Qui a éteint la lumière ?

il y a
3 min
226
lectures
9
En compétition

Point zéro Au départ, il y a soi. En soi, vers l’intérieur Il y a l’infiniment petit Et de soi vers l’extérieur L’infiniment grand. Ainsi, chacun est son propre Point zéro  [+]

Image de Été 2020

Il règne un noir absolu. Plus noir que si j’avais les yeux fermés, quand se logent encore sous les paupières quelques réminiscences d’étincelles de lumière. Un noir comme il n’y en a pas. Rien à voir avec le noir d’un écran de télé sans réception. Pas le moindre luminophore, le moindre son qui proviendrait de mon oreille interne comme lorsque je m’endors et que, la nuit, je rêve qu’il neige. Seule reste ma pensée pour m’éclairer. Je ne sais pas ce qui vient de m’arriver : la sensation d’un coup frappé si fort sur mon front, un court-circuit, une coupure inopinée de l’électricité ? « Hé ! Qui a éteint la lumière ? Répondez ! » Ce noir est hostile, le noir du firmament sans étoiles ni planètes. Il est froid et se mesure en kelvin, proche de zéro, aux limites de toute vie. Je me sens encapsulé, à la dérive au-delà de la terre, au milieu de l’univers, aux confins du big-bang où toute lumière est absorbée par un gigantesque trou noir. De mon habitacle, je n’arrive plus à reprendre contact avec ground-control : « Joël à la base de contrôle, je répète, Joël à la base de contrôle… répondez ! »… Silence radio. À m’entendre ainsi prononcer mon prénom, il me vient en mémoire un souvenir enfoui : « Joël ! Joël ! »… La voix douce d’un être aimé qui m’appelle. « Joël ! »… Je suis dans la lune et ne réponds pas. « Joël ! » La voix insiste, change de ton pour que j’y prête attention. « Joël ! »… Cette fois, je me retourne et vois ma mère. Je sais que c’est elle, jeune, aussi jeune que j’ai pu la connaître. Je souris, cela me rend heureux. Il y a du bruit, un brouhaha de paroles, de pleurs, de hurlements ; les parents viennent chercher leurs enfants, c’est la fin de la garderie. Je m’élance vers elle. Il fait froid, mais ensoleillé. Je cours au milieu du froissement des feuilles sous mes pas. J’en ai jusqu’aux cuisses et ça me plaît tant que je me mets à rire. Plus elles craquent, se frottent, crépitent plus je ris aux éclats. Je fais des détours pour être sûr de galoper dans l’épaisseur sonore des feuilles mortes… Puis tout s’évanouit une fois de plus dans l’obscurité. Je ne m’en rappelais plus, comme si je ne l’avais jamais vécu. S’agit-il d’un faux souvenir niché au fond de ma boite crânienne ? Je pense, je me souviens, c’est donc que je suis ? Ou alors je rêve. Ou plutôt, je crois que je suis, je crois que je rêve. Car à part ce souvenir, je ne me rappelle de rien. La mémoire, c’est comme les rêves, à partir de ce qu’il nous reste au réveil on tente de les reconstruire, on les dénature, on les falsifie. Et cela à chaque fois qu’on fait appel à eux. Rêves comme souvenirs prennent une réalité toute faussée à cause des trous qu’il nous faut combler. Mais il y a ceux dont on ne se souvient pas. Ceux-là sont des fantômes. Ils hantent les couloirs, passent la fenêtre ovale, circonvolent dans le vestibule, déambulent le labyrinthe, s’insinuent dans l’hippocampe sans jamais s’enregistrer dans la boite noire. Ils peuvent faire irruption à tout moment, intacts. Ils sont instantanés comme une soupe déshydratée : il suffit d’un peu d’eau, d’une odeur, pour qu’ils surgissent entiers… Tout à coup, dans les ténèbres, j’aperçois quelque chose qui se déplace, un minuscule point luminescent à peine perceptible, un photon, si infime, si rapide, si éloigné, si… enfin, je n’en suis pas certain… Maintenant, c’est sûr, un objet s’approche, au fuselage blanc, rutilant. Ce vaisseau ressemble plus à un bateau, une grande pirogue, une embarcation fluviale archaïque. On dirait qu’elle se dirige droit sur moi. Plus elle avance plus je distingue ses contours et ce qu’elle contient : debout, bravant l’espace, d’illustres personnages que je reconnais dans l’instant comme étant des divinités de haut rang : Anubis à la tête de chacal, Isis la déesse coiffée d’un disque solaire, Thot à la tête d’ibis, Râ, le dieu soleil renaissant, un scarabée remplace sa tête et obstrue sa lumière. Comme moi, ils traversent les ténèbres à l’ombre de la terre pour renaître en plein jour écrasés du brasier de l’astre divinisé. Ces êtres suprêmes sont là, majestueux, stoïques dans leur embarcation, pendant qu’ils poursuivent leur navigation nocturne. Et là, tout devient clair comme du cristal, comme ça, d’un coup ! La Révélation ! Le Satori ! La Gnose ! Comme s’embrase un horizon, tout est présence, chaleur, incandescence. Je suis ébloui, aveuglé, irradié dans un cri continu, suraigu, Blanc ! Intensément blanc ! Puis… Ni noir, ni blanc, un fond translucide comme chargé de rosée. Et j’ouvre les yeux comme pour la première fois. Je sens mon corps en dehors de moi et me vois haut, au-dessus de moi-même… J’ai de la peine pour ce corps endormi, comme il a l’air calme, éclairé par alternance d’un gyrophare. Comme il a l’air tranquille, une auréole écarlate autour de la tête sur un drap blanc. Moi, j’ai peur, je suis même terrifié. Je me vois à 360°. Je ne peux analyser ce que j’éprouve ; je ne suis que sensations. Je crois me souvenir qu’on ne possède pas cinq sens, mais six, sept et peut-être davantage : le sens de l’équilibre, du mouvement, du rapport de nos membres entre eux… Je suis persuadé que mourir – « la sortie de l’âme vers la lumière du jour » disaient les Égyptiens – est une lente agonie qui s’étend bien au-delà de la mort clinique. Il se pourrait que la détérioration puis l’arrêt des fonctions vitales entrainent une confusion des sens, une synesthésie où s’entremêlent les signaux rémanents de nos récepteurs sensoriels avant qu’ils ne s’éteignent à jamais. Composerait-on une image visuelle augmentée en adéquation avec la réalité indépendamment de l’absence d’activité cérébrale et de battements de cœur ? Je vois des infirmiers s’affairer autour d’un brancard sur lequel gît mon reflet. Je me rappelle maintenant. Le bruit du choc, un fracas tectonique de verre et de métal ! Je me souviens ou j’imagine, c’est confus… C’était quand ? C’était avant… Avant qu’une force cyclopéenne ne vienne percuter mon crâne.

