50 lectures

2

Toc toc ! Ça frappe à ta porte !
Elle est noire. Elle vient de là où il fait chaud, où l’on sort la journée avec un parasoleil pour éviter les brûlures. Là bas, on fait la cuisine a-même le sol, sur un petit réchaud. Elle vient de là où il faut payer pour aller à l’école. Là bas, même avec un super diplôme, tu ne trouves aucun travail. Les filles doivent vite se trouver un bon mari … faut pas être regardante sur son âge, ni sur les sentiments. Tu apprends à être belle et à être une bonne épouse. S’il ne te frappe pas trop souvent, c’est déjà bien !

Toc toc, tu entends ? Ça frappe à ta porte !
Elle a 16 ans. Dans son pays, les éléphants vivent dans la forêt. Les bonobos ont créé une société qui tente de résoudre ses conflits par les partages, les alliances … le gorille mâchonne ses nénuphars en essayant d’éviter de servir de steak. La forêt est sauvage, belle et le Congo s’y méandre paisiblement. L’okapi broute ses feuilles sous l’œil vigilant des Pygmées.

Toc toc, que fais-tu ? Ça frappe à ta porte !
Sa mère coiffe les belles du quartier : tissages ondulés, de couleurs, elles ont le choix ! Son grand frère a eu droit à un vélo. Son père lit son journal et suit les élections des différents présidents de la république en France sur sa télé multicâblée. Les images montrent comment on vit chez toi : les belles voitures, les beaux vêtements, les belles maisons pleines d’électroménager, les ordinateurs, les téléphones, la liberté et l’insouciance des jeunes.

Toc toc, ouvre donc ! Ça frappe à ta porte !
Elle a peur tout le temps. Une petite dizaine de pays à traverser. Ne pas se faire attraper. Pas de mappy, ni de gps pour s’orienter. Ne pas se tromper. 8500 km. Tenir bon. Payer pour passer, payer pour traverser, payer les passeurs, ne pas se faire voler. Payer de son corps. Fermer les yeux. Ne pas s’effondrer. Sable, chaleurs épouvantables, soif, camions, bateau, montagne, neige, froid. Immense voyage sans photos, ni selfie. Se laver. Enfouir. Ne pas y penser. Oublier.

La France, pays de liberté, la France où elle sera en sécurité, où on protège les enfants et les femmes. « Je parle Français comme toi, me voilà ! Je viens refaire ma vie. J’ai 16 ans, je suis seule ». La « Sauvegarde de l’enfance » la reçoit. On lui demande d’expliquer, de raconter l’indescriptible. Ce sont eux qui se réunissent, observent, se commissionnent, qui décident … qui décident qu’elle est trop mature, que ses propos sont flous, que son récit est confus. Ils lui disent de ranger ses affaires, de les mettre dans son sac, et ils la raccompagne à la grille, « désolé » …. et referment la porte.
Elle se retrouve à la rue, seule, avec son sac dans lequel se rajoute ce petit courrier du conseil départemental signé par un obscur fonctionnaire qui dormira bien au chaud ce soir.
objet : refus. Un courrier sans adresse.
Points noirs devant les yeux, vertige, elle n’entend plus rien, s’effondre. Tout devient noir.
Toc toc, ouvre donc ! Elle est là, juste derrière ta porte ! Maintenant, ça urge. Ouvre vite !
Tu ouvres enfin et la porte se referme sur une nouvelle histoire qui va commencer ! Tu as enfin pris le risque de découvrir, d’écouter, de vibrer.
Dans ta maison, son rire explose comme une mine antipersonnel.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bruno Perera
Bruno Perera · il y a
Bizarre, je n'arrive pas à croire que c'est une pure fiction
·
Image de Anne Marie Charlotte
Anne Marie Charlotte · il y a
ha ????
·