Quand à l’aurore pointe l’aube

il y a
1 min
32
lectures
3
« - Je vous en prie! Je vous en prie! »
Les yeux d’Aliénor, murés dans les larmes, ne voyaient plus ses agresseurs. Mais elle sentait leurs doigts moites de sueur, leurs paumes calleuses à force de travail. Elle les sentait recouvrir chaque parcelle de sa joie. Les mains fermement maintenues en arrière, le dos malmené par l’écorce du tronc, ses jupons gisants à ses pieds, elle désespérait d’échapper à ses violeurs.
Soudain une main lui attrapa l’épaule et la secoua vigoureusement :
- Madame la marquise ! Madame la marquise !
Aliénor ouvrit les yeux, et les joues ruisselantes de larmes, elle hoqueta :
- Des gueux ! Des gueux ! Nourrice, ils me touchaient et...
- Allons ! madame la marquise ! Il ne faut pas remplir votre jeune tête avec d’aussi
vilains rêves. Regardez comme le soleil brille ! On va vous marier aujourd’hui ! Nous devons déjeuner, nous toiletter, puis viendront la manucure, la pédicure, madame sera habillée, le tailleur fera les dernières retouches et ah ! Madame la marquise, viendra la coiffure, vous serez resplendissante !
- Mais nourrice ! Je ne veux pas épouser ce vieux rat !
- Mais enfin, madame la marquise ! Monsieur le comte d’Edas n’est pas vieux, il n’a
pas encore trente-cinq ans. Et puis il n’est pas si vilain, il est vrai qu’il a le nez un peu long et les moustaches un peu fines mais c’est un homme fort galant, toujours à vous baiser la main, vous faire un compliment sur votre toilette.
- Toujours à fourrer ses mains sous les jupons des domestiques. De toute façon je suis trop jeune pour me marier !
- Chut ! Madame, vous avez perdu l’esprit ? Qu’est-ce que cette histoire d’âge ? Douze années c’est bien assez pour des épousailles. Vous lui donnerez de beaux enfants, bien robustes, des mâles pour assurer la lignée.
- NON ! Plutôt mourir !
- C’est assez de vos caprice, marquise Aliénor de Rafalan, à cinq heures, au sortir de l’église, vous serez mariée devant Dieu, que ça vous plaise ou non. Quand on a votre rang, il n’est jamais trop tôt pour faire un bon mariage.
Et c’est ainsi, que de l’enfance, la marquise sortit à cinq heures.


Retrouvez-moi sur www.flash-fiction.fr

3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une histoire bouleversante qui raconte les horreurs du passé.
Image de Ash Pop
Ash Pop · il y a
Merci beaucoup Keith
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo pour la peinture des mœurs d'un âge révolu ! Mon vote ! Puis-je vous inviter à venir (re)découvrir mon intrépide et volontaire “Mémé à moto” qui fonce pour atteindre le Prix Faites Sourire 2017 ? Vous ne serez pas déçu ! Merci

d’avance de sa part ! http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/meme-a-moto-1