1
min

Ruminations.

7 lectures

0

Je m'éveille sur les notes de "Nothing compares 2U"; ma joue droite écrasée sur l'oreiller moite et chaud, mes seins insensibles comprimés contre le matelas trop dur, mes bras écartés de mon corps las et mes jambes posées le long des bords du lit. Je ne suis plus qu'une étoile de mer après une nuit agitée à fuir des sirènes sans yeux.

(Es-tu réveillé ?...je ne pense pas) Péniblement,je m'extrais de la douceur des draps, me laissant glisser telle Mélusine dans la froideur matinale.

Dans la cuisine, mes gestes téléguidés par des années de routine, s'enchaînent à la cadence du fordisme... tartines grillées, café, confiture ou miel, collations, boissons... ( Et toi qui te contentes d'un café et d'une clope) . Je déjeune en écoutant la météo à la radio. Variable et modéré, comme mon humeur, ça ne veut rien dire et ça rassure parce qu'on évite les extrêmes. Se contenir, se maîtriser jusqu'à ce que les contrariétés, les conflits, les injustices se crystalisent et c'est l'ouragan ! ( Comment te sentiras- tu aujourd'hui ? Ta journée en vaudra-t-elle la joie ?)

Déjà 7:00, douche rapide, pas le temps de rêvasser. Harmoniser les couleurs de ma tenue en deux temps, trois mouvements...(ah oui, la prochaine fois que je te vois, je te rends ton gilet... même si je m'y sens si bien le soir)
Je sors la voiture, ferme les portes, démarre, allume la radio..." " ( Seras-tu serein, dans l'ébullition créatrice ou préoccupé ?)
A l'école, jouer son rôle de guide, le mieux possible. Vivement ce soir et me faire plaisir, écrire.
(Ecriras-tu ces silences qui me font du bien?)
Quand on chérit l'été, on prend le risque de l'hiver...10 jours sans Toi, c'est long... et c'est précisément à ce moment que l'on réalise que l'amour se révèle par le manque.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,