Retrouver l'inconnu

il y a
1 min
1074
lectures
6
Recommandé
Dans la foule de Riga, les grands yeux d’une fillette se plantent dans les miens. Je m’approche d’elle, exténuée, et m’assieds sur le banc adossé au sien. La musique est assourdissante, il commence à pleuvoir. Autour de nous, la horde des festivaliers s'enfonce sous une mer de parapluies luisants. Cela fait trois heures maintenant que j’arpente ces ruelles bondées sous l’œil figé des gargouilles. Qu’est-ce qui m’a pris de m’arrêter ici, dans cette ville inquiétante, pour retrouver un homme que je connais à peine ?

À mon arrivée à la gare, un gamin en costume médiéval m'a tendu le programme du festival et un ballon de baudruche qui me suit depuis comme une ombre moqueuse.

Derrière moi on s'agite, une petite main froide frôle la mienne. C’est la fillette aux grands yeux, elle me fixe avec malice avant de se détourner.

— C'est le ballon que tu veux ?

Elle ne me répond pas, évidemment, je ne parle pas sa langue. Le rose lui monte aux joues, elle étouffe un gloussement et feint de regarder ailleurs.

J’enroule la ficelle du ballon autour de mon doigt. Ma paume frôle le bois humide du banc à la recherche de la petite main, qui hésite et se dérobe. Un petit rire éclate avant d'être ravalé, la fillette ne semble pas décidée à me délester de mon fardeau.

Autour de nous des silhouettes glissent, des visages se succèdent sans jamais ressembler à celui que j'attends. C'est pourtant le bon jour, le bon endroit, j’en suis presque sûre : on avait convenu de se retrouver pour le feu d'artifice. J’essaie de me remémorer précisément la photo de mon inconnu : de longs cheveux blonds, un nez un peu fort… mais quelle est, déjà, la couleur de ses yeux ?

Je commence à frissonner. J’aurais dû poursuivre ma route comme prévu, aller jusqu’à Tallinn, prendre le bateau pour Helsinki. Le regard de pierre des gargouilles pèse sur moi comme une réprobation.

La pluie s'arrête enfin. Les petits doigts gelés se referment sur ma main. Je lâche le cordon, il se détache doucement. Je me retourne : la fillette contemple son trésor avec émerveillement. Soudain, elle s’anime et fait de grands signes joyeux à un homme qui s’approche, deux gaufres fumantes à la main. Je lève les yeux vers lui, il m’observe en souriant. Il retire sa capuche, ses longs cheveux blonds tombent autour de ses yeux. Ils sont verts, ses yeux, comment ai-je pu oublier ? Au loin, les premières fusées du feu d'artifice claquent dans le gris du ciel.

Recommandé
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
magnifique..!...un instant de vie attrapé au vol comme ce ballon fugace et ces yeux verts...

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Lévitation

Sandra Bartmann

Le logeur claque la porte derrière lui et je me retrouve seule dans cet appartement inconnu, au cœur d’une ville maintes fois parcourue mais que j’ai à peine reconnue en y débarquant deux... [+]