Regards croisés

il y a
1 min
485
lectures
165
Finaliste
Jury
Recommandé

J’écris sur tout… et aussi sur rien, Car ça me fait du bien… et ça me tient debout. J'essaie aussi de creuser mes sujets, pour écrire vrai, et si possible, utile. Si me lire avait l’heu  [+]

Image de 2017

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Retour de déplacement, un regard l'accrocha. Ronron du métro, pas trop plein ce soir-là, tous les usagers ou presque contemplaient leur smartphone, accaparés par son écran bleuté ou feignant de l'être pour préserver leur quant-à-soi. L'habitude en somme, ce temps suspendu sans contenu des transports en commun, vaguement morose tant il lui semblait vain. Ce soir-là, pourtant, son coup d'œil circulaire de routine s'arrêta soudain : une fille le regardait, assise sur le strapontin opposé. Il croisa tout d'abord son regard clair, s'y arrêta une fraction de seconde. L'autre se déroba, mais juste un instant infime trop tard pour avoir rejeté le contact. Il glissa rapidement sur la silhouette, sur le visage... et le regard l'attendait, magnétique, confiant. Capturé, le gris de ciel du sien se blottit d'instinct, comme déjà familier, dans l'aigue-marine d'en face, et il sourit sans s'en apercevoir. Elle sourit à son tour, comme s'il en allait de soi. Un frisson le parcourut, tandis qu'une douce chaleur lui montait en poitrine.
L'intense échange muet dura trois stations, puis elle se leva. Il la suivit. Le quai se vida comme une bonde, les deux restant seuls plantés là, quasi face à face. « Excusez-moi, finit-il par bredouiller, je crains d'être importun... mais votre regard m'a aimanté et je vous ai suivi sans réfléchir. J'aurais en fait dû descendre deux stations plus loin ». Un franc sourire lui répondit. « Moi aussi, je descendais deux stations plus loin, mais j'ai cru que vous sortiez là, et je suis sortie... Il ne nous reste plus qu'à reprendre la rame qui arrive ». Quand la porte s'ouvrit, la main gauche du garçon se posa contre sa taille, l'invitant doucement à entrer ; un autre infime moment éternel où elle accepta la pression complice de l'hommage, et elle le précéda dans le wagon. Et les voilà partis ensemble, pour deux stations au moins, pour un peu plus, sans doute, pour très longtemps, peut-être. Qui sait ?
 
Recommandé
165

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !