1
min

Quand les arbres chantent

Image de Julie Cedo

Julie Cedo

93 lectures

20

C’est une nuit rouge. Le ciel s’embrase et la terre éclate. Allongée sur le ventre, complètement paralysée, je regarde cet étrange spectacle... Les arbres dansent. Les branches volent. Les feuilles forment un océan aux côtés des nuages. Le vent souffle et les arbres rient.
J’ai mal mais mes yeux ne peuvent se fermer. Il faut que je regarde la nature s’exprimer ; les arbres vivent enfin. Je les sens respirer, je sens leur liberté retrouvée. Ils devraient être tristes et pourtant ils sont heureux. Je devrais avoir peur et pourtant je suis subjuguée. La nature n’est pas encore morte. Elle montre ses dernières forces, ses derniers secrets. La nature est en train de me faire rêver.
Il fait chaud. La fumée s’étend. Mes poumons n’arrivent plus à filtrer l’air. Je ne vois plus les arbres. Ce n’est pas grave, je crois que je les entends chanter. Ils murmurent ensemble de plus en plus fort. C’est une étrange mélodie, légère mais bercée de mélancolie, qui se répand. Qui se propage.
Le monde s’écroule... La terre tremble... Et la complainte de nos frères feuillus m’anime. Je la sens circuler dans mon corps, s’emparer de mon cœur. Elle vit en moi. Je sens, je ressens, tous leurs tourments passés. Cette peur permanente d’être arraché. Cette crainte omniprésente de se faire couper une branche. Cette sensation d’emprisonnement, cette impression de ne plus pouvoir se nourrir d’un air pur et sauvage. Et cette joie fugace qu’ils éprouvent aujourd’hui. Ils sont nostalgiques d’un temps révolu, peinés d’un futur si tragique, mais soulagés.
Leurs racines se brisent. Les arbres apprennent à voler. Et ils dansent. Et ils chantent. Sous une lune aux teintes pourpres. Ils ne sont plus torturés !

C’est une nuit rouge. De nombreux cris retentissent et la vie atteint son apogée. Je vais disparaître. Comme tout le monde. Mais pour la première fois de mon existence, je me sens arbre. Et je me sens bien.
La nuit de leur mort, les Hommes regrettent de ne pas avoir pris soin des arbres La nuit de leur mort, les arbres prennent vie pour chanter leur liberté. Coïncidence inévitable ou simple jeu des circonstances ?
En tout cas, une chose est sûre. Nous sommes liés aux arbres dans la mort comme nous aurions dû l’être dans la vie. Nous avons détruit la planète et elle va exploser d’une minute à l’autre.

PRIX

Image de 3ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
20

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Che
Che · il y a
Curieux poème, il a sa beauté certes, mais je n'en comprends la logique ,"ils devraient être tristes et pourtant ils sont heureux" . Voilà des pulsions pyromanes !
·
Image de Nabelle
Nabelle · il y a
Une nuit rouge parfois bien décrite. "les arbres apprennent à voler" ;-) pourquoi pas ? encouragement...
Si le coeur vous en dit, j'ai un TTC en compèt' : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/les-deux-vieux
et aussi
un poème : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/terre-de-passage
mais sans obligation. ;-)

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Plaidoyer pour les arbres en danger. Mon vote pour lancer avec vous un cri d'alarme.
Je vous invite à aller consoler mon Ombrecito qui a perdu son ombre (à cause justement des arbres....) et qui est en cavale avec moi. Merci.
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ombrecito-acrostiche

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J'avais beaucoup aimé ton Tandem (le tandem lauréat avec Miraje) et je ne suis pas étonnée Julie, d'apprécier énormément ton texte de la Matinale. Je suis seulement surprise qu'il n'ait pas plus de votes. Il est émouvant et très poétique tout en étant à mon avis parfaitement dans le thème de la coïncidence inévitable : celle de notre comportement irresponsable envers la planète avec sa destruction programmée. Reste juste à espérer que notre Terre saura mobiliser ses forces pour se défendre. Très beau texte, mon vote.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un magnifique poème sur une symbiose trahie entre les arbres et les humains. Superbe cette image des arbres s'envolant, libérés du joug de l'humanité courant à sa perte ! Bravo, Julie, pour cette performance dans cette Cavale. Vous avez mon vote.
J'ai un vieux fauteuil qui a des choses à raconter. Si vous êtes intéressée, c'est ici : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-fauteuil-rimbaldise

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
J'aime ce beau tableau! Un veritable hymne à la nature! Bravo! Mon vote n0 13! Si le cœur vous en dit, merci de passer lire et soutenir les suivants:
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/beaute-austere
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/froideur
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/premiers-froids-1

·
Image de Gerard du Vingt-quatre
Gerard du Vingt-quatre · il y a
Trés beau Julie.
Beau partage de nature +1.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur