Reine des Glaces

il y a
3 min
29
lectures
5

Oh seigneu  [+]

—    Est-ce que tu as déjà vu danser la reine des glaces ? On la disait froide et seule. On la disait morte et toujours triste. Mais regarde danser la reine des glaces et tu verras qu’un feu la consume. Écoute son silence être envahi par le bruit de la pop. Entends sa rage dans chacun de ses pas sur le parquet. Regarde-la. Et tu verras, la glace fond comme neige au soleil.

 

La reine des glaces pose sa main sur l’énorme enceinte. Elle ferme les yeux. Elle sent d’abord les ondes glisser sur sa peau et lui donner la chair de poule. Elle les sent ramper sur son corps engourdi. Elle s’en imprègne, s’en délecte. Puis, son cœur bat en rythme avec la musique. Elle ressent chaque instrument coulé dans ses veines. Son sang palpite sur un tempo qui la fait vibrer. Elle prend la mesure et calque son souffle dessus. Une nouvelle énergie s’empare de ses doigts. De ses bras. Longe ses cuisses rondes. Ondule sur son ventre. La musique arrête le temps et le temps plie. Courbe l’échine face à la reine des glaces.

 

—    Tu vois, ça c’est quand le feu rencontre la glace. Une vraie alchimie. Un choc brutal. Regarde comme c’est beau.

 

Elle se redresse. Ses cheveux balancent sur ses fesses. Son top montre sa taille marquée. Son mini short attire les hommes. Mais on ne regarde que ses mouvements. La chanson l’enveloppe comme un cocon. Elle est enfermée dans sa bulle. Son monde à elle s’ouvre sous ses paupières. À chacun de ses gestes, elle nous offre la chance d’apercevoir son univers. Son coude se plie. Ses jambes se fléchissent. Plus le tempo accélère, plus son cœur s’emballe et son corps dérape. Tout son être ressent les vibrations de l’enceinte. La musique la prend aux tripes. Elle est musique.

 

Ses mouvements sont féroces. Contrôlés. Et exécutés avec une perfection qui brise le cœur. La perfection de son âme. Son amour pour la musique éclate sous les yeux. C’est vif. Brutal. Et si beau. Le soleil éblouit la glace ; on est obligé de plisser les yeux pour admirer la beauté de l’art. Elle enchaîne. Elle enchaîne ses pas de danse sans se rendre compte du spectacle qu’elle donne. Du plaisir qu’elle offre. Elle bouge comme si les ondes sonores la portaient. La reine des glaces semble si légère et si pesante quand ses pieds frôlent le sol.

 

—    Tu sais que tu vois de la magie quand la reine des glaces fusionne aussi bien avec son feu. Ça n’explose pas. Le feu lèche la neige sans jamais la fondre. Et la glace embrasse le feu sans jamais l’éteindre.

 

La musique. La chanson. Cette mélodie. Quelle mélodie ! Et quelle voix ! La reine des glaces virevolte. Plus rien n’existe, si ce n’est ces notes enragées qui la font presque jouir. Le pouvoir de la musique enlace le pouvoir de la dance. C’est si beau que c’en devient douloureux. Elle est si belle, la reine des glaces, quand elle s’abandonne au feu qui la dévore ! Elle bouge comme si sa vie tenait au fil de cette dance irréelle. Ça fait mal de la voir s’acharner. Elle ne s’arrête jamais. Mais putain, elle est magnifique.

 

Quand elle bouge, elle devient œuvre d’art, qu’on ne peut s’empêcher de choyer. On veut en prendre soin mais personne n’ose réparer toutes ses fêlures et toutes ses ratures qui la rendent si entière. Quand la reine des glaces s’enflamme, elle laisse entrevoir toutes les blessures et tous les pansements qui la recouvrent. Un spectacle aussi désolant qu’excitant. C’est la magie de l’art, chacun peut exprimer ses bobos sans personne pour en juger les désastres. Et la reine des glaces le fait avec un talent qui ferait bander même un mort.

 

Qui peut se vanter d’se mouvoir avec autant d’amour et de passion ? Personne si ce n’est elle. Elle a ça dans les tripes. C’est encré dans son ADN. La musique, la dance, c’est son univers. Ça la maintient en vie quand le monde autour d’elle s’écroule. On ne peut rêver d’une meilleure échappatoire que celle offerte par la poésie. C’est si beau quand elle s’envole. Quand ses bras la portent pour lui rendre grâce. Elle jette. Aime. Prend. Déteste. Baise. Torture. Tout ça, dans une unique chorégraphie qu’elle  improvise au gré du feu ardent qui coule dans son sang bleu.

 

Elle tourne. Tourne. Tourne. Ses coudes effleurent le parquet. Elle glisse. Se relève. Elle ne s’arrête pas. Pas même pour respirer. C’est ça, son oxygène : l’art dans son ensemble, sa dance, sa musique. La chanson la rend vivante. La dance la rend heureuse. Elle vit à travers eux et sans eux, elle n’est que la reine des glaces. Froide et seule. Triste et morte. Mais une reine des glaces avec un feu qui la consume. Et c’est toujours mieux qu’être une reine des glaces toujours glacée.

5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Fureur de Vivre

Océane P.

Quand on rencontrait Dannie, on savait d’avance que les emmerdes n’étaient pas loin. La règle était simple : soit on mettait un genou à terre, soit on se tenait debout, à ses côtés... [+]