé le visage souriant de ma petite fille et je me suis endormie en sentant la douceur d’un foyer. Une petite fille m’a accueillit les bras ouverts, un sourire aux anges avec une phrase que les pères aiment entendre : « Papa ! Tu es rentré !! ». Un navire passa tout près de l’ile, il aurait surement remarqué une personne se tenant debout et en criant mais le temps ne l’avait pas permit...
La solitude peut vous faire très mal mais sachez que la solitude mène jusqu’au simple sentiment d’exister. Alors si vous êtes confronté à celle-ci, ne perdez jamais espoir car un jour quelqu’un viendra vous sauvez....

Patience, un jour viendra.......
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,