1
min
Image de Récidive Locale

Récidive Locale

12 lectures

0

Line travaille aux abattoirs.
Tous les matins à 4 heures, c'est Bernadette qui l’emmène.
Elle klaxonne devant chez Line, qui monte dans la petite voiture sans chauffage.
Bernadette a l'odeur de là où elle travaille : sang frais et viscères.
Line a un haut-le-cœur et se dit qu'elle a bien fait de ne pas manger ce matin.

Aujourd'hui, Line est au nettoyage et à l'emballage des abats.
Elle saisit les langues de bœuf encore poisseuses de salive, les nettoie et les plie pour qu'elles rentrent dans la barquette. Elles prennent des allures d'escargots arrachés à leurs coquilles, comme étouffés par le cellophane.
Son collègue Didier lui met parfois un coup de langue de bœuf sur la joue, il rit.
Line a une mine dégoûtée et se dit qu'elle n'en mangera plus jamais.

A chacun des entrechats de Didier pour passer d'une table à l'autre, son tablier bruit comme le tutu d'une danseuse ensanglantée. De ses mouvements se propagent des remugles d'eau de Cologne bon marché, qui associés à la puanteur palpable, emplissent la bouche de Line jusqu'à en sentir le goût.
Viennent ensuite les foies. C'est mou, ça glisse des mains et ça sent Bernadette.
Il faut faire des tranches pour qu'elles tiennent dans la barquette. Didier joue aussi avec les foies.
Il fait mine de les manger crus et lui met un peu de sang sur la joue, elle pleure.

Line a un haut-le-cœur et se dit qu'elle a bien fait de ne pas manger à la pause.
Bernadette est un peu plus loin à l’équarrissage : viscères et sang frais.
La sirène beugle la fin de journée, Line monte dans la voiture chauffée par le soleil.
Tous les après-midi à 13 heures, c'est Bernadette qui la ramène.
Line travaille aux abattoirs.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème