Que serais-je sans eux…

il y a
2 min
286
lectures
63

Un regard différent mais pas indifférent sur les choses et les gens ★•.•´¯`•.•★..♩.♬´¯`♬.* ‘ •♫♫*♥*♫♫ • ‘ * ★•.•´¯`•.•★..♩.♬´¯`♬.*  [+]

♫ Que serais-je sans eux qui vinrent à ma rencontre ? Que serais-je sans eux qu'un cœur au bois dormant ? Que cette heure arrêtée au cadran de la montre ? Que serais-je sans eux que ce balbutiement ? ♫

Que serais-je sans les mots, mes amis, mes amours, mes ennuis ! Que serais-je sans ces traceurs, ces marqueurs, ces tuteurs de cœur, ces passants, ces passeurs, ces messagers, ces passagers du vent, de la pluie et puis du beau temps !

A vous Le bohémien, à vous poètes et poétesses, à vous écrivain(e)s, à tous les amoureux, amoureuses des mots en vers et en prose, qui aimaient le beau, les beaux mots, les jolies choses de la vie, qui avez le cœur tendre et le Verbe haut, le cœur à fleur de mots et les mots à fleur de peau, qui savez les émotions qu’ils portent, les senteurs qu’ils délivrent, les fragrances qu’ils dégagent, tous les sons et images, tous les tons, les teintes pastelles, les bleus, les roses, les gris souris, les joies, les grains, les chagrins, les plaintes qu’ils projettent sur la ligne d’horizon, toute chose que le duo, le tandem poésie-littérature procure, pour toutes ces (bonnes) raisons, je vous écris ces quelques lignes de mots.

Que serions-nous sans eux... qui nous offrent tout leur abécédaire, toute la richesse que recèle leur grimoire, toute la palette de couleurs que reflète leur miroir,
Comment composer avec eux... quel est cet écho, ce mystère, cette alchimie qui nous fait établir des traits-d’union, des ponts, des passerelles, des liaisons, des liens d’amitié et plus si affinités,
Comment communiquer sans eux... par quelle trame, quel filigrane, quel fil conducteur, par le biais de quel thème, quel item, quelle idée, quelle pensée, quel système, quel langage mystérieux, quel phonème, quelle phonétique, quel code secret... à travers la langue des oiseaux, le langage des signes... s’il est muet, silencieux, démonstratif, s’il est joli, gracieux, parlant et précieux, pour autant n’est pas aisé à utiliser via le support d’un écran.

En un mot, entre deux temps, deux compétitions, je voulais vous écrire un mot en passant.
Pourquoi... parce que j’aime la vie, les mots et les gens et ils me le rendent bien en passant,
Parce que sans eux, sans jeux de mots, jeux de mains, jeux d’écrivains, nous serions orphelins,
Parce que la vie, les mots, les choses et les gens sont impermanents, tout comme les concours, miroir aux poètes, aux alouettes sont illusoires, le temps et les circonstances éphémères...
et que la vie malgré et envers tout suit son cours, celui du destin, du cours des événements.

Que serais-je sans vous auteurs, auteures, lecteurs, lectrices ? Que serais-je sans vous qui me faites écho ? Mettez du baume au cœur de mes mots ? Que serais-je sans vous que cette exquise esquisse ?






63

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !