3
min

Retour dans le Grésivaudan

Image de Stella Clarie

Stella Clarie

76 lectures

82

Cela faisait maintenant près d’un an que Georges n’avait pas retrouvé l’exaltation de l’écriture. Dès que la pointe de son stylo effleurait le papier et qu’une idée se mettait à germer en lui, celle-ci se ternissait aussitôt à ses yeux. Le temps passait, Georges restant incapable de voir le bon en ce qu’il écrivait.

Un ami lui conseilla un jour d’aller se ressourcer dans un endroit paisible, loin de ses obligations quotidiennes. Sans vraiment y croire, mais avec la conviction que l’air de la nature lui ferait le plus grand bien, Georges se rendit donc cet hiver dans le Grésivaudan.
Son frère et lui avaient conservé là-bas le chalet de leur enfance. L’endroit était beau, magnifique même. Georges avait néanmoins l’impression singulière d’être devenu étranger à ce lieu idyllique. Près de deux semaines passèrent sans qu’il entrevoie le moindre changement. Il se sentait reposé tout au plus.

Un soir, alors que Georges était en train de dîner, des bruits sourds résonnèrent dehors. Il s’approcha de la fenêtre. Il ne faisait pas tout à fait nuit. Pourtant, l’horizon avait pris une teinte si sombre que seuls des éclairs au loin permettaient de distinguer clairement la Chartreuse. Très vite, Georges entendit la pluie tomber à grosses gouttes sur le toit. Il appréciait ce temps. Les sons étaient déformés par le bruit de l’eau qui ruisselle. Cela l’apaisait.
Il se mit à son bureau et posa devant lui son carnet. Toutefois, Georges était loin de pouvoir laisser son esprit s’échapper. Une discussion avec le garagiste datant des semaines passées lui revint en tête. Ensuite, ce fut le tour d’une conversation animée qu’il avait entendue à la radio en venant ici. Au bout d’un moment, ses yeux se mirent à se fermer et sa tête partit en arrière. Georges était déçu mais se dit que c’était la première fois depuis son arrivée qu’il essayait réellement d’écrire. Une bonne nuit de sommeil et il aurait peut-être plus de chance le lendemain.
Cependant, l’orage s’étant rapproché, les flashs incessants suivis de violents coups de tonnerre ne lui laissèrent que peu de répit. Il se retourna dans son lit encore et encore. Puis, tendant le bras, il tira le rideau. Le jour était déjà en train de se lever. Les lueurs orangées qui bordaient la montagne offraient un décor extraordinaire. Mais pourquoi était-il incapable d’en profiter pleinement ? Après avoir rapidement avalé un café, il décida de faire une promenade dans la forêt. Il prit de quoi écrire et sortit du chalet.

L’air était encore chargé d’humidité et Georges sentait ses pas s’enfoncer dans les tas de feuilles qui jonchaient le sol. Malgré tout, les puissants rayons du soleil suffisaient à le réchauffer. Il se dirigea vers le cours d’eau. On apercevait des traces de givre sur les bords mais il n’était pas gelé. L’eau paraissait avoir combattu le froid avec force et s’écoulait bruyamment, emportant toujours plus loin les amas de feuilles et de branches.
Il longea ainsi la rivière un petit moment avant d’atteindre l’endroit où se trouvait le rocher en forme de visage. Petit, il s’y rendait souvent avec son frère et son père. Alors qu’Éric et son père pêchaient la truite, Georges s’amusait à libérer leurs prises à leur insu. Les deux autres pestaient mais cela n’avait guère d’importance car ils y voyaient tous les trois davantage une occasion de se retrouver ensemble dans un lieu paisible.
Georges s’assit sur la pierre et se mit à rêvasser, son regard se perdant entre les reflets de l’eau et les amoncellements épars d’écume. Soudain, un bruit de froissement se fit entendre juste à sa droite. A quelques mètres de lui se tenait un renard. L’animal pointait le museau vers lui d’un air méfiant sans pour autant sembler vouloir s’enfuir.
Georges savait qu’un projet écologique avait été mené ces dernières années dans la région. Des couloirs avaient apparemment été créés pour la faune locale. Une des conséquences était que cela avait rapproché les bêtes des cours d’eau. Cependant, il n’avait encore jamais eu l’occasion d’apercevoir un animal sauvage ici.
Ils se fixèrent tous les deux pendant quelques secondes ; le renard avait un étrange éclat dans le regard. Puis, la bête tourna le dos et s’éloigna rapidement dans la forêt.
« Une bien belle apparition », se dit Georges, se sentant déjà inspiré par cette rencontre mystérieuse. La mine de son stylo commença à frôler la première feuille de son carnet. Mais il ne put terminer une phrase satisfaisante. Contrarié, il jeta le tout à terre. Bien qu’il se soit senti un instant proche de réussir, au dernier moment, ses vieux démons l’avaient repris.
Georges descendit du rocher et alla s’appuyer contre un gros chêne. A la fois usé de sa dernière nuit d’insomnie et écœuré d’un énième échec, Georges se mit à somnoler.
Dans ses rêves, il revit le renard. Celui-ci était encore plus hardi et s’était approché si près de lui qu’il pouvait presque le toucher. Deux fentes d’un jaune doré luisaient à présent avec une intensité mystique. Georges vit tout à coup le monde avec les yeux du renard. Il courait à en perdre haleine au milieu des forêts de feuillus, ne ressentant que l’air entrer et sortir de ses poumons.

