1
min

Société désabusée société partie en fumée

Image de Emy Lcr

Emy Lcr

21 lectures

1

"- Qu'es-tu fou encore Yuna, il fait beau dehors. Sort, les voisins sont là en plus.
- Pas envie.
-Merde, regardes-toi: Tu passes tes journées en pyjama, enfermée dans cette pièce sentant le renfermé. Tu danses, tu pleurs, t'écris et tu meurs. Secoues-toi ma Puce, ce n'est pas une vie de jeune fille ça.
- Arrête. J'en ai marre que tu me dises de me secouer, d'ouvrir c'est putain d'yeux et de sortir juste pour eux. Juste pour ces hypocrites qui te poignarde dès que tu as baissé garde. Juste pour ces gens affreusement stupides...!
- Ne dis pas ça Yuna, les voisines ne sont pas comme ça, et je suis sur que tu t'amuses bien avec les filles de ta classe. Ouvres-toi aux autres un peu.
-Tu me saoules. Je te jure, tu me saoules maman. Tu comprends pas, tu ne comprends rien. Dehors il n'y a que des gens pratiquement mort, manipulés par cette mode qui est d'être déprimé. Il n'y a que des cons, que des pouffiasses qui n'attendent qu'à se faire sauté. Dehors il n'y a que ça.
Alors ne t’étonnes pas que je reste ici, toute seule, à danser pendant toute la journée. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour exister tu comprends .
- Tu es pathétiquement pessimiste. C'est juste ta génération, accepte les, ils t'accepteront. Et tu verras leur vrai visage.
- Merde maman! Ouvre les yeux. À l'heure qu'il est des gosses se font maltraiter, abusé, des adolescentes de 16 ans sont en plein avortement. Des maris rentrent ivres, ouais complètement déchirer. Des jeunes de mon âge fument, jusqu'à en avoir les pensées complètement brouillées. Regarde maman. Ce sont les filles de ma classe qui défile à 2 heures du mât sur la chaussée en quête de mec à baiser. Comment veux-tu que je m'ouvre à eux ? Les regarder me donne déjà assez envie de gerber. Ouvre les yeux maman. Mon monde a moi, il est beaucoup mieux." (c)
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,