3
min

Regarde les étoiles

Image de Mélissa

Mélissa

42 lectures

27

Anna monta le volume de sa musique. Encore une fois, ses parents se disputaient, et c'était à qui hurlerait le plus fort. Assise à son bureau, elle traçait du bout du crayon les contours d'un visage fin. Des éclats de verre se mêlèrent aux éclats de voix. Anna s'était enfermée à double tour dans sa chambre, pourtant, elle imaginait très clairement la scène. Son père, ivre mort, attrapant ce tout qui lui passait sous la main pour l'envoyer sur sa mère aux pupilles dilatées par la drogue. Cette scène, elle l'avait déjà vécue assez de fois. Trop. Elle s'appuya contre le dossier de sa chaise et regarda le plafond. Elle contempla les étoiles qu'elle avait collées avec son père lorsqu'elle était petite, et qui la rassuraient lorsqu'elle n'allait pas bien. Enfin, ça c'était avant. Maintenant, elle avait compris que ces bouts de plastique fluorescents n'exauceraient pas ses vœux. Elle avait arrêté d'espérer. Dans ses écouteurs, la chanteuse s'époumonait. « Don't let the waves overwhelm you, take the control, get away from this life which kill you ». Partir... Pour aller où ? Anna regarda par la fenêtre. La pluie rendait la ville grise. Elle se leva finalement, enfila son anorak et sortit sur le balcon. Elle laissa les gouttes caresser son visage. Son regard balaya les toits de Paris. La capitale était, somme toute, assez calme. Bien plus calme que le désordre qui régnait dans sa vie. Elle monta sur la barrière du balcon, et se hissa sur le toit. Elle s'assit contre une cheminée, tandis que la pluie s'engouffrait petit à petit dans ses chaussures. Elle posa sa tête sur la cheminée. Un craquement la fit sursauter. Ce n'était pas une cheminée ordinaire... Anna observa la plaque métallique. Elle la poussa doucement, et, déséquilibrée, elle tomba dans un vacarme assourdissant. Anna fit un bond. Finalement, elle s'approcha de la plaque. De l'autre coté de celle-ci se trouvaient des arabesques multicolores... et des étoiles. Comme celles qui brillaient sur son plafond. Elle s'assit à coté de la plaque et passa ses doigts mouillés sur les volutes colorés. La peinture s'effaçait au contact de l'eau. Les gouttes de pluie laissaient des marques rondes par-ci par-là, mélangeant les teintes. Petit à petit, elles laissèrent apparaître des inscriptions. Anna frotta la volute bleue et lut : « Du chaos naît une étoile -Charlie Chaplin ». Étonnée, elle frotta une seconde volute, rose cette fois-ci. « Si tu ne peux être une étoile au firmament, sois une lampe dans ta maison. » Comment être une étoile, un rayon de bonheur quand tout va mal ? Une lumière ne peut pas panser les blessures... Une larme coula sur la joue d'Anna, se mêlant aux gouttes de pluie. Elle se leva et marcha jusqu'au bord du toit. Sept étages... ça faisait haut. Mais elle n'avait pas peur. Elle se balança dangereusement près du vide, défiant la mort. Elle pourrait sauter. Tout arrêter. Pourquoi pas ? Il suffirait d'un seul petit pas... et tout serait terminé. La proposition était tentante. La pluie cessa de tomber. Un vent glacial s'engouffrait sous ses vêtements, la poussant ver le vide. Vers la mort, le néant. Est-ce qu'il restait des gens à qui elle pourrait manquer ? Sûrement pas. Elle écarta les bras, et regarda au loin. Puis, elle ferma les yeux. Elle prit une grande inspiration. La dernière, peut-être. Elle se sentait vide, satisfaite. C'était beaucoup trop simple... Quelque chose attrapa son bras et la tira en arrière. Ou plutôt, quelqu'un. Elle se tourna, effrayée, et fit face à un jeune homme d'à peu près son âge. Elle ne l'avait jamais vu auparavant. Il prit sa main et la conduit près de la plaque. Sous le choc, Anna le suivit sans broncher. La pluie avait terminé de lessiver les dernières couleurs, laissant apparaître la dernière inscription. « Ce n'est que quand il fait nuit que les étoiles brillent -Winston Churchill ». Le garçon releva doucement le menton d'Anna. Il souriait. Anna regarda le ciel, et alors, elle les vit. Toutes les étoiles brillaient dans le ciel, et la pleine lune surplombait ce magnifique ciel étoilé. Plus aucun nuage ne venait troubler le spectacle qui s'offrait à leurs yeux, plus aucune brise ne les faisait vaciller. Elle regarda la personne qui lui avait ouvert les yeux. Ses yeux brillaient. Elle voulait le remercier. « Qui es-tu ? Pourquoi m'avoir sauvée ? » interrogea-t-elle. Il sourit et répondit chaleureusement : « Mon nom est Tristan. Tu es une étoile, Anna. ». Tristan s'approcha doucement, et déposa un baiser sur ses lèvres.

Anna se réveilla en sursaut. Elle s'était assoupie sur son bureau. Son réveil indiquait 1 h 24. Avait-elle rêvé ? Elle se leva et ouvrit la porte-vitrée. Elle sortit sur le balcon, et contempla le ciel. Il était rempli d'étoiles.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Artvic
Artvic · il y a
C'est une belle histoire ! Mon vote
Un texte très bien écrit, émouvant !
Je vous invite à lire et soutenir mon poème en finale.
L'empreinte des souvenirs
Vos voix me seront précieuses, amitiés

·
Image de Bulle_d_encre
Bulle_d_encre · il y a
C'est drôlement beau, j'aime beaucoup votre plume, et puis l'ambiance qui se dégage est plaisante aussi : la tristesse de certains passages est adoucie par la présence des étoiles qui maintiennent un peu d'espoir.
Il y a, en soi, beaucoup de poésie qui se dégage de vos mots ..

·
Image de M'ellatrix
M'ellatrix · il y a
Tu as une grande qualité d'écriture dans les détails, qui rendent le tout perceptible, presque réel sous nos yeux. Et l'histoire est très belle, un peu triste, mais aussi très réelle...
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super prenant ce texte. Bravo. J'accord mes voix. Si vous avez le temps, je vous invite à lire " ACHOU ".
·
Image de Lux_Viruxor
Lux_Viruxor · il y a
C'est mignon ! J'aime beaucoup !
·
Image de Mélissa
Mélissa · il y a
Merci beaucoup :)
·