2
min

Recommandations maternelles

Image de Marianne

Marianne

32 lectures

4

« Allo... Maman ! On avait convenu deux fois par semaine et en ce moment, tu continues à m’appeler tous les jours... Oui, je sais bien que tu t’inquiètes pour moi... Ta petite fille, quand même : 1m75... Ton bébé, à 32 ans, quand même... Tu vois bien qu’il est élastique, le cordon ombilical, je survis très bien loin de toi... Mais non, je ne te renie pas... Oui, je reste la chair de ta chair... Oui, oui, ne t’inquiète pas, même à distance j’applique avec rigueur tout ce que tu m’as appris.
Tiens, par exemple, dès le lever, c’est automatique, je pose en premier le pied droit. Je n’oublie jamais de mettre ma crème de jour en bonne chrétienne : je commence par en déposer sur le front, puis sur le menton puis sur la joue gauche et enfin sur la droite.
Le stérilisateur, mais bien sûr, il trône dans la cuisine et j’y passe toute la vaisselle et tous les aliments, aucun danger... Oh, j’en utilise bien, mais il m’en reste encore, de l’eau de Javel, tu m’en avais prévu un bon stock et tu sais, en cas de besoin, je peux en acheter ici... Oui, je t’assure, la même marque... Ça n’est pas très grand, mon appartement, j’ai pu tout désinfecter avant de m’installer...
Au travail, oui, oui, je porte le masque anti-virus dès que quelqu’un tousse ou éternue et on s’incline pour se dire bonjour, tu avais raison dans une boîte japonaise on connait les règles d’hygiène : pas de poignée de main ni d’embrassade... Nids à microbes, comme tu le dis...
Non, je ne m’ennuie pas, je me suis fait plusieurs amis... Oui, virtuels, bien entendu, d’ailleurs, je vais te laisser, j’ai un rendez-vous sur Skype dans trois minutes... Mais oui, j’ai installé le contrôle parental sur mon ordinateur, pas de mauvaises rencontres... Bien sûr, je me barricade tous les soirs, comme à la maison je pousse la commode devant la porte d’entrée...
Allez, maman fais un effort, attends mardi pour m’appeler... Ok, va pour lundi soir, mais je ne négocierai pas plus... Je t’embrasse... Merci de prier pour moi avec tes amies de la paroisse... Je te le dirais si ça n’allait pas bien... Allez, il faut raccrocher... Oui, je sais, tu as mon numéro de portable dans tes favoris... Illimité, ça ne veut pas dire que tu dois me téléphoner sans arrêt... Non, je ne te rejette pas... Oui, moi aussi je t’aime... Allez, je vais raccrocher à 3. Tu es prête 1...2...3. »
Elle raccroche, sort des WC, et rejoint dans la salle de restaurant une tablée de joyeux fêtards. Elle reprend sa place. Son amoureux lui chuchote :
« C’était encore ta mère ?
-Bien sûr ! Mais rassure-toi, elle est loin. Je t’assure, vaut mieux en rire ! Trinquons à sa santé ! »
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
L'amour maternel d'une super névrosée est parfois pesant... Bon courage à ton héroïne ! Une petite pensée apitoyée pour cette maman, malgré tout, et +1 pour l'écrivaine ! ;-)
·
Image de Marianne
Marianne · il y a
Quelle mère sera notre héroïne? ...Merci pour toutes tes lectures
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
BRAVO ! Sourires. Une votive.
·
Image de Marianne
Marianne · il y a
merci pour vos encouragements
·
Image de Fantec
Fantec · il y a
NON. Je ne suis pas cette mère abusive! Je me retiens, moi, Madame. Ce sont des sketches vos portraits. Je les adore. Allez, hop, sur scène!
·
Image de Marianne
Marianne · il y a
J'aime en effet beaucoup faire des lectures de mes textes.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur