Seul au bout du monde ??

il y a
2 min
4
lectures
1
Pendant six jours et six nuits, léonard fit de la voile en solitaire. Lors du septième jours, il rencontra quelques problèmes à bord de son voilier, il commença alors à réparer ce qui n'allait pas.
Au bout de trente minutes de réparations minimalistes, il se rend compte que son voilier commençait à prendre l'eau. Soudain il aperçoit une île non loin de là, puis son voilier sombra à tout jamais dans les profondeurs de l'océan. Il se mit alors à nager jusqu'à cette île qu'il avait aperçut quelque minutes auparavant. Après avoir nager pendant trente minutes, il atteint enfin cette île qui paraît au premier abord inhabitée.
Il commença alors à inscrire sur le sable à l'aide d'un bâton, un immense SOS suffisamment grand pour être aperçut par un avion qui passerait par là. Ensuite il ramassa quelques morceaux de bois afin d'allumer un feu pour se réchauffer puisque ses vêtements était trempés et froids.
Une fois le feu allumé, il se mit à la recherche de nourriture. Il commença par fouiller les abords de la forêt, quand il découvrit une première noix de coco. Léonard se dit alors qu'il aura rapidement un repas. Puis d'un seul coup plus rien, alors qu'il n'avait ramasser seulement deux ou trois noix de coco, il n'y avait rien d'autre à manger. Il s’engagea donc dans la forêt, et découvrit quelques manioc.
De retour sur la plage, il commença par construire un abri voyant la lumière du jour qui déclinée. Léonard pris alors quelques morceaux de bois ainsi que quelques branchages. Le tout formera une sorte de tipi comme les indiens. Son abri maintenant terminé, il mange et boit une des noix de coco ramassée un peu plus tôt.
Le lendemain matin, léonard se réveilla et en se baladant sur la plage fit une découverte surprenante. Il avança et commença à distingué une forme pas méconnu sur le sable, lorsqu'il arriva juste à coté, il se rend compte que cette forme était une trace de pas. Il supposa donc qu'il n'était pas la seule personne présente sur cette île, il se mis donc à la recherche d'autres traces de pas.
En suivant les traces de pas, il arriva de l'autre coté de l'île et aperçu au loin une grande cabane. Il s'approcha et découvrit une jeune femme prénommée Élodie. Ils commencèrent tout deux à faire connaissance, et la jeune femme dit à léonard qu'elle possède un petit avion amarrer de l'autre coté de la crête. Léonard demanda alors à la jeune femme s'il était possible de rallié le continent, Élodie accepta de le ramener.
Léonard rentra donc chez lui et racontera toute cette mésaventure à sa famille, qui est très heureuse du courage et de force qu'il ait pu avoir pour avoir vécu cette mésaventure.

FIN
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,