Georges se réveilla. Il avait l’impression que son corps entier était endolori. C’est alors qu’il eut la surprise de découvrir l’état de ses mains. Celles-ci étaient pleines de terre. Et en y regardant bien, son jean était couvert de boue au niveau des genoux. Qu’avait-il bien pu faire pendant cette sieste qui lui avait paru durer quelques minutes ? On aurait dit qu’il s’était déplacé à quatre pattes. Les pages de son carnet étaient éparpillées autour de lui. L’une d’entre elles se trouvait au bord de l’eau. Georges se leva précipitamment pour aller la ramasser. Puis, il se mit à récupérer les autre feuilles une à une. Mais très vite, il découvrit qu’elles n’étaient pas toutes blanches.
Sur certaines, l’on pouvait même lire un long texte couvert d’annotations, le tout écrit de sa main.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
82

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une incroyable sieste !
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
une belle rencontre. Ca me rappelle un film.... Le Grésivaudan je connais peu mais du coup j'ai apprécié vous lire. Mes 3 voix.
Je vous invite à aller lire le poème sur les cuves de Sassenage et vous guiderai dans les entrailles de cette cavité magique.

·
Image de Stella Clarie
Stella Clarie · il y a
Ah oui ? Quel film ? Merci beaucoup de votre commentaire !
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
c'est en lisant le renard ça m'a fait un flash sur le renard et l'enfant.
·
Image de Stella Clarie
Stella Clarie · il y a
Je ne connais pas. Mais merci à vous. Ce sera une occasion de le découvrir !
·
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Moins connue que celle du Gévaudan, la bête du Grésivaudan mérite aussi le "détour" !
·
Image de Marianna
Marianna · il y a
la puissance d'un regard et, tout s'écrit... J'ai aimé ce texte !
·
Image de Reunan
Reunan · il y a
Un jour, un renard est aussi venu me voir... et sa beauté ma remis sur le fil des mots, belle histoire, plaisir de lecture,
+ 5 voix.
Et mon bateau vous donnera aussi des lignes : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mon-bateau-1

·
Image de Reunan
Reunan · il y a
Au-delà de'aimer, votez :
!

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
L'inspiration à la source, en quelque sorte ...
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Superbe texte ! Une histoire émouvante et qui transpire de sincérité. Mes V votes ! Dans un autre genre, je vous invite au Vietnam le temps d’un songe si cela vous tente, Stella ?! http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2
·
Image de Merlin28
Merlin28 · il y a
La dernière fois que j'ai croisé un renard, il m'a couru après, j'avais 10 ans et je n'ai jamais couru aussi vite... je lui ai échappé de justesse
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une belle histoire qui doit en toucher plus d'un ici.
Mon sonnet est en finale dans le Prix de la St Valentin. Je vous invite à aller le découvrir.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/au-bout-de-la-nuit-1

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre bien construite et qui évoque, de façon efficace, l'écrivain à la recherché de sa muse ! Mes votes ! Une invitation à lire et soutenir, si vous l’aimez, “Mon Amour” qui est en FINALE pour le Prix Saint-Valentin 2018. Merci d’avance et bonne journée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mon-amour-36

·