9
9

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Une expérience extra ordinaire, vécue également par une personne de mon entourage. C'est un sujet délicat et il est particulièrement bien relaté, sans pathos ni fioriture . Mon vote, merci Gérald! Je vous invite sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-son-dune-voix, hors concours.
Image de Ange Papiers
Ange Papiers · il y a
Un sujet que l'on tente de percer depuis ... la nuit des temps ? Au regard des histoires et témoignages, il se peut effectivement que cela se passe comme ça. Ce texte rassure, il exprime bien l'Etre un instant perdu puis l'ouverture vers un Après ... L'espoir d'une autre vie future ...
Image de Gérald Chauvreau
Gérald Chauvreau · il y a
Bien résumé. merci
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Un sujet qui reste impénétrable et qui fascine: quand la mort, le néant en fait intervient-il après la mort clinique? Bien imagIné.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Le moment avant de basculer . Une expérience qui fascine.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
"Joli" récit d'une EMI... Vous l'avez rédigé sur documents ou après l'avoir réellement vécue ?
Image de Gérald Chauvreau
Gérald Chauvreau · il y a
Je me suis une fois désincarné, pas longtemps mais ça m'a marqué. Le reste, je l'ai imaginé, j'ai quand même été inspiré par ce que je sais des Égyptiens et du Bardo Thodol. Merci de votre commentaire
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Super !

Vous aimerez aussi !