Rencontre à Uriage

il y a
3 min
772
lectures
565
Finaliste
Public

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larrivee-de-la-mousson https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/rencontre-a-uriage Salut à tous, je suis qui je peux... Français  [+]

Image de 2020
Image de Très très court
En Descendant du train, j'ai traversé la gare et pris tout de suite en direction de l'avenue Alsace-Lorraine. J'ai longé l'hôtel de Savoie puis la brasserie de la Paix. Je me sentais un peu les nerfs à vif après cette réunion à Lyon. Oui, il me fallait reprendre mes esprits en marchant un peu, j'avais besoin d'être à l'air libre. Les gars de la milice ne semblaient plus bien sûr sur le chemin à prendre. Les ordres paraissaient venir de plus haut, de ceux de Vichy. Nos patrons de l'Isère, de Grenoble commençaient à se sentir dépassés.

Pendant tous les discours des différentes réunions, on a crié haut et fort notre anti-bolchevisme. Mais à part ça ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Ce qu'on nous demande n'a plus rien à voir avec les missions des SOL. Surveiller le marché noir n'est pas une action patriotique par excellence apparemment... Est-ce que je ne suis avec eux que pour échapper au STO ?
Quand je repense au 17 mars et au 24 juin, je me dis que ça devient dangereux de se dire milicien. Henri a payé de sa vie. Les balles des terroristes ne l'ont pas manqué...

Faut-il vraiment aller à Uriage ? ici en ville, j'ai mes marques, mais là-haut... Tous ces fameux cadres, des étrangers, que pourraient-ils bien foutre mis à part saboter notre travail à nous les locaux ?

En plein été, la capitale du Dauphiné souffle, transpire, s’étouffe. Les cafés travaillent à plein : il fait drôlement soif malgré les Italiens et maintenant les Allemands. Le pavé fume. À travers la propagande, ça sent la démission. Plus on incite les gens à nous suivre, plus ils se détournent... Y en a qui disent qu'on devient les vendus des boches, et que finalement il vaut peut-être mieux attendre. Mais bon dieu, attendre qui ? Après quoi ? Nous aussi on résiste ! On n'a jamais voulu la défaite ! Gagner c'est être aux côtés des vainqueurs, bon ! Pétain, Laval, ils ont promis la France aux français... Pas aux anglais, pas aux Ricains !

Depuis que Darnand est aux commandes, c'est tout l'État français qui a besoin de la milice : un état milicien, voilà la solution. Il faut dépasser la police et devenir une véritable force de frappe. Tu vois, cette petite marche m’a rasséréné, je respire mieux maintenant en commençant à me convaincre que ce stage de quelques jours avec les autres d'Uriage va m'apporter quelque chose. Oh oui, je vais mieux comprendre les rouages de la politique militaire pour défendre notre département face aux groupuscules du Vercors et des montagnes de Chamrousse. Je vais passer place Victor Hugo puis discuter avec un type de l'Action française. Après je rentrerai. De toutes les façons, dans ma chambre de bonne j'ai plus rien à foutre. Il fait soif, merde ! j'ai bien quelques bouquins à lire ou quelques articles qui vont hurler entre les lignes, à bas les Rouges, à bas les Juifs. Quoi encore ?







X X
X X X


“Tu devrais y songer ! Notre arrière-garde, c'est nos camarades, c'est toi, c'est moi ! Et je sais bien que tu as grandi au pied de la Bastille. Tu es de la ville, et pourtant...
- Oui mais Gérard, prendre les armes sur un coup de tête, ça me connais. Mais, mais, rester avec les camarades, à longueur de journée dans le maquis, dans les forêts ou sur les crêtes nues, y a une différence. Le milieu montagnard, j'en suis étranger. Quand on se bat, il faut pas être dépaysé.
- Là, Mon gaillard tu te trompes ! Au fur et à mesure, tu t'y feras. Rappelle-toi que nous, les résistants, on est des commandos qui doivent surprendre. C'est sûr, ce n'est pas de tout repos car il faut veiller, toujours être aux aguets.
- J'ai l'impression que j'ai pas les épaules pour ça. Je ne vais pas savoir défendre mon département, ma ville et ma patrie de là-bas.
- Quoi là-bas ! ? Tu sais les loups, ils sont partout ! La vue est toujours plus belle d’en haut : tu domines ! Au Rocher de l'Homme, on n'est même pas à 2000 mètres. En grimpant un peu sur le territoire de Saint-Martin, Aux Amoureux, on les dépasse. Par contre, c'est une vraie partie d'escalade en allant sur le grand Sorbier et le pic de Miribel. Mais là, tu te vides la tête de toutes tes questions inutiles. La vraie perte de repère est souvent salutaire lorsqu'on ne sait plus où on en est, non ? L'état sauvage nous rend plus animal quand il le faut. Car il le faut, pour la lutte face à l'envahisseur et aux collabos.
- Tu prétends, que c'est grâce à la Dame Nature que ta virilité te revient et te recommande en tant que soldat de la France libre ?
- Oui mon ami...”


X X
X X X


Je désirais effectuer une rapide promenade en-dehors des rues d’Uriage. La cérémonie de ce matin m'avait un peu éprouvé, surtout le final. Dans ce stade, autour du drapeau portant le gamma, Darnand en personne, haut et fort, avait proclamé sa foi en la France débarrassée de toutes ses impuretés. La veuve de Paul de Gassovski organisait autour d’elle toute l’émotion qu’on devait témoigner en tant que milicien de tout premier ordre. Son mari avait été abattu plusieurs semaines auparavant à Marseille. Cette présence au château d’Uriage se voulait donc vraisemblablement très symbolique : l’image de la lutte active face au terrorisme des Communistes qui seraient prêts à vendre la France et à Staline et à Roosevelt ou encore à Churchill. Ces considérations politiques épuisantes valaient bien un peu de repos.
Un peu d’exercice bordel ! Le sentier emprunté m’emmènent je ne sais où. Quelques mètres dans les sous-bois. Une détonation.
Je m’écroule...

- Ne l’achève pas ! Il aime Dame-Nature comme toi...
565

Un petit mot pour l'auteur ? 283 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Pas mal d'avoir les 2 visions de l'Histoire qui s'opposent. 1 bascule dans le temps, c'est en effet 1 dépaysement et 1 décalage. À voir si 1 style encore + direct, avec 1 mise au présent, n'aurait pas été intéressante à expérimenter.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Le parti pris du déplacement dans l'histoire pour figurer le dépaysement est intéressant
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Mes voix renouvelées pour vous Youri !
Image de Simon Dumoulin
Simon Dumoulin · il y a
Mes 5 voix pour un retour à mon Isère natale réussi ! Merci.
Venez me lire et me soutenir dans la finale du grand prix catégorie nouvelle par ici

https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lombre-dune-associable

D'avance merci

Image de Youri Billet
Youri Billet · il y a
Merci pour vos soutiens !
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Mes 5 voix, bravo d’être en finale !!!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Bonne finale Youri
Image de Chan Jau
Chan Jau · il y a
Félicitations mes voix renouvelées!
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Cher Youri, j'ai lu 2 lignes sur 3.... peut-être parce que ces histoires de maquisards et miliciens ont tellement été contées, décrites en mots comme en images, qu'il faut être très percutant ou novateur dans un récit de ce genre pour m'embarquer. Bonne chance pour la finale.
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Mes cinq voix pour soutenir votre texte. Merci pour l'invitation!