1
min

Seconde vie...

Image de Arthur AuréliAn

Arthur AuréliAn

148 lectures

7

L’opération avait donc réussi. Comme il l’avait réfléchie et planifiée. Le docteur Vernal était donc le premier à avoir permis cette transplantation. Il avait devant lui une nouvelle personne : ce vieux cerveau, ou tel qu’il se ressentait, prenait possession jouissivement de ce jeune corps, nouvelle jeunesse inespérée. Il inspectait de façon très méticuleuse son visage, puis, posant le miroir, il observa ses mains, ses bras, son torse, son sexe, et jusqu’au bout de ses doigts de pieds, qu’il remuait comme un enfant. Le Dr Vernal en riait comme il en pleurait, touché par son œuvre. Après un long moment de fascination, le docteur pensa qu’il faudrait que son assistant réunisse les médias : n’était-il pas allé plus loin que le clonage ? Plusieurs vraies vies n’étaient-elles pas possibles désormais pour un même homme, à travers plusieurs corps ? La vie éternelle s’ouvrait à l’Humanité ! La porte de la chambre s’ouvrit justement : c’était son assistant accompagné de deux infirmiers. Il lui serra la main :
-Bonjour Dr Vernal, comment allez-vous ?
Excité, il répondit : -Très bien, Dr Gérard. Vous avez vu ! Nous avons réussi ! R-E-U-S-S-I ! J’avais raison ! Vous avez très bien travaillé, d’après mon protocole...
Il y eut un silence. Puis, de façon passionnée il reprit : -Il faut que vous convoquiez les médias, Dr Gérard ! Le plus vite possible !
Le Dr Gérard lui répondit par un sourire, calme et caressant :
-Oui, ne vous inquiétez pas.
-Vous savez Dr Gérard, nous méritons le Prix Nobel ! Regardez ça !
-Oui, Vernal nous faisons du bon travail... répondit-il amicalement.
Ils quittèrent la chambre. A peine la porte refermée, le Dr Gérard soupira :
-Si jeune et si brillant ! Dans nos études de médecine, il a toujours fait preuve d’originalité...je ne pensais pas qu’un jour ses travaux chimériques m’en feraient un sujet de travail...Faut-il l’opérer ?...
Le Dr Gérard rajouta à l’attention des deux infirmiers : - Augmentez la dose des médicaments, et s’il est vraiment trop agité attachez-le.
Quittant les infirmiers, il commença à marmonner, mélancolique : «  Je suis le Ténébreux,- le Veuf,- l’Inconsolé... ».

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de Les savants fous
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Comment vivre plusieurs vies en une seule ... La fin met un point.
J'ai aimé, convaincue que sans opération, on peut vivre encore de belles choses loin des hôpitaux !

·
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
J'ai bien aimé ce petit TTC. +1
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur