Rien qu'une machine

il y a
1 min
418
lectures
28
Qualifié

21 ans. Une tête pleine de rêve. De mondes à explorer. De tapis à faire voler. D'histoires à raconter. Toujours par écrit. Les mots sont tellement plus beaux sur papie  [+]

Image de Eté 2015
Je m’appelle 817 313. C’est gravé dans mon bras. Profondément. Je suis une machine. Nous sommes des centaines. Peut-être des milliers. Nous travaillons pour les Maîtres. C’est dur. Trop dur. Nous avons faim. Nous sommes malades. Nous sommes extenués. Mais nous n’avons pas à nous plaindre. Nous sommes des machines.

Je m’appelle 817 313 et je souffre. Une machine peut-elle réellement souffrir ?

Nous nous ressemblons tous. Il n’y a pas de miroirs, pourtant je sais. Tous pareils. Même crasse. Mêmes côtes saillantes. Mêmes joues creusées. Mêmes yeux cernés. Nous n’avons rien d’humains. Nous sommes des Machines. Des numéros. Sans valeur. Quand nous nous brisons, les Maîtres nous remplacent. Nous ne sommes que des machines.

Je m’appelle 817 313 et je ne suis rien.

Je suis ici depuis longtemps. Si longtemps. Mais pas depuis toujours. Il y a eu un avant, qui peuple mes rêves. Deux yeux. De magnifiques yeux bruns. Un brun qui semble contenir toutes les couleurs du monde. Des couleurs qui n’existent pas ici, où tout est gris. La terre. Les murs. Le ciel. Nous. Tout est gris. Sauf les machines hors d’usage, parfois tâchées de rouges. Je me réfugie dans les couleurs de mes songes.

Je m’appelle 817 313 et je rêve.

Ai-je le droit de rêver ? Si les Maîtres l’apprenaient, que feraient-Ils ? Quand je rêve, je m’évade. Il est pourtant défendu de sortir. Certains ont essayé. Très peu ont réussi. Les autres ont été emmenés par les Maîtres. Nous ne les revoyons plus. Jamais. Nous n’en parlons pas. C’est interdit.

Je m’appelle 817 313 et j’ai peur des Maîtres.

Ils ne nous aiment pas. Nous haïssent. Est-ce parce que nous ne sommes pas humains, comme Eux ? Parce que nous ne sommes que des machines ? Peut-être avons-nous fait quelque chose de mal. Mais existe-t-il un acte suffisamment odieux pour mériter pareil châtiment ?

Je m’appelle 817 313 et je suis perdu.

Un Rêve. Un souvenir. Une réponse. Il y a un visage autour des yeux. Un sourire. Une cascade de cheveux noirs. Et un mot. Le plus beau mot du monde. Mama.

J’ouvre les yeux. Maintenant je sais. Je ne suis pas une machine. Je ne m’appelle pas 817 313. Je m’appelle Tedji et j’ai 16 ans. Je suis un être humain. Mais je suis un enfant de la route. Je suis rom, et en 1942, c’est un crime. Alors on m’a arraché à mon monde coloré et chatoyant pour nier jusqu’à mon existence. Je n’étais plus rien. Je n’étais plus rien, mais cela va changer. Car aujourd’hui, je sais.

Je m’appelle Tedji, et je vais me battre pour retrouver ma liberté.

Je m’appelle Tedji et je suis un être humain.
28

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !